Archives 2ème semestre 2018

Uriel Orlow, Projet du Theatrum Botanicum

Présenté dans trois villes d’Afrique du Sud

04.09 - 03.11.2018

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

En septembre 2018, le projet Theatrum Botanicum d’Uriel Orlow sera réalisé sur plusieurs sites dans trois villes d’Afrique du Sud. Utilisant les médias, la photographie, l’installation et le son et travaillant à partir de points de vue sur l’Afrique du Sud et l’Europe, le projet envisage les plantes à la fois comme témoins et acteurs de l’histoire et comme des agents dynamiques – connectant l’homme avec la nature, la médecine rurale et cosmopolitaine, la tradition et la modernité - à travers divers angles géographiques, historiques et systèmes de connaissances, avec une variété de pouvoirs curatifs, spirituels et économiques.


































 


















































English








Uriel Orlow, Projet du Theatrum Botanicum présenté dans trois villes d’Afrique du Sud

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Les travaux d’Uriel Orlow explorent à la fois le nationalisme botanique et d'autres héritages du colonialisme, la migration et l'invasion de plantes, le biopiratage, la diplomatie florale durant l'apartheid, le jardin planté par Nelson Mandela et ses compagnons dans la prison de Robben Island, mais aussi le rôle de la classification et de la nomination des plantes. Khadija von Zinnenburg Carrol évoque pourquoi le projet considère le monde botanique comme une étape où ces histoires interagissent en tant qu'agents:

"Theatrum Botanicum n'est pas la Botanique, c'est le théâtre dans lequel pénètre un esprit de botanique. L'espèce est le théâtre, son genre est la botanique. Le titre Theatrum Botanicum est un binôme comme la variété Linnaean Latinate est centrale à la critique d’Uriel Orlow. Theatrum Botanicum n’est pas la botanique en tant que théâtre, mais un théâtre où la botanique fait partie des acteurs coloniaux, auxquels Orlow attribue une puissante influence ».

Le projet s'est développé à partir d'une résidence de recherche entreprise en 2014, qui a évolué à travers des voyages successifs entre 2015 et 2017 au cours desquels Orlow a mené des recherches approfondies dans des registres d’archives et collaboré avec des praticiens de la médecine traditionnelle et des experts juridiques et botaniques à Durban et au Cap.

Le projet a fait l’objet de plusieurs expositions, telles : The Showroom, Londres (2016); EVA International (2016) organisée par Koyo Kouoh; la Biennale 13 de Sharjah en 2017 (où il a remporté un grand prix) et la Kunsthalle St. Gallen, en Suisse (2018). L'itération sud-africaine voit le projet revenir à son lieu d'origine, donnant aux publics locaux et aux praticiens - dont certains ont contribué à façonner le projet - une opportunité de répondre de manière critique et généreuse au corpus de travail.

Le projet sera hébergé entre POOL et le Market Photo Workshop, à Johannesburg, à l’Institut des arts créatifs (ICA) du Cap et à la Durban Art Gallery:


Uriel Orlow, Theatrum Botanicum
POOL, 23 Voorhout St, Ellis House, Johannesburg

Du 4 septembre au 3 novembre 2018.

Uriel Orlow, Grey, Green, Gold
Market Photo Workshop, 57 Margaret Mcingana St, Johannesburg September 7–October 21, 2018

Du 7 septembre au 21 octobre 2018.

Uriel Orlow, Imbizo Ka Mafavuke & Other Plant Stories
Durban Art Gallery, Durban City Hall, Smith St, Durban

Du 14 septembre au 28 octobre 2018.

 





Uriel Orlow, Green, Grey, Gold, 2015-7, (detail). The Fairest Heritage (still), 2016-7. Single channel video. Geraniums Are Never Red, 2016-8, (detail). Muthi, 2017. Print on pvc banner