Expositions en cours

Marisa Merz, Le ciel est un grand espace

Musée d’art moderne, Salzburg (Autriche)

25.05 - 04.11.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Avec Marisa Merz. Le ciel est un grand espace, le Museum der Moderne Salzburg présente pour la première fois en Autriche et après plus de dix ans dans les pays germanophones une rétrospective complète de l'œuvre de l'artiste italienne Marisa Merz (née à Turin en 1926).































 


















































English








Marisa Merz, Le ciel est un grand espace, Musée d’art moderne, Salzburg

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Marisa Merz, Untitled, n. d. Unfired clay, thumbtacks, copper wire, gold leaf. Photo: Renato Ghiazza. Courtesy Archivio Merz, Turin.




Exposition du 25 mai au 04 novembre  2018. Museum der Moderne Salzburg , Mönchsberg 32  - 5020 Salzburg (Autriche). Tél.: +43 662 842220403. Ouverture du mardi à dimanche de 10h à 18, nocturne le mercredi jusqu’à 20h.





 







 











 





 



























 





 











Présentant une période de cinq décennies d’activités, l'exposition Le ciel est un grand espace au Museum der Moderne Salzburg offre une occasion unique d'explorer le travail de Marisa Merz, considérée comme la seule représentante féminine de l'Arte Povera. Débutant avec des œuvres de ses plus récents dessins de grand format et des environnements expansifs, la présentation retrace l'évolution de l'art de Merz à travers de nombreux tableaux et dessins, des installations de fils et de cires, et des figures énigmatiques des années 1990 et 1980 jusqu'au milieu des années 1960, incluant l’oeuvre baptisée "Living Sculpture" (1966). Les poèmes de Marisa Merz complètent l'installation, l’un d’eux étant cité dans le titre de l’exposition.


"L'un des objectifs de mon mandat en tant qu’organisatrice a été de mettre en lumière d'éminentes femmes artistes avec de grandes expositions personnelles. Après des rétrospectives acclamées d'artistes comme Etel Adnan, Simone Forti, Andrea Fraser, Ana Mendieta, Carolee Schneemann et, plus récemment, Charlotte Moorman, nous poursuivons ce projet dans notre programmation en 2018 avec Marisa Merz et Anna Boghiguian. Une importante exposition dédiée à Marisa Merz, une artiste italienne exceptionnelle et révolutionnaire, a été l'un des premiers projets que j'ai envisagés lorsque je suis arrivée au Museum der Moderne Salzburg. Je suis très heureuse que, en coopération avec le Metropolitan Museum of Art et le Hammer Museum ainsi que la Fondazione Merz, nous concrétisions cette monographie", a déclaré Sabine Breitwieser, directrice du Museum der Moderne Salzburg, qui organise la présentation à Salzbourg avec la commissaire invitée Connie Butler.


L'Arte Povera a émergé dans l'Italie industrialisée dans les années 1960 et a attiré l'attention avec des œuvres utilisant des matériaux «pauvres», banals et non conventionnels. Cependant, plutôt que de promulguer une mouvance stylistique ou idéologique, les Poveristi ont articulé leurs convictions en se rebellant contre les préceptes et les restrictions du monde de l'art. Dans les années 1960, Marisa Merz traduit l'interaction entre ses rôles d'artiste, de femme et de mère dans un idiome créatif unique. Défiant les conventions formelles de l'art visuel, elle s'appuie largement sur des matériaux souples tels que l'aluminium, le fil de cuivre, le nylon, la cire et l'argile non cuite. Pour l'artiste, son travail n'est pas une succession chronologique d'objets autonomes; elle laisse la plupart de ses pièces sans titre et sans date et refait et transforme des formes et des éléments d'œuvres dans des arrangements variés. Bien qu'elle articule l'unité de l'art et de la vie peut-être plus radicalement qu'aucun autre artiste, son travail et son influence sur les autres n’ont pas été largement reconnus dans le monde de l'art international jusqu'assez tard dans sa carrière.

Avec le Lion d'Or pour l'ensemble de ses réalisations qu'elle a reçu à la 55ème Biennale de Venise en 2013 et l'exposition majeure présentée à New York et Los Angeles l'année dernière, l'œuvre de Marisa Merz reçoit enfin la reconnaissance internationale qu'elle mérite.