Philippe Parreno, Gropius Bau, Berlin

Archives 1er semestre 2018

Philippe Parreno

Gropius Bau, Berlin (Allemagne)

25.05 - 05.08.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

"Rien n'aura eu lieu que le lieu." Stephane Mallarmé

L'exposition personnelle Sans titre de Philippe Parreno au Gropius Bau Berlin n'a pas encore existé et n'existera peut-être jamais telle qu'elle est décrite ici. Cela ne veut pas dire que c'est moins réel. Certes, cette exposition a de nombreux modes d'existence différents qui, à ce jour, sont purement virtuels, un éventail de possibilités qui peuvent ou non devenir actuelles. À ce jour, l'exposition existe par différents dispositifs qui ont changé au fil du temps, y compris celui qui peut être expérimenté par les casques de réalité virtuelle. Pourtant, à l'heure actuelle, rien ne semble figé, l'avenir de l'exposition reste ouvert, et nous ne pouvons qu'imaginer ce que Parreno a l'intention de faire.
































 


















































English
Deutsch








Philippe Parreno, Gropius Bau, Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

 Philippe Parreno, Anywhen, 2017 (film still). © and courtesy Philippe Parreno.


Exposition du 25 mai au 05 août  2018. Gropius Bau , Niederkirchnerstraße 7 - 10963 Berlin (Allemagne). Tél. +49 30 254860.



 








 







 











 





 



























 





 











Il semble certain que d’anciennes œuvres réapparaîtront. Par exemple, une seiche, un animal qui apparaît souvent dans le travail de Parreno, sera la vedette de Anywhen, un film tourné en 2016, qui a été récemment entièrement réédité. Beaucoup de ces oeuvres passées qui peuvent réapparaître n'étaient jamais vraiment des oeuvres d'art au départ. Par exemple, le papier peint de la fleur précédemment vu comme un élément de fond dans l'ensemble du film de Parreno Marilyn (2012) se positionne au premier plan, devenant une oeuvre autonome couvrant un mur de la galerie. Les lucioles reviendront aussi: des centaines de dessins d'éclairs éclatent sur un grand écran LED puis disparaissent, leur durée de vie étant régie par des algorithmes complexes. Certes, ce va-et-vient de motifs anciens a quelque chose à voir avec la naissance, la mort et la renaissance. Quand (ou si) ces œuvres anciennes se rencontrent, seul le temps dira comment elles vont s'entendre. Vont-elles résonner? Quelles nouvelles réalités pourraient en émerger?

Les sensations de flottement et les intensités désincarnées affectent directement les corps des œuvres elles-mêmes et des visiteurs. Dans une pièce, trois tourbillons de vent différents conçus par des scientifiques guideront la circulation du poisson bulle sur un chemin élaboré. Ce parcours sera à son tour modifié de manière inattendue lorsque le poisson interagira avec les spectateurs. Des sons en direct, émanant de quelque part dans ou au-delà de la ville, couleront à l'intérieur et se propageront d'une pièce à l'autre. Ces sons referont surface dans le bassin réfléchissant de l'atrium lorsqu'ils seront transformés en motifs visuels de nénuphars. La lumière changera constamment dans les salles lors de la montée et la descente des stores automatiques selon un rythme régi par une autorité inconnue. Une autre zone sera baignée d'une lueur orange étrange qui évoque l'avenir fictif de notre soleil déclinant. Dans une autre pièce, la température changera radicalement. Est-ce juste notre imagination? Comment pouvons-nous ressentir ces intensités si elles n'ont pas encore été actualisées?


En parcourant l'exposition, on commence à avoir l'impression d'être entré dans une dimension non organisée selon nos coordonnées spatiales normales. C'est un espace intérieur, un paysage purement mental, un site animé par une logique paranoïaque. Dans une arrière-salle, se trouve un bioréacteur constitué d'un bécher dans lequel les micro-organismes se multiplient, mutent et s'adaptent à leur environnement. Connectées à des ordinateurs qui orchestrent les événements de l'exposition, ces bactéries développent une mémoire, une intelligence collective qui apprend les rythmes changeants du spectacle et évolue pour anticiper les variations futures. Comme les micro-organismes interagissent de manière persistante les uns avec les autres, et avec les événements contingents qui se déroulent dans le musée, leur circuit neuronal met en mouvement une mise en scène complexe non-déterministe, non linéaire. Ce cerveau extraterrestre dans une cuve devient le centre de contrôle vivant, le cerveau de l'exposition. Le processus de pensée du bioréacteur est imperceptible aux humains. Nous pouvons seulement imaginer ce qu'il a l'intention de faire.









	Philippe Parreno, Anywhen, 2017 (film still). © and courtesy Philippe Parreno.