Expositions en cours

Amar Kanwar, La Forêt Souveraine

Bildmuseet, Umeå (Suède)

20.10.2017 - 11.03.2018

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse

 

« Si un crime continue de se produire indépendamment des preuves énormes disponibles, alors le crime est-il invisible ou les preuves sont-elles invisibles ou sont-elles visibles mais transparentes ? » Amar Kanwar

La Forêt Souveraine offre une réponse créative à notre compréhension de la criminalité, de la politique, des droits humains et de l'écologie. La validité de la poésie comme preuve dans un procès, le discours sur la vision, la compassion, la justice et la détermination de soi sont autant de constellations de films, de textes, de livres, de photographies, d'objets, de semences et de processus.























 


















































English






ArtCatalyse Expositions internationales

La Forêt Souveraine est un engagement à long terme d'Amar Kanwar en collaboration avec le militant médiatique Sudhir Pattnaik et la créatrice et cinéaste Sherna Dastur. Reconnu pour ses œuvres cinématographiques et ses installations qui interrogent la politique du pouvoir, de la violence et de la justice depuis plus d'une décennie, Kanwar filme les interventions industrielles qui ont remodelé et détruit de façon permanente certaines parties du paysage d'Odisha - un territoire de lutte sur les questions de développement et de déplacement depuis les années 1990. Les conflits qui en résultent entre les communautés locales, le gouvernement et les entreprises au sujet de l'utilisation des terres agricoles, des forêts, des rivières et des minéraux ont conduit à un régime de violence continu, souvent imprévisible et invisible.

Le déplacement forcé des communautés (tribales) indigènes et des paysans a constitué un cycle brutal de la vie à Odisha depuis les années 1950. Au cours des quinze dernières années, plusieurs chaînes de montagnes, régions sauvages et terres agricoles ont été vendues ou louées à des cartels miniers et à d'autres sociétés à des fins commerciales. Un nouveau régime économique a autorisé l'élimination formelle des restrictions légales et bureaucratiques. Le processus d'acquisition des terres est devenu plus facile et a exacerbé les pratiques corrompues auxquelles se livraient les partis politiques, les ministères et le pouvoir judiciaire. Un mouvement de résistances locales de paysans, de pêcheurs et de communautés indigènes a émergé. Propulsés par des dirigeants locaux autonomes, principalement non-violents, obstinément résilients, parfois soutenus par des activistes urbains, ils ont partagé leur expérience pour permettre l'émergence d'un discours local sur le développement, l'industrialisation et la réhabilitation. Cette résistance a fait face à la répression policière ou à la violence des mafias locales engagées par des hommes politiques ou des entreprises. Comme exemples les mouvements résistant aux compagnies de bauxite et d'aluminium à Kashipur, contre l'acquisition de terrains par la société sidérurgique coréenne POSCO et le groupe industriel TATA à Kalinga Nagar.


The Scene of Crime (2011) évoque l'expérience d'un paysage juste avant l'effacement. Presque chaque image de ce film se trouve dans des territoires spécifiques qui sont des sites industriels proposés et en cours d'acquisition par le gouvernement et les entreprises à Odisha. Les Counting Sisters and Other Stories (2011), The Prediction (1991-2012) et The Constitution (2012) sont trois grands livres faits chacun à la main avec leurs propres films projetés sur ses pages. Contenant des histoires écrites par Kanwar et des morceaux de «preuves» comme un filet de pêche, un vêtement en tissu, des graines de riz, une feuille de bétel et un livret incorporé dans le journal, les visiteurs sont encouragés à tourner les pages et à lire ces histoires.

La forêt souveraine capture l'ampleur des arnaques et des difficultés de la population touchée et pose des questions critiques: comment comprendre la criminalité et le conflit autour de nous? Qui définit la preuve? Une illusion est-elle plus réelle qu'un fait? La «poésie» peut-elle être utilisée comme «preuve» dans le procès? Comment voyons-nous, connaissons-nous, comprenons-nous et nous rappelons-nous les disparitions? Comment regarder à nouveau?

La forêt souveraine est produite avec le soutien de Samadrusti, Odisha, Inde; Thyssen-Bornemisza Art Contemporary, Vienne, Autriche; Centre Pompidou, Paris, France; Yorkshire Sculpture Park, Royaume-Uni; Public Press, New Delhi, Inde; et dOCUMENTA (13), Kassel, Allemagne.


L'artiste et cinéaste Amar Kanwar (né en 1964) est né et travaille à New Delhi, en Inde. Ses œuvres ont été présentées à plusieurs festivals internationaux de films, à des biennales d'art et des musées du monde entier. Entre autres, cette année était celle de sa quatrième participation consécutive à la documenta à Kassel, en Allemagne.










 











© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

Amar Kanwar, La Forêt Souveraine, Bildmuseet, Umeå

Amar Kanwar, The Scene of Crime (installation view from The Sovereign Forest). Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery. Photo: Henrik Stromberg.





Amar Kanwar, The Scene of Crime (installation view from The Sovereign Forest). Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery. Photo: Henrik Stromberg.

Exposition du 20  octobre 2017 au 11 Mars 2018. Bildmuseet
Östra Strandgatan 30B -
SE-903 33 Umeå (Sweden). Tél.: +46 90 786 74 00. Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 21h.