Expositions en cours

Sheela Gowda, Reliques

Bombas Gens Centre d’Art, Valence (Espagne)

25.10.2019 - 01.03.2020

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

La fondation privée Per Amor a l’Art présente la première exposition de Sheela Gowda, Sheela Gowda. Reliques à Bombas Gens Centre d'Art (Valence). Cette exposition a été organisée en collaboration avec Pirelli HangarBicocca.










































 


















































English








Sheela Gowda, Reliques, Bombas Gens Centre d’Art, Valence

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

Exposition du 25 octobre 2019 au 05 avril 2020. Bombas Gens Centre d'Art (València), Av. Burjassot, 54 - 46009 València (Espagne).













 







 











 





 



























 





 











Cette exposition rassemble une large sélection d'œuvres de Gowda, toutes réalisées des années 1990 à aujourd'hui. Durant ce laps de temps, l’artiste a développé une pratique poétique et politique basée sur un regard attentif au monde, une reconnaissance de la capacité de la matière, des objets qu'il reste à transmettre et à symboliser, ainsi que de l'engagement dans le processus de définition de la forme comme moyen de transformer le sens.


Sheela Gowda a été formée à la peinture à l’université de Baroda et à Visva-Bharati à Santiniketan. Ces contextes académiques ont été façonnés par la tradition moderniste indienne, caractérisée par un intérêt pour le vernaculaire, l'imagerie populaire et l'artisanat traditionnel, mais également ouverte à l'utilisation de techniques différentes et à de nouvelles façons de réagir à différentes situations. Lorsque Gowda revint de Londres au milieu des années 1980, après avoir terminé ses études de troisième cycle au Royal College of Art, elle commença sa transition de l'espace pictural à l’œuvre en trois dimensions, réalisant des pièces nécessitant une manipulation directe et une confrontation silencieuse mais tenace avec une série de nouveaux matériaux qu'elle a progressivement ajoutés à son travail, la bouse de vache, des barils de goudron, des pigments, des cheveux humains, des aiguilles, de l'encens, du fil ou du caoutchouc.


La nature de son travail semble reposer sur des situations communes et extraordinaires à la fois, où les informations «immédiates» communiquées par un matériau - sa texture, son odeur ou sa substance - sont en dialogue direct avec les systèmes dans lesquels il se trouve, dans lequels nous sommes habitués à en faire l'expérience, qu'ils soient économiques, politiques ou rituels.


Son dialogue avec de tels matériaux donne lieu à des propositions abstraites, mais pour Sheela Gowda, l’abstraction n’implique aucune perte de sens ni de motif. Cela conforte a contrario pour elle qu'une forme spécifique comporte toujours plusieurs significations. Ses œuvres s'accrochent à la matière, aux sensations et aux émotions. Et à travers cet ensemble de connexions, se posent des questions fondamentales sur notre présence dans le monde, le passage du temps et sa relative transparence.


Pour l’artiste, la liturgie - le rituel de transformation qui se produit au cours d’un processus de manipulation, de confrontation et de dialogue, très basé sur la performance - reste fondamentale. Sheela Gowda redéfinit le pathos des choses, leurs sentiments et leurs affections: une condition relationnelle entre les objets, leurs raisons d'être et leurs comportements. C'est un «moment de rencontre», compris non pas comme un moment dans le temps, mais comme une sorte de force qui permet à un ensemble particulier de circonstances de se rencontrer.


L’exposition est organisée par Nuria Enguita, directrice du Centre d’Art Bombas Gens, Valence; et Lucia Aspesi, conservatrice adjointe chez Pirelli HangarBicocca. Elle constitue une occasion unique de découvrir plus de 25 ans de production de Sheela Gowda.















Sheela Gowda, Remains. Photo Agostino Osio. Courtesy of Pirelli HangarBicocca

Photo: Agostino Osio. Courtesy of Pirelli HangarBicocca

Sheela Gowda, Remains. Photo Agostino Osio. Courtesy of Pirelli HangarBicocca