Expositions à venir

Rien ne se perd : art et matière en transformation

GAMec, Bergame (Italie)

14.10.2021 - 13.02.2022

Suivant

Communiqué de presse


Le 14 octobre 2021 s’ouvre l’exposition Nothing is Lost: Art and Matter in Transformation, organisée par Anna Daneri et Lorenzo Giusti. L'exposition constitue le deuxième volet de la « Trilogie de la Matière », un projet d'expositions sur le long terme initié par le GAMeC en octobre 2018.













































 


















































English























Michel Blazy,  Fleurs de bain moussant, 2000. Plastic, 6 elements, variable dimensions. Courtesy of the artist and Art : Concept, Paris. Photo: Romain Darnaud. ゥ Michel Blazy, by SIAE 2021.



Le projet implique des historiens de l'art, des conservateurs, des philosophes et des scientifiques, et aborde un débat transversal autour du thème de la matière, tout en activant un dialogue avec l'histoire des découvertes scientifiques et en établissant une comparaison avec le développement des théories esthétiques.

L'exposition porte son attention sur le travail des artistes qui, à diverses époques, ont exploré la transformation de la matière, s'inspirant de la vie des éléments pour développer une réflexion sur la réalité des choses, sur le changement et sur le temps.

« Rien ne se perd » tire son nom de la célèbre maxime attribuée à Lavoisier, par laquelle le chimiste français expliquait le sens général de sa loi de la conservation de la masse, qui disait qu'au cours d'une réaction chimique, la somme des masses des réactifs est égale à la somme des masses des substances. La matière, en d'autres termes, ne peut pas être créée et ne peut pas être détruite. Ce principe fondamental a ouvert la voie à un certain nombre de notions fondatrices de la modernité et donc à la croyance de plus en plus élaborée en une matière toujours vivante, toujours présente, faisant partie d'un monde en transformation sans fin.

Rien ne se perd investit tous les espaces d'exposition du GAMeC, développant un parcours à fort impact sensoriel, compte tenu de la nature matérielle et synesthésique des nombreuses œuvres exposées, prêtées par des collections internationales tant publiques que privées.

Avec une riche sélection d'œuvres, l'exposition offre un cadre articulé, capable de mettre en évidence le lien fort qui lie depuis toujours les artistes à la chimie des éléments et à la transformation de la matière. Un champ d'étude et d'expérimentation qui constitue également à notre époque une déclinaison importante en termes de réflexion sur l'impact de la présence humaine sur les équilibres naturels (de la disponibilité des ressources au changement climatique).

L'exposition réunit des œuvres d'époques diverses, allant des œuvres dada et surréalistes, reflétant l'intérêt de divers artistes - comme Marcel Duchamp, Max Ernst, Man Ray ou Leonora Carrington - pour le thème de l'alchimie, en passant par les créations des principaux représentants des néo-avant-gardes - d'Yves Klein à Otto Piene, de Robert Smithson à Hans Haacke - incluant des compositions d'artistes proches de l'esthétique de l'Arte Povera - Pier Paolo Calzolari et Paolo Icaro - des œuvres sculpturales et des installations d'artistes qui ont émergé dans les années 1980 - de Rebecca Horn à Liliane Lijn - jusqu'aux dernières recherches de certains des artistes internationaux les plus importants des générations récentes, tels que Olafur Eliasson, Wolfgang Tillmans, Cyprien Gaillard, Mika Rottenberg, Otobong Nkanga, Erika Verzutti, et bien d'autres.

Le catalogue de l'exposition présente des textes des deux commissaires avec des analyses des œuvres exposées, réalisées par des historiens de l'art et des commissaires internationaux. Chaque section est introduite par un texte à caractère scientifique, abordant le thème de l'exposition du point de vue de chercheurs experts.

L'exposition s'appuie également sur la collaboration de la Fondazione Meru/Medolago Ruggeri pour la recherche biomédicale qui, entre 2013 et 2017, avec l'Associazione BergamoScienza et le GAMeC, a promu le prestigieux Meru Art*Science Award, encourageant des projets artistiques liés au développement de la recherche scientifique. Le nouveau programme de recherche, Meru Art*Science Research Program, financera la création d'un projet in situ pour le « Spazio Zero » du GAMeC. Dans le cadre de Nothing is Lost, l'artiste d'origine suédoise Nina Canell présentera une nouvelle installation environnementale conçue pour étudier l'interface entre les dimensions organiques et inorganiques, au milieu de matériaux vivants et inertes.

L'exposition s'accompagne d'un riche programme d'activités pour les écoles, et d'un cycle de rencontres ouvertes au public avec la participation de scientifiques, ingénieurs, chimistes, historiens de l'art, artistes et philosophes.

Les artistes présentés : Ignasi Aballí, William Anastasi, Davide Balula, Lynda Benglis, Alessandro Biggio, Karla Black, Michel Blazy, Renata Boero, Dove Bradshaw, Victor Brauner, Dora Budor, Pier Paolo Calzolari, Nina Canell, Leonora Carrington, Giulia Cenci, Tony Conrad , Tania Pérez Córdova, Lisa Dalfino & Sacha Kanah, Giorgio de Chirico, Edith Dekyndt, Marcel Duchamp, Olafur Eliasson, Leandro Erlich, Max Ernst, Joana Escoval, Cerith Wyn Evans, Lars Fredrikson, Loïe Fuller, Cyprien Gaillard, Pinot Gallizio, Hans Haacke, Roger Hiorns, Rebecca Horn, Roni Horn, Paolo Icaro, Bruno Jakob,  Yves Klein, Gary Kuehn,  Liliane Lijn, Gordon Matta-Clark, David Medalla, Ana Mendieta, Otobong Nkanga, Jorge Peris, Otto Piene, Man Ray, Pamela Rosenkranz, Mika Rottenberg, Namsal Siedlecki, Roman Signer, Robert Smithson, Gerda Steiner & Jörg Lenzlinger, Yves Tanguy, Wolfgang Tillmans, Erika Verzutti, Andy Warhol.





Exposition du 14 octobre 2021 au 13 février 2022. GAMeC ・Galleria d'Arte Moderna e Contemporanea di Bergame, Via San Tomaso, 53 - 24121 Bergame (Italie). Tél.: +39 (0)3 52 70 272. Ouverture lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 15h à 20h, samedi et dimanche de 10h à 18h.









 







 











 





 



























 





 











Michel Blazy,  Fleurs de bain moussant, 2000. Plastic, 6 elements, variable dimensions. Courtesy of the artist and Art : Concept, Paris. Photo: Romain Darnaud. ゥ Michel Blazy, by SIAE 2021. Rien ne se perd : art et matière en transformation, GAMec, Bergame

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés