Piero Gilardi, Effets collaboratifs, Castello di Rivoli, Turin

Piero Gilardi, Effets collaboratifs
Castello di Rivoli, Turin (Italie)

30.03 - 13.05.2012






















Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux (extrait)


L'exposition consacrée à Piero Gilardi par le Castello di Rivoli se réfère aux débuts de carrière de l'artiste à Turin : ses vingt premières années, depuis l'invention des Tapis Nature, brillantes oeuvres qui lui ont valu une reconnaissance internationale dans les années 1960, jusqu'aux larges séries de documents illustrant sa décision de sortir du système du marché de l'art pour concentrer ses créations vers les organismes à but non lucratif et la participation politique et sociale. Figure atypique de la scène artistique italienne, Piero Gilardi a été le premier artiste à aborder le Pop Art avec ses Tapis Nature et il s'est intégré activement dans le célèbre mouvement de l'Arte Povera.


Préservant sans cesse une liberté de pensée, son refus permanent de considérer l'art et les oeuvres d'art comme des produits commerciaux l'a conduit à abandonner la production d'oeuvres matérielles et à participer directement au monde social. Comme chez peu d'artistes, la conviction absolue de Piero Gilardi est que l'art peut changer nos vies et participer à transformer la société en profondeur, en améliorant notamment l'environnement dans lequel nous vivons.



















































Exposition du 30 mars au 13 mai 2012. Castello di Rivoli Museum of Contemporary Art, Piazza Mafalda di Savoia - 10098 Rivoli (Turin), Italie. Heures d'ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h et sur rendez-vous.


















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Piero Gilardi, Vestito natura-anguria, 1967. Foam polyurethane. Courtoisie de l’artiste.


Piero Gilardi, Igloo, 1964. Photo F. Fernadez, Courtoisie Semiose galerie, Paris


Piero Gilardi, Vestito natura-anguria, 1967. Foam polyurethane. Courtoisie de l’artiste. Piero Gilardi, Igloo, 1964. Photo F. Fernadez, Courtoisie Semiose galerie, Paris

Archives 1er semestre 2012