Archives 2ème semestre 2013

Pae White, ORLLEGRO

MAK - Vienne (Autriche)

09.10.2013 - 12.10.2014


Précédent Suivant

English
Deustch



Traduction du communiqué de presse E-Flux


L’exposition personnelle ORLLEGRO de Pae White condense des fabrications, des interprétations, des simulations de l'histoire, des récits et des objets, dont certains ont été sélectionnés à partir des œuvres de la collection du MAK. Son titre fait référence au mot fictif ORLLEGRO inventé par l'industrie textile dans les années 1950, lorsque la production de textile aux Etats-Unis était à son apogée. Ce mot à consonance épique depuis longtemps oublié, promettant un matériau magique qui était la version fausse de quelque chose de réel qui a peut-être changé la façon dont le monde voyait le synthétique : attribuant un mot inventé à un faux matériau, il a activé la fausse nostalgie d'un passé artificiel pour construire un avenir élégant, plus sophistiqué mais tout aussi artificiel.












Exposition du 9 octobre 2013 au 12 octobre 2014. MAK - Austrian Museum of Applied Arts / Contemporary Art, Stubenring 5 - 1010 Vienna (Autriche). Ouverture le mardi de 10h à 22h, du mercredi au dimanche de 10h à 18h.

Pae White, ORLLEGRO, MAK - Vienne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Jouant avec les idées de l'épopée et de la magie, Pae White a réalisé des tapisseries monumentales tissées non avec les fils de couleur de coton et de polyester de ses anciens tissages, mais entièrement avec des fils métalliques soigneusement sélectionnés. Dans ces œuvres, Pae White s'interroge sur la représentation attendue, plus classique, des matières utilisées dans les grandes tapisseries historiques avec la substitution de matériaux de moindre envergure - liens brisés, débris numériques, coupons de tissu, pans entiers de sa propre bibliothèque - en les magnifiant avec l’opulence du fil métallique.

Tout en travaillant à la MAK pour la préparation de l’exposition OTHERS (MAK permanent Art Contemporain Collection, du 21 novembre 2012 au 23 Juin 2013), Pae White a exploré la collection du musée à la recherche de matières premières, et constaté que les domaines qui l’intéressaient le plus étaient les réserves habitées d’objets dont les auteurs étaient pour la plupart inconnus. L'absence de paternité claire semble avoir obligé ces objets à glisser entre les mailles du filet de la classification typologique, les reléguant aux oubliettes de la conservation. Par la réorientation de certains de ces objets, Pae White a remodelé leur sens, les libérant d’un récit familier et peut-être fatigué, et rejeté les interprétations reçues en faveur de celles qui espèrent créer une nouvelle audience et stimuler un ensemble d'associations et de souvenirs pour ceux considérés comme objets par le public.

Lors d'une de ses visites dans les réserves du MAK, Pae White a découvert un trésor de jouets oubliés produits à Vienne dans les années 1920. Elle les a étudiés avec soin et orchestrés dans une multitude de configurations. Après une série de modifications, un jeu d'échecs est né, qui perturbe la hiérarchie traditionnelle du jeu en donnant une égalité aux pièces. Des visuels de cette oeuvre ont ensuite été envoyés dans le monde, en particulier à un ensemble de sociétés de fabricants qu'elle connaissait et avec lesquelles elle a travaillé régulièrement au Mexique, en Lituanie et en Chine et quelques nouvelles en Allemagne et en Ethiopie. Un petit collectif d'artistes installé à Los Angeles est également intervenu dans l’expérience ainsi qu'un artiste au Royaume-Uni. L'objectif était de ressusciter ces objets délaissés anonymes en invitant à un nouvel examen détaillé de chacun, en provoquant une série d'interprétations dans le monde entier ainsi que la création d'une pollinisation croisée culturelle de formes et de couleurs.

Commissaire d’exposition : Bärbel Vischer,  MAK Contemporary Art Collection




Pae White. Courtesy the artist and neugerriemschneider, Berlin. © Serge Hoeltschi.

Pae White. Courtesy the artist and Neugerriemschneider, Berlin. © Serge Hoeltschi.


Un livre d'artiste de 720 pages est également présenté dans l'exposition. Agencé comme un catalogue non structuré d’ORLLEGRO et d'OTHERS, ce livre est un référentiel incontournable d'œuvres éphémères rarement vues de la collection du MAK ainsi que d’oeuvres de la collection personnelle de Pae White d’art urbain éphémère. On y trouve des numérisations de centaines de katagami (pochoirs découpés japonais), de nombreux documents commerciaux (auteurs inconnus), et de timbres de cuir aux empreintes de la Wiener Werkstätte, tous issus de la collection du MAK . Y sont insérés des scans de bouts de papier trouvés dans les rues de Los Angeles Est ainsi que des cartons projets de tapisseries, etc.