Fiona Mc Donald, The Dawning Project, Dublin

Mircea Cantor, Restless: Films et autres oeuvres
Museum of the Moving Image, New York (USA)
03.03 - 06.05.2012




























Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse


Le Museum of the Moving Image et l’Institut Culturel Roumain de New York présentent une exposition de Mircea Cantor, intégrant des installations vidéo, des courts-métrages et autres oeuvres. Bien que l’artiste soit largement reconnu en Europe et que ses oeuvres aient été présentées au MoMA, il s’agit de la première exposition qui lui soit entièrement dédiée à New York.


L’exposition au Museum of the Moving Image présente trois oeuvres vidéo de l’artiste : Tracking Hapiness (2009) où sept femmes vêtues de blanc en cercle dans le sable effacent leurs empreintes, Vertical Attempt, où le fils de l’artiste tente de couper un fil d’eau avec des ciseaux (2009) et I decided not to save the world, où le même jeune acteur « décide de ne pas sauver le monde » (2011). D’autres vidéos montrent une foule de manifestants albanais déambulant dans les rues avec des miroirs au lieu de slogans, ou une usine où le personnel est employé pour fabriquer des produits inutilisables : des allumettes à double foyer.


Mircea Cantor (né en 1977 en Roumanie, vit et travaille à Paris) crée des oeuvres dont la clarté cristalline reste profondément paradoxale. Elles évoquent la mémoire, l’histoire, l’oppression, et la futilité -et la nécessité - de l’espoir. L’artiste a reçu le Prix Marcel Duchamp à Paris en 2011 et prépare actuellement son exposition future au Centre Pompidou à l’automne 2012. Il a été choisi pour son travail conceptuel, un peu satirique associé à l’oeuvre de Duchamp dans son utilisation du ready-made capable d’attirer l’attention sur la nature polysémique des objets du quotidien. Bien que ses préoccupations thématiques puissent refléter son identité en tant qu’artiste d’origine roumaine, l’oeuvre de Mircea Cantor est à la fois accessible à tous et universelle. Refusant de s’identifier à une nation, il préfère dire « l’art est mon pays ».


Les sujets abordés par Mircea Cantor sont très variés. Dans ses vidéos, installations, photographies et dessins ou oeuvres textuelles, il exprime une conscience aiguë des réalités les plus brutales du monde contemporain en perpétuelle mouvance. Son oeuvre Departure, présentée en 2005, mettait en scène ensemble un cerf et un loup dans le cadre d’un environnement d’un blanc immaculé amplifiant le malaise de cette proximité.
















































Exposition du 3 mars au 6 mai 2012. Museum of the Moving Image, 36-01 35 Avenue - Astoria, NY 11106. T. 718 777 68 88. Ouverture du mardi au jeudi de 10h30 à 17h, vendredi de 10h30 à 20h, samedi de 10h30 à 19h. Fermé le lundi.






























© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Mircea Cantor, Tracking Happiness, 2009. Courtoisie de l’artiste, Yvon Lambert, Paris et Dvir Gallery, Tel Aviv


Mircea Cantor, Tracking Happiness, 2009. Courtoisie de l’artiste, Yvon Lambert, Paris et Dvir Gallery, Tel Aviv

Archives 1er semestre 2012