Le monde sens-dessus-dessous
Witte de With Rotterdam (Pays-Bas)

25.05 - 18.08.2013


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Les récits séculaires et l'impasse du rationalisme moderne pourraient-ils produire un monde dépourvu d'émerveillement? Mais considérons que la connaissance ne tire jamais des lignes droites ...


À travers la rédaction de cartes inattendues et de nouveaux niveaux de connaissance réactivant des données pré-modernes, Witte de With offre le développement des connaissances en collaboration avec un ensemble d'acteurs internationaux qui, en liant et en isolant les champs et les pratiques, cherchent à discréditer les récits historiques guidés par des modèles éducatifs traditionnels. Ces enquêtes ont développé de nouvelles pistes d'enquête, respectivement pleines de désir, de curiosité et de perspectives.





Exposition du 25 mai au 18 août 2013. Wittte de With Centre d’art contemporain, Witte de Withstraat 50 - 3012 BR Rotteram (Pays-Bas). Tél.:+31 (0)10 411 0144. Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 18h.


Le monde sens-dessus-dessous, Witte de With Rotterdam

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Julieta Aranda prend comme origine de son oeuvre son récent voyage en bateau dans le port tentaculaire de Rotterdam en quête d’une "matière exotique", en commençant par une prise de vue en gros plan de l’image de la pomme prise comme un objet symbolique à la fois interdit, fruit et symbole de la loi universelle de la gravitation de Newton.


Ho Tzu Nyen suit le chemin millénaire cosmo-écologique du mythique tigre malais qui hante les histoires coloniales et subséquentes communistes du Sud-Est. Etudiant les mêmes périodes et géographies, les conservateurs Natasha Ginwala et Vivian Ziherl utilisent les racines des palétuviers comme une source d'inspiration pour poursuivre leur enquête sur la ruralité et étrangeté dans un dialogue avec Hamadé Rana et des œuvres de Roberto Chabet, Bonita Ely, Irene Kopelman, Tejal Shah, Lawrence Weiner et Terue Yamauchi, entre autres. Jennifer Wen Ma explore les différentes présentations du jardin d'Eden, des peintures médiévales occidentales aux mythologies chinoise et du Moyen-Orient, et invite un chanteur de l'opéra Kunqu à exprimer des projections de paradis perdus. Comme un miroir noir, Kader Attia observe la construction du mal à travers le déroulement du regard colonial dans les pages imprimés au début du XXe siècle. Orienté vers la science-fiction, les concepts anthropologiques de l'autochtonie, le temps non linéaire et les politiques de la langue, Shezad Dawood entreprend des voyages fictifs vers un «film possible» dont les stades rencontrent le mystique. Asli Çavuşoğlu dérive dans les profondeurs de l'ancien bleu de lapis-lazuli, relayant Witte de With auxl montagnes de l'Afghanistan et du Pakistan à la recherche du délire, de l’absence et de l'intangibilité du ciel. En parallèle, un site antique au Danemark deviendra le théâtre initiatique pour le lancement de nouvelles explorations et études de Deirdre M. Donoghue - qui réfléchit sur la figure maternelle comme un penseur et un producteur de la connaissance, plutôt qu'une figure domestique inséparable des émotions humaines.

Design d'espace par Studio Miessen


The World Turned Inside Out, Courtoisie d’APFEL

The World Turned Inside Out, Courtoisie d’APFEL

Archives 1er semestre 2013