Archives 2ème semestre 2013

Le chemin de la pelle : l’art comme archéologie

Museum of Contemporary Art, Chicago (USA)

09.11.2013 - 09.03.2014


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse e-flux


Cet automne, le Musée d'Art Contemporain (MCA) de Chicago présente The Way of the Shovel : Art as Archeology (Le chemin de la pelle : l’art comme archéologie), une exposition collective montrant l’intérêt omniprésent des artistes contemporains pour l'histoire, l'archéologie et la recherche d'archives qui est devenu une nouvelle pratique de premier plan de l'art produit dans la dernière décennie. Composé presque exclusivement d’oeuvres réalisées après le 11 septembre 2001, Le chemin de la Pelle réinvente le monde de l'art comme un canal de l’histoire alternatif qui s’intéresse à la mémoire, à l'enregistrement , et répond à des événements historiques. Organisée par le MCA Manilow Senior Curator Dieter Roelstraete, cette exposition est visible du 9 novembre 2013 au 9 mars 2014.















Le chemin de la pelle : l’art comme archéologie, Museum of Contemporary Art, Chicago

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Exposition du 9 novembre 2013 au 9 mars 2014. Museum of Contemporary Art, 220 East Chicago Avenue – Chicago, IL 60611. Tél. : +1 312 280 26 60. Ouverture le mardi de 10h à 20h, du mercredi au dimanche de 10h à 17h.



Beaucoup d'artistes de l'exposition portent une passion à l'histoire et un penchant à déterrer le passé. Le titre Le Chemin de la pelle s’inspire des outils de travail emblématiques de l'archéologue - la pelle - et l'exposition refléchit sur l'acte d'exhumation comme l’un des paradigmes définissant l’art le plus récent. La trentaine d’artistes présentés, issus de plus d'une douzaine de pays, prouvent que l'exploration de l'archéologie fait partie de la démarche artistique dans de nombreuses cultures contemporaines.

L'exposition est organisée selon plusieurs fondements conceptuels. Dans le premier volet, l'archéologie est considérée métaphoriquement, mettant l'accent sur l'art qui prend la forme d’une recherche historique, souvent archivistique. Beaucoup de ces oeuvres sont de nature photographique, la plupart basées sur l’image en mouvement, et explorent les pouvoirs documentaires de l'art. Les artistes prééminents de cette catégorie sont Phil Collins, Moyra Davey, Tacita Dean, Stan Douglas, Joachim Koester, Deimantas Narkevicius, Anri Sala, Hito Steyerl et Ana Torfs, parmi autres.

Dans le deuxième volet, l'archéologie est considérée plus littéralement, avec des œuvres qui interrogent la relation entre la matière et la vérité historique. Cette section présente les sculptures d’artistes comme Cyprien Gaillard, Daniel Knorr, Michael Rakowitz et Simon Starling, ainsi que des oeuvres traitant de la dimension politique de l'archéologie réalisées par Mariana Castillo Deball et Jean- Luc Moulène. Deux « expositions dans l’exposition » portent un regard plus précis à la figure imposante de Robert Smithson, chercheur de la quintessence de l'art, et à la psychanalyse comme une archéologie de l'esprit. Dans ces sections dérivées, on croise le travail de Jason Lazarus, Tony Tasset, Shellburne Thurber et d'autres.


Bien que de large portée géographique et générationnelle, Le Chemin de la pelle se penche également sur l'histoire de son propre emplacement, la ville de Chicago. L’exposition est accompagnée d’un catalogue en couleur avec des contributions de critiques et d’historiens-clés ainsi que de plusieurs des artistes participants.