Archives 1er semestre 2013

Jimmie Durham, Works of Science and Yellowness

Galerie Michel Rein Bruxelles  (Allemagne)

26.04 - 01.07.2013


Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse E-Flux

 


À San Francisco, en 1966, un jeune homme nommé Stewart Brand a envoyé le message «Pourquoi n'avons-nous pas vu une photographie de toute la terre encore?" Deux ans plus tard, l'image de la NASA de la Planète Bleue illustrait la couverture du premier numéro du Whole Earth Catalog. L'image de la Planète Bleue a émergé comme une nouvelle icône universaliste pleinement emblématique, remplaçant une autre image qui avait dominé pendant les années d'après-guerre: le champignon atomique. Le Whole Earth Catalog a inséré en vedette l'image de la planète bleue sur chacun de ses nombreux numéros. Les contenus étaient communément dédiés à la déclaration que la photographie semblait communiquer: la terre entière comme un système interconnecté. Dans sa structure souvent considérée comme un précédent analogue aux moteurs de recherche tels Google, le Whole Earth Catalog de Stewart Brand est devenu l'une des publications les plus influentes de ces dernières décennies, couvrant les mondes de la cybernétique et de la culture hippie, du romantisme de la nature et du culte de la technologie, du psychédélisme et de la culture numérique,fournissant ainsi des impulsions décisives non seulement pour le mouvement écologiste, mais aussi pour l'essor de la culture de réseau numérique.



Exposition du  26 avril au 1er juillet 2013. Haus der Kulturel der Welt, John-Foster-Dulles Allee 10 - 10557 Berlin (Deutschland). Tél.: +49 30 39787 153. Ouverture du mercredi au lundi de 11h à 19h.

La Terre entière. La Californie et la disparition, Haus der Kulturen der Welt, Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Cover (edited by Stewart Brand), "Whole Earth. Catalog. Access to Tools, Fall 1968"

L'exposition La terre entière est un essai composé d'éléments culturels et historiques et de positions artistiques qui répondent à la montée de l'image de «One Earth», et au paradigme écologique qui lui est associé, révélant de nombreuses connexions surprenantes. La visibilité de l'ensemble de la Terre et l'utilisation de l'image de la planète bleue dans les projets, les idéologies, les activités artistiques, architecturales, musicales et politiques de la contre-culture californienne se révèlent être une source des constellations actuelles. Elles montrent  comment l'élément politique de la contre-culture en est venu à embrasser les modèles cybernétiques de régulation qui ont émergé dans la période d'après-guerre, souvent à proximité immédiate des complexes hautement militaro-industriels dont les réformateurs de la vie, les hippies et les mouvements communautaires cherchaient manifestement s'exclure. Mais l'exposition Whole Earth ne cherche pas à répéter la vieille histoire de l'échec de la  contre-culture. Au lieu de cela, l'exposition se propose de décrire les figures centrales idéologiques et visuelles, les points de transfert, amalgames et blocages sous le signe de la "Whole Earth", en commençant par l'inversion du regard dirigé vers l'extérieur de l'ère spatiale se retournant vers notre planète.



Cover (edited by Stewart Brand), "Whole Earth. Catalog. Access to Tools, Fall 1968"


La Terre entière. La Californie et la disparition de l'extérieur est un projet mené dans le cadre du thème «Anthropocène 2013/2014" à la Haus der Kulturen der Welt.

Avec des œuvres de Nabil Ahmed, Ant Farm, Eleanor Antin, Martin Beck, Jordan Belson, Ashley Bickerton, Dara Birnbaum, Erik Bulatov, Angela Bulloch, Bruce Conner, Öyvind Öyvind, Robert Frank, Jack Goldstein, Nancy Holt und Robert Smithson, Lawrence Jordan , Silvia Kolbowski, Philipp Lachenmann, David Lamelas, Sharon Lockhart, Piero Manzoni, Raymond Pettibon, Adrian Piper, Robert Rauschenberg, Ira Schneider, Richard Serra, Alex Slade, Jack Smith, Josef Strau, le Centre for Land Use Interpretation, Le Groupe des otolithes , Suzanne Treister, Andy Warhol et Bruce Yonemoto, entre autres.

Commissaires d'exposition : Diedrich Diederichsen et Anselm Franke
Une production de Haus der Kulturen der Welt


En parallèle, la série "Observatoire de l'Anthropocène : Documentation, Films, Expositions" débute dans la galerie de la Haus der Kulturen der Welt. Avec plusieurs séries de films récemment produits et des présentations d'archives, elle s'engage sur le terrain des espaces politiques, institutionnels, géologiques et discursifs de l'Anthropocène. Le premier épisode, Planifier la Planète, sera un débat sur l'Anthropocène dans le contexte du changement climatique et des institutions et dispositifs qui traitent du réchauffement global.

L’Observatoire de l'Anthropocène est un projet mené par l'Agence territoriale, d'Armin Linke et Anselm Franke. Le premier épisode, Planifier la Planète, se déroule jusqu'au 26 Août.