Archives 1er semestre 2016

Julian Charrière, Pour ceux qui sèment le vent

Parasol-unit, Londres (R.U.)

15.01 - 23.03.2016

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


La fondation Parasol unit pour l’art contemporain présente Julian Charrière : For They That Sow the Wind (Pour ceux qui sèment le vent), la première exposition personnelle de cet artiste au Royaume-Uni.











































English




Julian Charrière est un artiste conceptuel dont les activités et les interventions au cours de la première décennie de sa carrière l’ont conduit dans certaines des régions les plus reculées de la planète, pour des recherches sur la géologie, la biologie, la physique, l'histoire et l'archéologie. Une grande partie de son travail est consacré au temps, au cycle continu du passé, du présent et du futur, ainsi qu’aux transformations soudaines et progressives physiques qui ont eu lieu naturellement ou en raison de l'activité humaine. Créant ses œuvres tout en explorant les questions écologiques et environnementales dans des sites spécifiques, Charrière examine comment l'humanité interagit avec l'ordre naturel. Un pan important de son œuvre à ce jour l'a amené à examiner les demandes réelles et dominantes pour les avancées technologiques, dont la plupart appauvrissent de plus en plus les ressources naturelles de la Terre et ont de vastes implications pour l'avenir de nos systèmes écologiques.

Parmi les installations exposées à Parasol unit par cet artiste installé à Berlin on peut citer Futur Fossil Spaces (2014), une grande construction réalisée avec d’épaisses briques de sel extraites des gisements de sel de Salar de Uyuni en Bolivie, une région désormais communément appelée le «triangle du lithium ». Le lithium est un élément chimique essentiel des batteries qui alimentent nos appareils électroniques. Le film Somewhere (2014) et la série photographique Polygone (2015) narrent la catastrophe causée par l'activité humaine à Semipalatinsk au Kazakhstan, site où, entre 1949 et 1989, l'Union soviétique a mené 456 essais nucléaires. Les enquêtes de Charrière pour Polygone ont été inspirées par la nouvelle de JG Ballard, « The Terminal Beach ».


Dans la galerie supérieure, trois installations font des liens entre le passé et l'avenir à travers le présent éphémère. Bien que soulevant des questions existentialistes, elles sont aussi dotées d’une beauté éthérée. Dans la série de grandes photographies The Blue Fossil Entropic Stories (2013), on voit Charrière comme une silhouette fragile faisant fondre l'iceberg sous ses pieds avec un chalumeau. L'image agit comme un catalyseur, une surface de projection, invitant chaque spectateur à imaginer être le protagoniste. Dans We are All Astronauts (2013), différents globes, allant de 1890 à 2011, semblent flotter sur une grande table. L'artiste a éliminé les divisions géopolitiques entre les pays, les continents et les personnes en ponçant la surface de chaque monde et en laissant leur poussière se mêler sur le dessus de table. Il utilise un "papier de verre international" qu’il a produit à partir d'échantillons minéraux recueillis dans tous les pays reconnus par les Nations Unies. Enfin, Tropisme (2015) expose plusieurs plantes réputées avoir existé au cours de la période du Crétacé. Hyper congelées à -196 degrés centigrades par une immersion dans l'azote liquide, les plantes sont affichées dans une vitrine de verre scellée et réfrigérée à -20 degrés centigrades. Tant que ces plantes d'il y a 65 millions d'années seront conservées congelées et surveillées par les humains, elles continueront de représenter une interface entre le passé et l'avenir.

Cette exposition est organisée par Ziba Ardalan, Fondateur / Directeur de Paraso unit. Elle est accompagnée d'une publication en couleur qui intègre deux essais, l’un du philosophe contemporain Timothy Morton et l'autre de Ziba Ardalan, avec son interview de l'artiste.























Julian Charrière, The Blue Fossil Entropic Stories I, 2013. Photograph, archival pigment print on Hahnemühle photo paper, 160 x 240 cm. Courtesy Collection Lars Dittrich, Berlin.

Julian Charrière, The Blue Fossil Entropic Stories I, 2013. Photograph, archival pigment print on Hahnemühle photo paper, 160 x 240 cm. Courtesy Collection Lars Dittrich, Berlin.


Julian Charrière, Pour ceux qui sèment le vent, Parasol-unit, Londres

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

Exposition du 15 janvier au 23 mars 2016. Parasol-Unit, 14 Wharf Road – London N1 7RW (RU). Tél. : +44 20 7490 7373. Ouverture du mardi au samedi de 10hà 18h, dimanche de 12h à 17h.