Archives 1er semestre 2018

John Akomfrah, Pourpre

Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid (Espagne)

20.02 - 25.03.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Quand ils entendent le mot «pourpre», peu de gens pensent à un pacte étrange plutôt qu'à une couleur. Mais ici, le violet désigne le pacte entre un escargot de mer et la race humaine. La substance que l'animal sécrète lorsqu'il se sent menacé est la couleur que nous avons choisie pour symboliser le pouvoir. Quel pouvoir? Le nôtre: le simple pouvoir de détruire ce qui nous entoure, de nous placer à un niveau plus élevé que toutes les autres formes de vie, de penser que le monde existe pour nous servir. Sur Internet, nous lisons que la teinture pourpre a été découverte par un autre animal, un chien appartenant à Herakles, le héros de la mythologie grecque. Le chien se promena avec une bouche pourpre jusqu'à ce qu'Herakles découvre que son museau teint était dû à son grignotage enjoué sur les escargots murex qui jonchaient les plages le long de la côte du Levant.





























 


















































English








John Akomfrah, Pourpre, Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Exposition du 20 février au 25 mars 2018. Museo Nacional Thyssen-Bornemisza
Paseo del Prado, 8
28014 Madrid (Espagne). Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 19h, le samedi de 10h à 21h.

 







 











 





 



























 





 











Purple, installation immersive composée de six écrans, est une importante réflexion visuelle sur le formidable pouvoir destructeur de la population humaine sur le vaste monde de la vie. John Akomfrah nous montre la violation de ce qui aurait dû être un contrat de coexistence pacifique. La destruction de l'habitat marin constitue un front d'images terrifiant. Les écrans accueillent et plongent les spectateurs dans une grande expérience qui révèle comment nous avons éliminé les conditions nécessaires à la survie d'un habitat et notre indifférence à l'extinction des plantes et des animaux. Comme le montrent les images, les zones côtières souffrent de manière disproportionnée de cette maladie en raison de leur proximité avec les centres de population humaine. La détérioration de l'habitat a un effet dramatique sur la biodiversité de l'ensemble de l'océan. Les estuaires, les marécages, les marais et autres lieux vitaux pour la reproduction, les «pépinières» de pratiquement toutes les espèces marines, sont en danger. Et ce grand déséquilibre déclenche la fureur de la nature. Les ouragans, les typhons, les tempêtes, les tsunamis et d'autres phénomènes météorologiques accentuent encore les bouleversements massifs dans les cycles de vie des plantes et des animaux océaniques et, par conséquent, de l'homme. Les marécages sont dragués et utilisés pour construire des structures résidentielles, industrielles et agricoles. Les villes, les usines et les fermes produisent des déchets, de la pollution et des décharges chimiques qui peuvent faire des ravages sur les récifs, les plantes marines, les oiseaux et les poissons. Les barrages intérieurs réduisent le flux naturel de nutriments, interrompent les migrations des poissons et freinent les cours d'eau douce, augmentant ainsi la salinité des eaux côtières. La déforestation loin de la côte produit de l'érosion, et les sédiments qui en résultent sont amenés en mer et déposés dans des eaux peu profondes, où ils peuvent bloquer la lumière du soleil dont les récifs coralliens ont besoin pour se développer. Les pétroliers et les porte-conteneurs peuvent endommager les habitats avec leurs coques et leurs ancres. Les déversements de pétrole brut et d'autres substances tuent des milliers d'oiseaux et de poissons, laissant une traînée toxique qui prend souvent des années à disparaître. L'agent le plus dévastateur? Nous.

John Akomfrah est un écrivain britannique, cinéaste, artiste, philosophe et fondateur du Black Audio Film Collective, un groupe composé de sept artistes et réalisateurs qui ont développé un langage visuel abordant les liens entre le passé colonial et le présent de la production culturelle. Purple au Museo Nacional Thyssen-Bornemisza est le premier spectacle solo de John Akomfrah en Espagne.

Purple a été commandé par le Barbican, Londres et co-commandé par Bildmuseet Umeå, Suède, TBA21-Academy, l'Institut d'Art Contemporain, Boston, et Museu Coleção Berardo, Lisbonne.

Le travail de John Akomfrah trouve son inspiration dans diverses expéditions organisées par TBA21-Academy. Fondée par Francesca von Habsburg en 2011, et s'appuyant sur son expérience en tant que productrice d'installations artistiques interdisciplinaires et de programmation culturelle socialement engagée, l'Académie conduit des artistes, des scientifiques et des leaders d'opinion sur des expéditions de découverte collaborative. TBA21-Academy est guidée par sa mission de favoriser une meilleure compréhension de l'océan.




John Akomfrah, Purple (still), 2017. Six screen film installation. Thyssen-Bornemisza Art Contemporary Collection. © Smoking Dogs Films. Courtesy Lisson Gallery



John Akomfrah, Purple (still), 2017. Six screen film installation. Thyssen-Bornemisza Art Contemporary Collection. © Smoking Dogs Films. Courtesy Lisson Gallery