Archives 2ème semestre 2016

Je suis allé au bois: l’artiste est un marcheur

The Glucksman, University College, Cork (Irlande)

22.07 - 06.11.2016

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

« Je suis allé dans les bois parce que je voulais vivre délibérément, affronter seulement les faits essentiels de la vie, et voir si je ne pouvais pas apprendre ce qu'ils avaient à enseigner, et non pas, quand je serais confronté à la mort, découvrir que je ne l'avais pas vécu ». Henry David Thoreau


















































English





Je suis allé au bois: L'artiste marcheur observe comment les artistes ont vécu et dépeint leur environnement lors de promenades, de voyages et de randonnées. Rassemblant des œuvres d'artistes irlandais et internationaux, l'exposition explore l'idée du vagabond, du nomade, et du voyageur, l’enregistrement de leur environnement externe à travers son observation attentive et la collecte de matériaux, d’objets et d’images. De cette façon, les artistes de Je suis allé au bois incarnent un sens de l'individualisme et de l'idéalisme, délibérément détourné des complications et du confort de la vie moderne. En suivant la maxime de Thoreau "vivre délibérément," ils démontrent un désir de comprendre et de communiquer leur propre position dans le monde, selon leurs propres termes.

Les méthodes nécessaires pour survivre et s’adapter à des environnements inconnus sont inscrites dans plusieurs œuvres d'art. L’abri de survie d’Anna Bak est construit avec des sacs de sable et des bâches et sa série d'œuvres textiles à l’apparence de drapeaux indique l'isolement et la solitude qui accompagnent le retrait de l'individu de la société moderne. Dans les
Hourly directional dield recordings de Helen Mirra, des frottages de bâton à l'huile sur du lin brut enregistrent la marche de l'artiste au cours d'une seule journée. Northern Star de Walker et Walker est une petite lumière rougeoyante encastrée dans le mur nord du Glucksman, tandis que, dans une autre oeuvre, les artistes alignent une série de reproductions photographiques de paysages de Caspar David Friedrich pour créer une ligne d'horizon sans faille.

La marche de l'artiste entraîne souvent la cueillette, la collecte et la sélection de matériaux comme un moyen de documenter une expérience particulière. Richard Long est une figure majeure de l'art conceptuel et du land art, qui utilise les mediums de la marche, du temps et de la distance comme sujets de son travail. Les matériaux qu'il trouve sont disposés dans des configurations de cercles et de lignes, qui sont « intemporelles, universelles, compréhensibles et faciles à réaliser. » herman de vries a reçu une formation de botaniste et ses collages d'éléments naturels reflètent un intérêt de longue date pour le hasard, le changement et l'environnement. Les objets sculpturaux de Juha Pekka Matias Laakonnen sont également fabriqués directement à partir de matériaux naturels - os d'oiseaux, matières fécales des orignaux, eau de source -, recueillis par l'artiste lors de ses incursions dans des régions sauvages. Ces objets délicats et leurs suggestions de voyage, de nature et de solitude, révèlent une sensibilité de nature poétique.

Marcher offre également l'occasion de contempler l'environnement immédiat, de le voir autrement. Les sculptures de Brendan Earley présentent des livres faits à la main et des détritus modernes de fragments d'aluminium coulés déposés sur de grands blocs de bois, tandis que ses paires de dessins et de cannes ont été gravées avec des extraits de paroles de chansons souvenirs de l'artiste lors de ses promenades dans la campagne. La pratique de Fiona Kelly découle de ses recherches dans des espaces abandonnés et de l'observation attentive des changements subtils dans ces environnements, avec ses images décrivant préservant méticuleusement les sites de la détérioration. Pour Ria Pacquée, le voyage et la randonnée sont des éléments essentiels de son travail, recueillant et organisant des images et des objets en fonction de leurs affinités formelles. Son installation comprend une étude sur les objets sphériques que l'artiste a trouvés, point culminant de voyages durant plusieurs années à travers les continents.


Commissaires d’exposition : Chris Clarke et Pádraic E. Moore











Exposition du 22 juillet au 6 novembre 2016. The Glucksman, University College Cork – Cork (Irlande). Tél. : +353 21 490 1844 . Ouverture du mardi au samedi de 10h à 17 h.






 





 



























 





 











Brendan Earley, For a New Compass, 2016. Linen, jersey material, gesso. Brendan Earley, The Searchers (part two), 2016. Aluminium, blank bound books, mahogony, steel. Courtesy of the artist and mother's tankstation, Dublin. Photo: Tomas Tyner / UCC.

Brendan Earley, For a New Compass, 2016. Linen, jersey material, gesso. Brendan Earley, The Searchers (part two), 2016. Aluminium, blank bound books, mahogony, steel. Courtesy of the artist and mother's tankstation, Dublin. Photo: Tomas Tyner / UCC.


Je suis allé au bois: l’artiste est un marcheur

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés