Expositions en cours

Hyperobjets

Ballroom Marfa, Marfa (Etats-Unis)

13.04 - 14.10.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Hyperobjets est une exposition collective co-organisée par Timothy Morton, philosophe et professeur à l'Université Rice, et Laura Copelin, directrice et conservatrice de Ballroom Marfa, qui reprend des idées de la théorie de Morton pour faire face à la crise écologique actuelle. L'exposition présente des installations du Center for Land Use Interpretation, de Megan May Daalder, Tara Donovan, Nance Klehm, Postcommodity, Emilija Škarnulytė et Sissel Marie Tonn, ainsi que des objets et des prêts de David Brooks, du Centre for Big Bend Studies, Rafa Esparza, Raviv Ganchrow, Paul Johnson, Candice Lin, la Fondation Long Now, Iván Navarro, du Centre de recherche du Rio Grande, Oscar Santillán et du A. Michael Powell Herbarium.



























 


















































English








Hyperobjets - Ballroom Marfa

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Morton questionne: Où sommes-nous? Marfa, Texas, États-Unis, Terre ...? Quand sommes-nous? Cette semaine? Cette année? Notre vie? Le temps du capitalisme? Le temps des humains sur Terre? Et, de plus, qui sommes-nous? Humains? Qu'est-ce qu’est l'humanité sur Terre? Pouvons-nous dire d'une manière qui n'est pas misogyne ou raciste - ou spéciste? Comment parlons-nous de notre action dans la biosphère?

Dans son livre de 2013, Hyperobjects: Philosophie et écologie après la fin du monde, Morton définit les hyper-objets comme des entités qui sont déconcertantes - réchauffement climatique, plastique dans l'océan, déchets nucléaires - et apparemment incompréhensibles. Morton soutient que les hyperobjets créent une conscience écologique bien au-delà de la compréhension humaine normale. Pour comprendre un hyperobjet, nous devons transformer la façon dont nous voyons et expérimentons l'univers. En regard avec cette idée, l'exposition cherche à créer des rencontres avec des œuvres d'art et des objets hors de l’art qui décentrent et élargissent l'échelle de la perception humaine.

A travers l'esthétique, l'expérience sensorielle directe, les explorations spéculatives et les fluctuations dramatiques d'échelle, les artistes de Hyperobjects présentent divers points de vue de cette théorie monumentale. A cette fin, Tara Donovan réalise une nouvelle version in situ de Untitled (Plastic Cups), où elle applique un processus sculptural aux propriétés fondamentales d'un objet, en l'occurrence un gobelet en plastique, à une échelle qui le transforme en autre chose.

L'installation vidéo immersive d'Emilija Škarnulytė représente des détecteurs de neutrinos et des sous-marins nucléaires du point de vue d'un anthropologue du futur lointain. Mirrorbox de Megan May Daalder est un double casque portable inventé par l'artiste pour refléter et combiner les traits de visage des participants, briser les frontières perçues entre soi et l'autre.

Sissel Marie Tonn installe une nouvelle configuration de son Intimate Earthquake Archive, permettant aux visiteurs de porter des gilets qui transmettent des données sismiques provenant de séismes artificiels causés par des forages gaziers. Nance Klehm creuse des trous dans la cour de Ballroom pour fouiller, créer des tas, analyser le sol, cataloguer les détritus et donner aux visiteurs l'opportunité d'être physiquement immergé dans la terre.

Le collectif d'artistes Postcommodity évoque la frontière américano-mexicaine avec une installation sonore qui met en scène la cooptation du mythe, du langage et de la voix par le gouvernement pour piéger les migrants qui traversent le paysage. Dédié à la compréhension des interactions humaines avec la surface du sol aux États-Unis, le Centre d'interprétation de l'utilisation des terres (CLUI) étudie et cartographie les phénomènes dans le paysage du Texas occidental.

Copelin et Morton ont également inclus dans l’exposition des objets provenant des archives botaniques, géologiques et anthropologiques locales de Marfa et de la région de Trans-Pecos, prêtés par des partenaires académiques à l'Université Sul Ross State: le Centre d'études Big Bend, le Centre de recherche du Rio Grande et le A. Michael Powell Herbarium. Parmi ces spécimens et artefacts, on trouve des œuvres d'art et des objets de David Brooks, de Rafa Esparza, de Raviv Ganchrow, de Paul Johnson, de Candice Lin, de la Fondation Long Now, d'Iván Navarro et d'Oscar Santillán.

Ballroom Marfa collabore avec des organismes de recherche locaux, régionaux et nationaux sur une série de programmes complémentaires qui répondent à l'exposition et connectent les participants à l'écologie singulière des trans-pecos. Les partenaires du projet comprennent l'Institut de recherche Borderlands, le Centre de recherche sur l'énergie et l'environnement de l'Université Rice dans les sciences humaines et The Nature Conservancy.

Un catalogue, produit en conjonction avec l'exposition, inclut des contributions d'Olafur Eliasson, de Kathelin Gray, de Morton, de Ben Rivers, de Kim Stanley Robinson, de Mark von Schlegell, des artistes de l'exposition et de nombreux autres éléments.


Exposition du 13 avril au 14 octobre 2018. Ballroom Marfa , 108 East San Antonio Street - Marfa, TX 79843 (Etats-Unis).