Archives 2ème semestre 2013

Forces inconnues

Samuso, Istambul (Turquie)

28.08 - 21.09.2013

Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux

 


L’exposition collective d’artistes internationaux Forces inconnues explore comment divers intérêts et forces oeuvrent à informer nos environnements urbains et nos expériences de vie. Quelles questions pouvons-nous soulever concernant les effets sociaux-politiques de la mondialisation dans le développement des communautés urbaines et de quelle manière ces phénomènes impliquant la mémoire et les identités sont-ils enclenchés?


Exposition du 28 août au 21 septembre 2013. Samuso, MSGSÜ Tophane-i Amire Culture and Arts Center, Bogazkesen Cad. Deefterdar Yokusu N°:2 - Tophane - Beyoglu, Istambul (Turquie). Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 19h.

Forces inconnues, Samuso, Istambul Apichatpong Weerasethakul, Unknow Forces (capture d’écran). Vidéo projection 4 canaux, 1:1.78, couleur, son, en thailandais et sous-titrage anglais, Courtoisie de Maichine Films, Thailande

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Apichatpong Weerasethakul, Unknow Forces (capture d’écran), 2007. Vidéo projection 4 canaux, 1:1.78, couleur, son, en thailandais et sous-titrage anglais, Courtoisie de Maichine Films, Thailande

Istanbul est reconnue historiquement et géographiquement comme une ville où convergent les cultures asiatiques, européennes et islamiques. Connue depuis longtemps comme une plaque tournante qui cultive les transformations de ces cultures, cette ville est souvent considérée comme un lieu qui se transforme sans cesse en quelque chose d’autre, ses bâtiments et ses quartiers s’adaptant aux évolutions des conditions sociales, économiques, religieuses et politiques. Tout en conservant les traces de ses divers passés, Istanbul exprime également de nombreux aspects des processus d’urbanisation et actuellement, la rupture en cours de compréhension psychologique accompagnée de l’érosion des systèmes de valeurs, de l’absence de mémoire spatiale et de la disparition annoncée des traditions, qui sont des caractéristiques dominantes de la métropole contemporaine.

L’exposition Forces inconnues explore les strates de modification des postures à la fois de prime abord et en profondeur dans les modes d’expérimentation des villes. Ces mouvements accompagnent les constantes modifications de la société urbaine qui ne concernent pas seulement la manifestation physique d’une ville mais s’étendent également à l’arène invisible des systèmes sociaux sous-jacents. Présentant des œuvres qui utilisent et mixent divers matériaux, pratiques et perspectives tout en abordant les notions de la vie urbaine, non seulement à Istanbul mais dans le monde entier, l’exposition propose aux visiteurs de réexaminer les villes où ils vivent comme des espaces alternatifs pour l’investigation créatrice et le défi. Quelles forces engendrent ces transformations et quels lieux/personnes touchent-elles dans la durée?

Le titre de l’exposition s’inspire de l’œuvre éponyme réalisée en 2007 par le cinéaste Apichatpong Weerasethakul. La vidéo décrit la vie nomade de journaliers dans des camions pick-up. Ils sont transportés d’un chantier à l’autre par des entrepreneurs dans la région native de l’artiste au nord de la Thaïlande en cours de réaménagement immobilier après le maelström politique de 2006. Entre documentaire et fiction, les œuvres de Weerasethakul montrent les forces fondamentales qui influencent la politique et la société. Dans une ville en développement et mutation rapide, l’artiste insiste sur les réactions sentimentales qui surviennent dans la vie populaire vernaculaire. Il se penche sur les fractures et les frictions produites par ces changements et examine les mouvements stratifiés qui se produisent à la fois de prime abord et en profondeur.

Les œuvres de l’exposition sont présentées avec une variété de niveaux. Le public expérimente différentes perspectives : celle de regarder la télévision chez soi sur un écran, de regarder un panneau d’affichage électronique au centre d’une ville, d’expérimenter l’illusion de voir un événement se produire sous ses yeux, et de voir une vidéo qui ressemble à un panneau publicitaire. À travers les différences de point de vue et d’expérience à l’intérieur d’un même espace, le public est porté à se poser des question sur la manière dont la mondialisation et l’influence politique affectent la communauté urbaine et son développement, ainsi que nos mémoires et identités dans le vécu d’expériences dans différentes villes. Le public se pose des questions sur ce que la conduite de forces inconnues change dans une ville et mémorise de la ville ce qui a été modifié par la mondialisation ou les théories économiques. Avec ces questions, le public peut appréhender des perspectives multistrates: dans la composition spatiale de Tophane-i Amire, un ancien espace historique, appréhender le contenu des œuvres, et comment différents intérêts et forces travaillent et affectent nos vies à travers les histoires enchevêtrées de « forces inconnues ».

Les artistes
Caner Aslan, Bae Young-whan, Alicia Frankovich, Liam Gillick, Nilbar Güres, Yang Ah Ham, Kim Beom, Joohyun Kim, Meiro Koizumi, Aernout Mik, Ahmet Ögüt, Fahrettin örenli, Nam June Paik, Park Chang-kyong, Tino Sehgal, Bruno Serralongue, Seung H-Sang, Do Ho Suh, Tadasu Takamine, Koki Tanaka, The Propeller Group, Vandy Rattana, Apichatpong Weerasethakul, Haegue Yang, Jun Yang.