Archives 1er semestre 2013

Élémentaire
Havremagasinet, Boden (Suède)

06.06 - 20.10.2013


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse

 

Elementaire :

adj.
1. De, concernant, ou étant un élément.
2.
a. Fondamental ou essentiel; base.
b. De ou lié aux fondamentaux; élémentaire.
c. Constituant une partie intégrante; inné.
3. De nature à ressembler à une force puissante de la nature : la violence élémentaire.
n. Dans certains systèmes occultes, un habitant de l'un des quatre éléments, en particulier l'un des êtres décrits par Paracelse comme intermédiaire dans la corporéalité entre les humains et les esprits.

Au cœur de l’exposition Elementaire ne sont pas seulement présents les artistes islandais sélectionnés, mais l'Islande toute entière avec ses forces spécifiques et même «élémentaires» naturelles, intégrant les volcans, les glaciers, l'activité sismique, les rivières et les puissantes cascades, la géologie et l'océan dans son immensité. La rencontre avec le paysage islandais est une profonde leçon d'humilité et d'évolution, ce que les Islandais le savent bien, mais aussi les nombreux visiteurs passionnés. L'exposition Elementaire découle de ces expériences en Islande, et montre que beaucoup d'excellents artistes islandais ont trouvé des façons fascinantes de faire ce qui est, en fait, un art très élémentaire. Bien que les oeuvres ne portent pas "sur" l'Islande, l'Islande est dans les oeuvres et dans la conscience qu'elles procurent: une patrie dans l'esprit qui contribue beaucoup et dynamise les explorations en profondeur de chaque artiste.



 

Exposition du 6 juin au 20 octobre 2013. Havremagasinet – Boden Art Center, Norrbottensvägen 18 – S-961 36 Boden (Suède). Tél. : +46 (0)921 93 041. Ouverture du mercredi au dimanche de 12h à 17h.




Elementaire présente aussi l'impact que l'Islande a eu sur des artistes internationaux majeurs, qui ont été invités et parfois résident dans le pays depuis des années. Roni Horn a été engagé avec l'Islande pendant pratiquement toute sa carrière, vivant dans le pays à temps partiel et y exposant ses œuvres, tout comme Olafur Eliasson, dont les parents sont Islandais, mais qui est né et a grandi à Copenhague. Roman Signer est particulièrement en phase avec le paysage volcanique et réalisé de nombreuses sculptures temporaires ou sculptures-événements, là distance dans la nature. Lawrence Weiner a également souvent visité l'Islande, et exposé à Reykjavik ainsi que dans le nord à Akureyri. Karin Sander a également exposé à Reykjavik et voyagé à travers le pays. L'implication de Joan Jonas remonte à la Saga du volcan (1985-1989), tournée en Islande et prenant en partie ses racines dans la célèbre Saga Laxdaela du 13ème siècle, tandis que la photographe suédoise Maria Friberg estime son expérience d'étudiante un an à Reykjavik à l'Académie des arts d'Islande comme très formatrice.

Ragna Róbertsdóttir présente deux œuvres murales monumentales, réalisées à partir de vrais morceaux de lave provenant de célèbres volcans d'Islande et de terre rouge. Lawrence Weiner présente également deux œuvres murales relatives au paysage, la première sur le "spath d'Islande" (une variété transparente de calcite) et l'autre le "magma retombé" (roche en fusion qui devient la lave des éruptions volcaniques, qui constitue une caractéristique essentielle de l'Islande). Hrafnhildur Arnardóttir présente une dynamique sculpture faite de cheveux artificiels multicolores qui évoque aussi des grottes, des glaciers et des antres de contes de fées où vivent des créatures magiques, des falaises et des éruptions volcaniques. Lors du vernissage, la chanteuse islandaise, musicienne et artiste visuelle Kría Brekkan improvisé un morceau en live et des performances en écho à cette oeuvre. Trois sculptures temporaires / actions de Roman Signer, enregistrés sur vidéo, se produisent sur des sites éloignés en Islande. L'artiste insère une caméra dans une source chaude et bouillonnante, à Snæfellsnes, fait un voyage en kayak à travers les champs de lave, non sur une rivière, mais sur un chemin de terre vide. Lors d'une journée de pluie et de vent dans la lande, il attache ensemble deux parapluies ouverts et les confie aux éléments. Happant le vent, les parapluies se soulèvent, font des cabrioles en l'air, dansent, dégringolent et s'accrochent dans le paysage, pour enfin s'effondrer.

Les œuvres de l'exposition sont multidisciplinaires, intégrant des sculptures, des photographies, des peintures conceptuelles, des vidéos, des textes, des œuvres textiles, sonores et de la performance. Toutes sont élémentaires dans les multiples sens du terme, tournées vers les essences et les forces de la nature. L'Islande, en tant que nation insulaire volcanique lointaine dans l'Atlantique Nord, fournit une influence puissante et incontournable à la fois sur les artistes islandais et étrangers qui ont vécu et apprécié l'attirance magnétique de ce pays.


Commissaire d’exposition : Gregory Volk

Élémentaire, Havremagasinet, Boden

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés