Archives 2ème semestre 2017

David LaChapelle, After the Deluge

BAM, Mons (Belgique)

28.10.2017 - 25.02.2018

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Le BAM de Mons présente du 28 octobre 2017 au 25 février 2018 l'exposition After the Deluge consacrée aux photographies de David LaChapelle. Son langage narratif se caractérise par une surenchère de la forme allégorique, à travers laquelle il diffuse ses critiques de la société de consommation dans un récit narratif perpétuellement inquiet du sort de l'humanité. Ses images utilisent pleinement la culture populaire, tout en se référant maintes fois à l'histoire de l'Art et aux traditions cultuelles. Son style si singulier né-humaniste est reconnaissable entre tous, et a influencé de nombreuses générations d'artistes.























 


























































ArtCatalyse Expositions internationales

Après la série d'oeuvres sur le thème du déluge (2006) inspirées des fresques de Michelange découvertes à la chapelle Sixtine, et qui l'ont profond駑ent marqué, David LaChapelle a abandonné ­ la ­représentation­ de ­ la figure ­humaine pournphotographier ­entre ­autres des paysages ­ industriels­ décalés, telles ­ses ­stations-service envahies­ de­ végétation­ tropicale ou ses raffineries ­constituées ­de matériaux­  recyclés.

Parmi les nombreux volets de l'exposition organisé par Gianni Mercurio, trois séries de photographies touchant plus précisément à l'environnement sont ici mises en avant  :













 











David LaChapelle, After the Deluge, BAM, Mons

Exposition du 28 octobre 2017 au 25 février 2018. BAM, Rue Neuve, 8 - 7000 Mons (Belgique). Tél.:  0032(0)65.40.53.30. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à18h.











 











 





 



























 





 











© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

Earth Laughs in Flowers

Les séries Earth Laughs in Flowers et Still Life abordent le thème des vanité, motif souvent traité par LaChapelle, mais elles renvoient cette fois à la tradition iconographique baroque de la nature morte florale. Elles proposent une lecture inédite du concept de caducité. Les formes, les couleurs saturées, les lumières et les reflets du plastique composent des tableaux hyperréalistes qui portent les signes du consumérisme et des produits génétiquement modifiés. Plus qu'un avertissement sur la fragilité de la beauté, les natures mortes de LaChapelle sont une réponse à la prétention de l'homme à vouloir maîtriser la nature.


Gas Stations

Diverses stations-services ont été transposées numériquement dans les forêts pluviales de Maui, île où David LaChapelle a élu domicile. En écho au vide tranquille des toiles d'Edward Hopper, ces stations-services sont une nouvelle interprétation du paysage américain. Elles illustrent l'isolement qui se répand dans notre société. Dans un futur peut-être pas si lointain, elles seront découvertes comme les restes architecturaux d'un monde perdu, à l'instar des temples aztèques ou de l'île de Pâques. Les cultures à venir, avec leurs autres préoccupations, s'interrogeront sans doute sur leur utilité. Comment sont-elles arrivés là ? Pourquoi ont-elles été construites? De quelle manière ont-elles contribué à l'ascension et la chute de cette civilisation  ? Ces images n'ont pas pour autant une volonté didactique, elles ne condamnent ni ne justifient rien. Elles existent, simplement, apportant une image de notre monde dont la suite de l'apparence se rapporte aux décisions prises pour y vivre.


Land Scape

Dans la série Land Scape, les raffineries colorées brillant de mille feux de LaChapelle se découpent sur des fonds de ciel intenses. Des horizons où tout comme dans les forêts tropicales de Gas, l'humanité a disparu, mais où, cette fois, les complexes industriels poursuivent soit-disant leur activité. Les coulisses de ce projet photographique, documentés dans une vidéo projetée dans le musée, dévoilent le dispositif technique qui a produit ces paysages spectaculaires. Aucune manipulation numérique cette fois  : le plateau est une construction à micro-échelle, réalisée par une équipe de spécialistes dans les décors d'animation. Un travail artisanal de haute précision a été effectué pour assembler une multitude d'objets recyclés et de produits de l'industrie – verres en plastique, pailles, canettes, cartons... Les thèmes écologiques qui ont inspiré ces récentes créations de l'artiste ne se traduisent pas par des scénarios de désolation, mais donnent au contraire forme à des mirages scintillants, truffés de paillettes, enrubannés de guirlandes scintillantes, à l'instar des parcs d'attraction.