Archives 2ème semestre 2013

Camillle Henrot: Cités d’Ys

New Orleans Museum of Art (U.S.A.)

11.10.2013 - 02.03.2014

Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse E-Flux


 

Le New Orleans Museum of Art présente cet automne une exposition personnelle de l'artiste française Camille Henrot (née en 1978 , vit à New York), lauréate du Lion d'argent de la Biennale de Venise remis à un jeune artiste prometteur. L'exposition Camille Henrot: Cités d'Ys est la première exposition personnelle de Camille Henrot dans un musée aux États-Unis.











Exposition du 11 octobre 2013 au 2 mars 2014. New Orleans Museum of Art, 1 Collins Diboll Circle – New Orleans, LA 70124 (USA). Tél. : 504 658 41 00. Ouverture du mardi au jeudi de 10h à 18h, vendredi de 10h à 21h, samedi et dimanche de 11h à 17h.




Camillle Henrot: Cités d’Ys, New Orleans Museum of Art

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Camille Henrot utilise souvent une constellation d'images provenant de sources à la fois académiques et populaires pour relier les mythes originels à la culture contemporaine. Dans son installation au New Orleans Museum of Art, elle établit un parallèle entre la légendaire cité engloutie d'Ys en Bretagne (d'où sa famille est originaire), et les zones humides en cours de disparition occupées par les Indiens Houma, une tribu installée en Louisiane qui parle historiquement le Houma français, une combinaison du français du 17ème siècle français et de l'Houma ancestral, une langue du West Muskogean.


Pour son exposition Cités d'Ys, Camille Henrot a créé une installation de vidéos et sculptures qui explorent la fluidité des mythes et des cultures. Elle s'est intéressée aux Indiens Houma tant pour leur connexion à sa langue maternelle que pour la résistance de la tribu à l'homogénéisation et à l'institutionnalisation de leur culture. Aujourd'hui, la tribu Houma cherche à devenir une tribu reconnue au niveau fédéral par le gouvernement des États- Unis, ainsi que de nombreuses autres tribus amérindiennes . Toutefois, une partie de leur lutte est de prouver leur statut d'indigènes américains, qui est compliquée par le fait que la terre où résident les Houma est dispersée par les cours d'eau (ce qui ne facilite pas la démarcation des "terres autochtones " ). En outre, lors des siècles passés , la tribu était tribu pacifique et n'allait pas à la guerre avec l'armée des États-Unis ou ses colons. En conséquence , la tribu n'a pas encore passé de traité avec le gouvernement américain. Le projet de Henrot est en partie une critique du processus de la manière dont la culture est évaluée, en particulier par les membres à l'extérieur de la communauté.


Cherchant à relier deux cultures, la Houma et la sienne, Henrot rappelle une légende racontée par sa grand-mère, conteuse en Bretagne. La Bretagne est une région côtière en France qui a fait perdurer sa culture à travers l'histoire orale et les légendes Selon la légende de la Ville d'Ys, Ys était une ville côtière de luxe protégé par une digue. Dans quelques itérations de l'histoire, la princesse Dahut d'Ys, convaincue par un chevalier étranger, a volé la clé de l'écluse de son père, le roi Gradlon. En raison de sa transgression, les endiguements se sont effondrés et Ys a été submergée sous les eaux. Cependant, la légende ajoute que la ville continue d'exister sous les vagues.


Alors que l'histoire de la tribu Houma et la légende bretonne de la ville d'Ys ont des origines très différentes, ils reflètent la manière dont la fluidité des cultures orales leur permet de survivre, remettant ainsi en cause notre compréhension de la culture comme un phénomène statique et immuable.


Avec son projet Cités d'Ys, Camille Henrot examine de manière critique comment notre ère numérique et la mondialisation remettent en question les notions traditionnelles d'identité. C'est l'espoir que par l'approche de cultures à travers leurs liaisons partielles plutôt que leurs différences, nous pouvons augmenter notre sens d'une empathie mondiale. Les gravures, sculptures et vidéos de Camille Henrot assemblent les mythes d'inondation, d'assèchement et de déplacement des côtes de la Louisiane, les accumulations de pipelines à Terrebonne Parish et la poursuite de l'utilisation de mots français dans la langue anglaise.


Camille Henrot, Study for "Cities of Ys" (still), 2013. Video. Courtesy of the artist and galerie kamel mannour.

Camille Henrot, Study for Cities of Ys (still), 2013. Video. Courtesy of the artist and galerie kamel mannour.