Aux extrêmes de la terre : le Land Art jusqu’en 1974, Haus der Kunst, Munich

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Aux extrêmes de la terre : le Land Art jusqu’en 1974
Haus der Kunst, Munich (Allemagne)

11.10.2012 - 20.01.2013



Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse


Ends of the Earth (Les extrêmes de la terre) : le Land Art jusqu'en 1974 constitue la première exposition importante de la Maison des Arts de Munich consacrée au Land Art. Organisée par Philipp Kaiser et Miwon Kwon, elle offre le panorama historique le plus complet à ce jour de ce mouvement artistique. Avec près de 200 œuvres de plus de 100 artistes internationaux, elle jette un nouvel éclairage sur cette pratique artistique d'exception qui a émergé dans les années 1960. Les artistes du Land Art utilisaient la terre comme leur matériau et le paysage comme leur médium, créant ainsi des œuvres à l'extérieur du cadre familier du marché de l'art. L'exposition, cependant, réfute le cliché du « retour à la nature » et le mythe de la « fuite de la culture ». Elle explique plutôt comme le Land Art, implicitement et explicitement, s'est frotté aux contextes technologique, social et politique.


Des constructions géantes dans des sites reculés à ciel ouvert, comme la Spiral Jetty (1970) de Robert Smithson, Double Negative (1969-70) de Michael Heizer et Lightning Field (1977) de Walter de Maria, constituent des œuvres emblématiques du Land Art. Elles dominent une analyse de ce mouvement comme un phénomène essentiellement nord-américain, qui a rejeté les limites institutionnelles du marché de l'art. Ends of the Earth tente de montrer que les multiples œuvres internationales et leurs emplacements géographiques avec le désir de s'approprier le paysage ou de travailler avec la terre sont nourries d'impulsions et d'objectifs très divers. Les artistes présentés dans l'exposition sont issus non seulement des Etats-Unis, mais d'autres pays : l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, la France, la Grande Bretagne, l'Allemagne, l'Islande, Israël, le Japon, les Pays-Bas, les Philippines et la Suisse. L'exposition montre également que le Land Art n'a pas concerné que des œuvres sculpturales mais aussi des pratiques médiatiques : l'écrit, la photographie, le cinéma et la télévision ont joué un rôle majeur dans la création et le développement du Land Art.




Exposition du 11 octobre 2012 au 20 janvier 2013. Haus der Kunst, Prinzregentenstrasse 1 – D-80537 Munich (Allemagne). Ouverture tous les jours de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 22h.




Ends of the Earth étudie également le réseau complexe des collectionneurs, mécènes, galeristes et conservateurs qui ont contribué à l'épanouissement du Land Art comme un genre artistique autonome. Concernant les artistes, ils ont été en prise avec la difficile question de choisir quels œuvres du Land Art pouvaient être exposées dans des musées et des galeries et de quelle manière le faire. Le Land Art n'a pas échappé au marché de l'art, mais il a mené à une remise en cause très sensible des conditions de production, de présentation et de diffusion de l'art. Ends of the Earth présente trois expositions collectives révolutionnaires des années 1968-1969 qui ont contribué à définir le Land Art et simultanément à contester les conventions de règle dans les expositions. L'exposition s'achève dans la chronologie des années 19+70, peu de temps avant que le mouvement soit devenu une catégorie entièrement institutionnalisée dans la sphère artistique.


L'exposition Ends of the Earth est organisée en collaboration avec le Musée d'art contemporain de Los Angeles. Un catalogue est publié aux éditions Prestel avec des essais de Tom Holert, Philipp Kaiser, Miwon Kwon, Julienne Lorz, Jane McFadden, Julian Myers et Emily Eliza Scott.


Archives 2ème semestre 2012