Expositions en cours

Arte Povera: une expérience créative

Musée de l’Ermitage, Saint-Petersbourg (Russie)

17.05 - 16.08.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

"D'abord la personne, puis le système. C'est comme ça. Maintenant la société produit et la personne consomme. Tout le monde peut critiquer, supprimer, démystifier et suggérer des réformes, mais une telle action doit rester dans le système. Personne n'est autorisé à être libre [...] Dans un monde dominé par les inventions et les imitations technologiques, on n'a que deux alternatives: la première implique l'assimilation (par kleptomanie) du système ou ses langages codifiés et artificiels dans un dialogue pratique avec les structures sociales ou individuelles existantes [...] La deuxième alternative est l'opposé de la première: la libre projection personnelle d’une activité humaine. La première ligne de raisonnement encourage un art complexe, la seconde un art pauvre concerné par la contingence, les événements, l'historicisme, le présent (Debray observe que «nous ne sommes jamais complètement contemporains dans notre présent»), un regard anthropologique, une personne «réelle» ( Marx), et l'espoir (maintenant une certitude) de rejeter tout discours visuellement univoque et cohérent (la cohérence est un dogme qui doit être violé). " -G. Celant (1967)































 


















































English








ArtCatalyse Expositions internationales Arte Povera: une expérience créative - Musée de l’Ermitage, Saint-Petersburg

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Exhibition view of Arte Povera + Azioni Povere (Ra3-terza Rassegna di Pittura internazionale di Amalfi) curated by Germano Celant. Antichi Arsenali della Repubblica di Amalfi, Amalfi, October 4–6, 1968. Photo: Bruno Manconi. Courtesy the archive of Lia Rumma.




Exposition du 17 mai au 16 août 2018. The State Hermitage Museum, 2 Palace Square - 190000 St Petersburg (Russie). Ouverture mardi, jeudi, vendredi et dimanche de 10h30 à 18h, mercredi et vendredi de 10h30 à 21h.









 







 











 





 



























 





 











"A la fin des années 1960, un certain nombre d'artistes italiens travaillant principalement à Turin et à Rome, ainsi qu'à Gênes, Milan et Bologne, ont commencé à présenter leur travail ensemble. Évitant résolument un style de signature et encourageant l'incohérence comme une  valeur positive, ces artistes réalisent des travaux de sculpture, photographie, installation et performance, qu'ils partagent avec d'autres artistes internationaux engagés dans des mouvances parallèles comme le Land Art, l’antiformisme, le postminimalisme et l’art conceptuel. Ce mouvement a été nommé Arte Povera, ce qui, traduit littéralement, signifie «art pauvre», mais ne se réfère pas uniquement à une pauvreté des matériaux. L'impact de l’Arte Povera sur les artistes d'Europe occidentale et d'Amérique était à la fois immédiat et profond, et son influence est toujours ressentie dans le monde entier.

Les artistes qui allaient le plus être associés à ce mouvement - Giovanni Anselmo, Alighiero Boetti, Pier Paolo Calzolari, Luciano Fabro, Jannis Kounellis, Mario Merz, Marisa Merz, Giulio Paolini, Pino Pascali, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Emilio Prini et Gilberto Zorio - étaient intéressés par le point de rencontre de l'art et de la vie, de la nature et de la culture. Ils ont tenté de créer une compréhension subjective de la matière et de l'espace, permettant une expérience de l'énergie «primaire» présente dans tous les aspects de la vie vécue directement et non médiatisée par la représentation, l'idéologie ou les langages codifiés. Cette énergie était destinée, d'une part, à correspondre aux forces physiques fondamentales de la nature telles que la gravité ou l'électricité et d'autre part à se référer aux éléments fondamentaux de la nature humaine tels que la vitalité, la mémoire et l'émotion. -C. Christov-Bakargiev (1999)


" Dans les années 1960, sous le dégel de Khrouchtchev, l'Ermitage a commencé à exposer des œuvres d'artistes français contemporains qui étaient auparavant dans nos réserves. Le dernier étage du Palais d'Hiver a été rénové pour accueillir les impressionnistes et les postimpressionnistes et devenir les célèbres galeries où les artistes et les amateurs d'art de partout viendraient voir Femmes d'Arles de Van Gogh et La danse de Matisse. Ces espaces ressemblaient beaucoup à la Kunsthalle de Berne à l'époque de la célèbre exposition Arte Povera de 1969 - When Attitudes Become Form. En 2014, l’exposition moderniste a été déplacée du palais d'Hiver au centre général de l'autre côté de la place et ces salles légendaires des années 1970 du Palais d'Hiver s’ouvrent à nouveau au public pour accueillir les œuvres des artistes de l’Arte Povera, qui y sont vues pour la première fois. " D. Ozerkov (2018)


L'exposition présente 57 œuvres et installations qui célèbrent un mouvement artistique qui a profondément influencé les artistes d'aujourd'hui.


L’exposition est organisée par Carolyn Christov-Bakargiev et Dimitri Ozerkov.




Exhibition view of Arte Povera + Azioni Povere (Ra3-terza Rassegna di Pittura internazionale di Amalfi) curated by Germano Celant. Antichi Arsenali della Repubblica di Amalfi, Amalfi, October 4–6, 1968. Photo: Bruno Manconi. Courtesy the archive of Lia Rumma.