Archives 1er semestre 2015

Art pauvre - Riche héritage

Arte Povera et pratiques parallèles 1968-2015

National Museum of Norway, Oslo (Norvège)

13.03.2015 - 28.02.2016

Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


Cette exposition thématique se concentre sur les œuvres de l'Arte Povera et les pratiques parallèles, qui sont au cœur de la collection du musée depuis ses années fondatrices. Ce qui en fait un sujet très approprié pour le Musée d'art contemporain vivant sa 25ème année.


























English




Exposition du 13 mars 2015 au 28 février 2016. National Museum of Norway, Bankplassen 4 - Oslo (Norvège). Ouverture du mardi au vendredi de 11h à 17h, le jeudi de 11 à 19h, samedi et dimanche de 12h à 17h.





 





 











Outre de nombreuses œuvres de l’Arte Povera, l'exposition intègre des exemples de pratiques connexes comme l'art conceptuel, le land art et le minimalisme. Elle présente également des œuvres récentes qui illustrent comment les débats artistiques des années 1960 ont influencé les jeunes générations d'artistes.


Dans le contexte des mouvements de protestation politiques de la fin des années 1960, l'Arte Povera a adopté une attitude d'opposition à la consommation et la commercialisation croissante du monde de l'art. Cet héritage de l'Arte Povera se reflète dans la collection du musée. Un certain nombre d'œuvres d'artistes norvégiens et étrangers renommés constituent le riche patrimoine qui s’est développée à partir de l'influence de l'Arte Povera. Les années 2000 ont vu émerger un regain d'intérêt expérimental pour les matériaux et les approches artistiques tel le néo-conceptualisme. Les artistes ont utilisé des stratégies qui illustrent la pertinence durable de concepts artistiques des années 1960. Une promenade à travers l'exposition permettra au public de découvrir les œuvres d'Arte Povera du musée, et de les comparer et de découvrir des pratiques parallèles comme le jeu de Camilla Løw avec le minimalisme, les sculptures de Ida Ekblad assemblées à partir de déchets trouvés, « l’informel » de Camilla Wærenskjold et Jeannette Christensen, et une approche critique et néo-conceptuelle dans les œuvres de Matias Faldbakken, Gerard Byrne et Mario García Torres.


Les artistes
Giovanni Anselmo, John Baldessari, Miroslaw Balka, Per Barclay, Per Inge Bjørlo, John Bock, Louise Bourgeois, Hanne Borchgrevink, Bård Breivik, Kristina Bræin, Gerard Byrne, Pier Paolo Calzolari, Jeannette Christensen, Hanne Darboven, A K Dolven, Elmgreen & Dragset, Ida Ekblad, Ólafur Eliasson, Matias Faldbakken, Ian Hamilton Finlay, Hilmar Fredriksen, Jon Gundersen, Gjertrud Hals, Svanhild Heggedal, Siri Hermansen, Georg Herold, Marianne Heske, Ane Mette Hol, Ragna St. Ingadóttir, Marte Johnslien, Donald Judd, Iver Jåks, Ilya Kabakov, Berit Soot Kløvig, Jannis Kounellis, Sol LeWitt, Løvaas & Wagle, Camilla Løw, Mario Merz, Camille Norment, Kirsten Ortwed, Sidsel Paaske, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Kirstine Roepstorff, Dieter Roth, Ulrich Rückriem, Lara Schnitger, Richard Serra, Robert Smithson, Susana Solano, Bente Stokke, Gerd Tinglum, Mario García Torres, Mette Tronvoll, Tone Vigeland, Franz West, Camilla Wærenskjold, Snorre Ytterstad, and Gilberto Zorio.

Commissaires d’exposition : Sabrina van der Ley, Randi Godø and Andrea Kroksnes






© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Art pauvre - Riche héritage, National Museum of Norway, Oslo

Mario Merz, postamenti della terra e della luna su un asse (Movements of the Earth and the Moon on an Axis), 2002. Photo: Nasjonalmuseet.



Mario Merz, postamenti della terra e della luna su un asse (Movements of the Earth and the Moon on an Axis), 2002. Photo: Nasjonalmuseet.