Expositions en cours

Triennale 2021 du New Museum, Soft Water Hard Stone

New Museum of Contemporary Art, New York (USA)

28.10.2021 - 23.01.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


New York, NY... La triennale 2021 du New Museum, « Soft Water Hard Stone », rénit les œvres de 40 artistes et collectifs vivant et travaillant dans 23 pays.

Présentée du 28 octobre 2021 au 23 janvier 2022, pour sa cinquième édition, l'exposition est co-organisée par Margot Norton, Allen et Lola Goldring, conservateurs au New Museum, et Jamillah James, conservateur principal de l’nstitut d’rt Contemporain de Los Angeles (ICA LA), et présente de nouvelles et le travail récent d'une majorité d'artistes exposant pour la première fois dans un musée américain.
Le titre de la Triennale 2021, « Soft Water Hard Stone », est tiré d'un proverbe brésilien dont diverses versions se retrouvent à travers les cultures: Qua mole em pedra dura, tanto bate até que fura / L'eau douce sur la pierre dure frappe jusqu'à ce qu'elle perce un trou.










































 


















































English























On peut dire que le proverbe a deux sens : si l'on persiste assez longtemps, l'effet recherché peut être atteint à terme ; et le temps peut détruire même les matériaux les plus solides. Le titre parle d'idées de résilience et de persévérance, et de l'impact qu'un geste peut avoir au fil du temps. Il fournit également une métaphore de la résistance, puisque l'eau - un matériau fluide et transitoire - est parfois capable de dissoudre, la pierre, une matière qui lui est associée avec permanence, mais aussi composée de minuscules particules qui peuvent s'effondrer sous la pression.

En cette période de profond changement, où des structures que l'on croyait stables se désagrègent ou se trouvent au bord de l'effondrement, la Triennale 2021 récompense des artistes revisitant des modèles traditionnels, matériaux et techniques au-delà des paradigmes établis. Leurs œuvres exaltent des états de transformation, attirant l'attention sur la malléabilité des structures, des surfaces poreuses et instables, et sur les qualités fluides et adaptables des médiums technologiques et organiques. Tout au long de l’exposition, les artistes abordent les capacités de régénération du monde naturel et nos inéluctables relations avec elle, et se débattent avec les héritages enracinés du colonialisme, des déplacements et de la violence. Leurs œuvres se penchent sur des histoires et des traditions artistiques méconnues, tout en recherchant en urgence le potentiel créatif qui pourrait donner une nouvelle vie aux éléments dysfonctionnels ou mis au rebut. C’est à travers leurs reconfigurations et re-créations qu’ils nous rappellent non seulement notre temporalité mais aussi notre adaptabilité, des caractéristiques fondamentales que nous partageons et qui confortent notre humanité.

Le proverbe qui donne son titre à l'exposition a inspiré une œuvre de Gabriela Mureb, Machine #4 – stone (ground) (2017). L’oeuvre consiste en un petit moteur qui actionne une tige d’aluminium frappant à plusieurs reprises une pierre dans un staccato constant. Au fil du temps, la tige finira par percer un trou dans la pierre, créant une fine poudre qui s'accumulera et se dissoudra dans l'atmosphère ambiante. Selon la durée d'exposition de l'œuvre, ce trou modifiera le poids de la pierre, pouvant la faire basculer. Etant l’une des plus petites œuvres figurant dans l'exposition, cette pièce fournit une métaphore puissante pour les idées entourant la détermination, la réciprocité et la révolution, comme le moteur antique qui ronronne avec régularité.

Un certain nombre d'artistes de l'exposition, dont Ann Greene Kelly, Blair Saxon-Hill et Bronwyn Katz, collectionnent et modifient des objets trouvés, produisant des sculptures qui transcendent la banalité de leur origine. Samara Scott va transformer la façade vitrée du New Museum avec Lonely Planet (2021), une installation in situ composée de matériaux organiques et de débris du quotidien. Les explorations alchimiques de Scott, qu'elle décrit comme basées sur « la mutation, la pourriture et le changement », aboutissent à des abstractions vibrantes et visqueuses avec la superposition et le collage de liquides - assouplissant, boissons énergisantes, gel pour les cheveux - avec divers éléments comme de vieux T-shirts, des mégots de cigarettes et des bijoux cassés. L’installation de Nadia Belerique, HOLDINGS (2020-en cours), assemble une série de barils en plastique blanc couramment utilisés pour envoyer des marchandises et cadeaux pour leur cargaison à travers les mers. Dans cette œuvre, chaque tonneau devient un cadre ou un récipient pour des compositions réalisées avec de liquides, des photographies et des assemblages d'objets dotés de revêtements en verre teinté ressemblant à des lentilles. La translucidité du verre et des barils empilés produit une paroi poreuse à travers laquelle les objets peuvent être observés, avec une lumière traversante simultanément à l'intérieur et à l'extérieur, évoluant tout au long de la journée.

D'autres artistes, comme Angelika Loderer, Jes Fan et Iris Touliatou, présentent des œuvres qui évoluent, se dissolvent, se décomposent, transmutent et disparaîssent. 1000 años (2019) de Tómas Díaz Cedeño est un arrangement en forme de stalactite de sculptures en béton coulé reliées à un système d'irrigation, qui envoie un goutte-à-goutte d'eau le long des chaînes et du béton vers des récipients en céramique. Comme dans le proverbe titre de l'exposition, l'eau dissout lentement les particules dans le béton et s'infiltre dans sa structure, la maintenant dans un état de transformation graduelle mais persistante.

Au sein de « Soft Water Hard Stone », de nombreuses œuvres interagissent directement avec l'architecture de la galerie, affectant l'expérience physique des spectateurs vis-àvis de l'espace et des objets en relation avec leur corps. Avec Great Shuttle (2020-2021), Laurie Kang remplace les cloisons sèches temporaires classiques traditionnellement utilisées dans les musées, divisant l'espace d'exposition avec des rails flexibles et des poteaux d'acier apposés avec une sensibilité continue, ainsi qu’un film photographique non traité qui se déplacera avec le temps. Cette relation entre l'architecture et le corps est repris dans de nombreuses autres œuvres qui présentent l'environnement bâti comme un prolongement de notre propre corporéité, telles la série Flesh in Stone (2012-en cours) de Yu Ji, Annotations on Shelter (2021) de Krista Clark, et une nouvelle œuvre de Kate Cooper.

Clay Theory (2019), un film 3D stéréoscopique d'Amalie Smith, évoque les liens profonds qui existent entre les humains et la Terre, ainsi que le concept de vie artificielle. Dans son travail, Smith aborde auprès des scientifiques la composition de l'ADN du corps humain et de l'argile, et rappelle aux historiens de l'art d'anciennes figures chypriotes en terre cuite que l'on croyait autrefois vivantes. Nothing Further Beyond (2021) de Hera Büyüktaşcıyan, Temple of Love – Love to Love de Gaëlle Choisne (2021), et une nouvelle peinture panoramique à grande échelle d'Ambera Wellmann explorent également les idées de frontières fluides et d’hybridité.

Pour certains artistes de l'exposition, une matérialité complexe émerge, investie dans des contextes locaux et des histoires personnelles. Une suite de sculptures de table de Kahlil Robert Irving qui semblent ordinaires en tant que matériaux et déchets, est entièrement fabriquée en céramique, et imprimée avec les résidus du temps et la ville américaine post-industrielle. Les reliefs muraux en pâte à papier de Nickola Pottinger incorporent des morceaux de papier trouvés, des éléments déchirées d'œuvres antérieures, de la céramique brisée et des matériaux organiques, ainsi que des dessins graphiques aux couleurs vives sur les surfaces fortement texturées. Les céramiques d’Erin Jane Nelson, avec des collages et éléments collectés du monde naturel, méditent sur la crise climatique en cours, tandis que le grand format de la peintre Christina Pataialii, une peinture abstraite sur toile de coton, évoque les problèmes de classe et de travail à travers le prisme de l’ histoire familiale et des migrations.

D'autres artistes, tels Kang Seung Lee et Rose Salane, créent de nouvelles formes d'archives comme un acte de récupération, en conciliant des histoires méconnues à travers des matériaux ou une re-présentation. As I Lay Dying (2021), série de huit nouvelles peintures de Cynthia Daignault, représente des « arbres témoins » dans le sud américain, les survivants et témoins restants de la guerre civile et de l'ère Jim Crow, et des symboles du traumatisme générationnel qui résonnent encore aujourd'hui. An amplification through many minds (2019) de Tanya Lukin Linklater réfléchit sur les origines des collections et expositions muséologiques, activant les biens culturels autochtones conservés en stockage par la relation et le mouvement.

Enfin, les politiques de visibilité et d'espace social sont représentées dans des vidéos, des installations et sculptures qui examinent l'héritage culturel et le rôle de l'histoire et de l'État dans les systèmes d’oppression. Fighting for the title not to be pending (2020) de Jeneen Frei Njootli est composée du poids de l'artiste en perles, disseminées dans diverses fissures et encoignures du musée. Fighting articule une dichotomie de l'absence et de la présence, faisant allusion à la privation du droit de vote et à la violence contre les peuples autochtones à travers le monde. Ces travaux sont rejoints par l'exploration spéculative de Sandra Mujinga sur les populations noires et leur visibilité dans la vidéo à trois canaux Pervasive Light (2021) et All Your Stars are but Dust on my Shoes de Haig Aivazian (2021), qui aborde les questions de surveillance et de contrôle dans le contexte du Liban en compilant des images récupérées après les soulèvements du 17 octobre 2019.

« Soft Water Hard Stone » fait suite aux précédentes éditions de la Triennale du New Museum, « Younger Than Jesus" (2009), "The Ungovernables" (2012), "Surround Audience" (2015) et "Songs for Sabotage » (2018).







Image: Exhibition Title Design by Studio Pacific

Exposition du 28 octobre 2021 au 23 janvier 2022. New Museum, 235 Bowery, New York, NY 10002 (USA). T. : +1 212-219-1222. Ouverture le jeudi de 11h à 21h, du vendredi au dimanche de 11h à 18h.






 







 











 





 



























 





 











Triennale 2021 du New Museum New York, Soft Water Hard Stone

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés

Expositions en cours et à venir