Archives 1er semestre 2022

Rivus

23e Biennale de Sydney (Australie)

12.03 - 13.06.2022   

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


La Biennale de Sydney présentera plus de 330 œuvres de 89 participants et 400 événements dans le cadre de l'édition 2022, ouverte au public du 12 mars au 13 juin 2022.


La 23e Biennale de Sydney, intitulée Rīvus, qui signifie « ruisseau » en latin, présentera de nouvelles œuvres et commandes répondant à l'écologie de l'eau et aux relations avec le monde naturel. Le public découvrira des installations immersives à grande échelle, des projets in situ et des œuvres vivantes de participants internationaux, tels Kiki Smith, Marguerite Humeau, Sheroanawe Hakihiiwe, John Gerrard, Jumana Emil Abboud et Ackroyd & Harvey, aux côtés de participants australiens comme Badger Bates, Clare Milledge, Julie Gough et D Harding. La liste des participants s'étend au-delà du domaine des arts visuels et présente des plans d'eau et leurs gardiens à travers le monde, intégrant l'Australie, le Bangladesh et l'Équateur.











































 


















































English























Expositions en cours et à venir

L'édition 2022 a été développée et réalisée par un Commissariat composé du directeur artistique et commissaire colombien José Roca et des co-commissaires Paschal Daantos Berry, Anna Davis, Hannah Donnelly et Talia Linz.

Le Curatorium a déclaré : « rīvus s'articule autour d'une série de zones humides conceptuelles situées le long des cours d'eau irriguant les peuples Gadigal, Burramatagal et Cabrogal. Ces écosystèmes imaginaires sont peuplés d'œuvres d'art, d'expérimentations et de recherches, répondant à nos connexions et déconnexions avec l'eau. Les rivières ont été les voies de communication et les sources de vie pour des communautés entières et un nombre croissant de juridictions à travers le monde accordent aux rivières des droits de personne juridique. Comme nous voyons les voies navigables émerger dans le débat mondial, nous avons souhaité étendre cela plus loin dans la sphère publique avec notre exposition. De nombreux participants à la Biennale de Sydney ont travaillé sur les voies navigables, locales et internationales, pour partager leurs histoires et susciter ces dialogues importants.

Les participants étudieront les écosystèmes entretenus par les cours d'eau dans le monde entier. Cela peut être détecté dans des œuvres comme la collaboration de Marjetica Potrč avec Wiradjuri Elder Uncle Ray Woods qui raconte l'histoire de deux rivières : la Soča en Slovénie et la Galari (rivière Lachlan) ; ces œuvres seront présentées aux côtés du collage monumental de l'artiste brésilien Caio Reisewitz, qui fait référence à l'aquifère sous la jungle amazonienne. L'exploration par D. Harding des voies navigables ancestrales avec la communauté locale a inspiré un nouveau travail de sculpture. La première australienne de The Great Animal Orchestra, une installation majeure créée par l'écologiste américain du paysage sonore Bernie Krause et United Visual Artists, plongera le public dans les sons d'habitats vulnérables en Afrique, en Amérique du Nord, dans l'océan Pacifique et le fleuve Amazone, tandis que l'artiste française Marguerite Humeau présentera une nouvelle commande sculpturale envisageant un monde dans lequel l'extinction massive s'est accélérée jusqu'à un point de non-retour.







Rivus, 23e Biennale de Sydney, Australie

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés

John Gerrard, Leaf Work (Derrigimlagh), 2020. Installation view, Galway International Arts Festival, Ireland, 2020. Commissioned by Galway International Arts Festival for Galway 2020, European Capital of Culture. Courtesy of the artist and Pace Gallery. © John Gerrard. Photo: Ross Kavanagh.



John Gerrard, Leaf Work (Derrigimlagh), 2020. Installation view, Galway International Arts Festival, Ireland, 2020. Commissioned by Galway International Arts Festival for Galway 2020, European Capital of Culture. Courtesy of the artist and Pace Gallery. © John Gerrard. Photo: Ross Kavanagh.

Dans une configuration semblable à un laboratoire, les visiteurs sont invités à voir Diana Scherer au travail alors qu'elle entreprend ce qu'elle appelle des «collaborations avec la nature» en développant des réseaux de racines à travers des motifs uniques de textile tissé. Connues par les neurobiologistes comme le cerveau des plantes, Scherer attire l'attention sur les racines en tant qu'agents intelligents actifs dans le processus de production de tissus vivants.

Diana Scherer est particulièrement fascinée par les systèmes cachés des plantes. Son projet Entanglement examine les vaisseaux du xylème, le tissu responsable du transport de l'eau à travers les plantes. Examinant de près l'interdépendance des plantes et de l'eau, le motif que Scherer crée avec les racines s'inspire des formes des vaisseaux du xylème dans l'anatomie végétale. L'émergence de ces vaisseaux d'eau dans les plantes est considérée comme l'une des évolutions les plus importantes de la vie des plantes. En posant des principes et des modèles géométriques et d'organisation de la nature, Scherer pose un dilemme car son métier consiste à la fois en une manipulation des processus naturels et dans la possibilité de cultiver ensemble un chemin commun.

« Une racine navigue, sait ce qui monte et descend, perçoit la gravité et peut localiser l'humidité et les produits chimiques. Les racines sont incroyablement fortes. Dans leur recherche de nourriture et d'espace, elles se battent pour chaque espace qu'elles peuvent coloniser. J'utilise cette force pour créer mon travail. J'expose la vie souterraine et le réseau naturel se transforme en une matière aux allures de textile. Le dynamisme de la plante donne l'impression que l'œuvre se fait d'elle-même. J'ai appris à composer avec l'autonomie de la nature. Malgré mon intervention, le résultat est imprévisible à chaque fois. L'interaction du contrôle et du lâcher-prise est un élément important dans mon travail. – Diana Scherer

Evénement majeur d'art contemporain du genre en Australie, la Biennale de Sydney sera ouverte gratuitement au public du 12 mars au 13 juin 2022 à l'Art Gallery of New South Wales, Barangaroo, incluant The Cutaway,Circular Quay, Information + Cultural Exchange , le Musée d’art contemporain d’Australie, la National Art School en partenariat avec Artspace,The RocksandPier 2/3 à Walsh Bay Arts Precinct.

Pendant les 94 jours de l'exposition, les projets et les idées seront activés et explorés à travers un vaste programme d'événements et d'expériences, intitulé The Waterhouse. Le programme sera intégré aux cursus scolaires et s’activera dans la ville grâce à une programmation quotidienne pour tous les âges et conditions.

L'entrée à l'exposition est gratuite.