Archives 2ème semestre 2021

Repenser la nature

Madre Museum, Naples (Italie)

17.12.2021 - 02.05.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


L'accélération du réchauffement climatique, la montée des mers, l'extinction massive d'espèces, les récentes anomalies météorologiques, les flux et les infiltrations de toxicité impossibles à contenir, cette situation difficile qui se déroule ne peut être séparée du paradigme européen moderne qui conçoit la nature comme un réservoir de ressources à exploiter librement à des fins lucratives. Rethinking Nature (Repenser la nature) révèle comment la pratique artistique contemporaine contribue aux processus culturels et politiques qui repensent collectivement les fondements éthiques de l'existence humaine dans le monde et souligne les formes d'interconnexion qui lient la planète entière. Présentant plus de 40 artistes et collectifs issus de 22 pays, le projet articule des langages créatifs expérimentaux qui visent à produire des corps de connaissances alternatifs et des formes sociales centrées sur l'écologie politique. Ces artistes démontrent l'urgence de construire des relations sur la base d'autres valeurs et appellent à un changement radical pour faire face à une crise cumulative qui existe depuis longtemps dans de nombreuses zones géographiques et que la théoricienne Elizabeth Povinelli de Karrabing Film Collective définit aujourd'hui comme « ancestrale ».













































 


















































English























Expositions en cours et à venir

Lecture critique à travers les regards d'artistes sur les séparations disciplinaires et déterminismes qui ont dominé les sciences naturelles et géologiques au cours des derniers siècles, l'exposition s'interroge sur les racines historiques et philosophiques d'une vision impérialiste de la nature comme source de gain économique à s'approprier, et évalue comment la dynamique de domination associée se perpétue dans le système économique mondial actuel. Les peintures et sculptures de l'artiste argentine Adriana Bustos cartographient les iconographies relatives à la systématisation des relations entre les êtres vivants et analysent comment les sciences naturelles ont émergé tout en servant à naturaliser les processus coloniaux et racialisants. Karrabing Film Collective présente une nouvelle constellation d'œuvres vidéo et de cartographies conceptuelles commandées - ou Weather Reports - qui révèlent un œil colonial perfectionnant sa cartographie au fur et à mesure qu'il ravage les mondes, juxtaposant l'histoire diasporique du déplacement de la famille de Povinelli des terres du clan dans les Alpes italiennes aux colons des terres aux États-Unis, avec l'histoire de l'expropriation des Karrabing de leurs terres ancestrales dans le nord de l'Australie. Weather Reports s'étend sur cinq siècles pour évoquer les bouleversements dramatiques des écologies et des géographies alors que l'Europe revendique le contrôle du sens et du destin des territoires, des terres et des peuples.

Le projet Agricola Cornelia SpA de Gianfranco Baruchello, créé dans les années 1970 près de Rome comme une expérience artistique dans l'agriculture et la justice sociale, a étudié comment l'art pouvait offrir des alternatives et répondre à des réalités telles que la faim humaine, proposer des formes de travail non basées sur l'exploitation et explorer relations avec le non-humain et les éléments. Une nouvelle génération d'artistes développe aujourd'hui des articulations avec l'agriculture à petite échelle et la communauté à travers des projets tels INLAND créé en 2010 par Fernando García-Dory dans le nord de l'Espagne et Amakaba, récemment lancé par Tabita Rezaire dans la forêt amazonienne en Guyane française, qui intègrera une ferme de cacao, de l'apiculture et un jardin de teinture. Ces initiatives artistiques imaginent des réponses à la crise écologique, revendiquent une responsabilité collective et promeuvent un concept de justice climatique.

D'autres artistes de Rethinking Nature articulent dans leurs œuvres des formes de pensée interconnectées qui considèrent comme fondamentale l'intelligence des roches, de l'eau, des plantes et des animaux pour perturber le clivage homme-nature. Karikpo Pipeline de Zina Saro-Wiwa superpose l'infrastructure de l'extraction pétrolière avec une évocation d'énergies invisibles et spirituelles, mettant en scène une mascarade Ogoni interprétée par des danseurs avec des masques d'antilope sculptés dans un paysage de pipelines. La série de monotypes Defend Sacred Mountains d'Edgar Heap of Birds recueille la toponymie des peuples autochtones d'Amérique du Nord liée aux lieux de rituel, de culte et de guérison pour illustrer la fragmentation causée par l'État-nation et générer un espace de résistance culturelle. L'installation vidéo AmaHubo de Buhlebezwe Siwani crée un espace rituel et narratif qui affirme, à travers des langages performatifs et corporels, la résilience des pratiques spirituelles liées à la terre malgré les interdictions rencontrées par ses ancêtres en Afrique australe. Pour prolonger l'exposition à travers une grande installation in situ, les artistes philippins Alfredo et Isabel Aquilizan présentent Pillar, de la série Project Another Country inspirée des Badjao, un peuple de marins nomades de la mer de Sulu. Cette nouvelle commande, composée de centaines de maisons en carton et de plantes, a été élaborée lors d'ateliers avec des jeunes à Naples. La cascade d'habitations et de jardins descend à travers les étages du musée, suspendue à un voilier napolitain, inversée comme un abri dans la tempête, en référence à l'histoire de la ville comme port méditerranéen et aux futurs modes de vie après la montée des eaux

Liste des artistes : Maria Thereza Alves (Brésil), Giorgio Andreotta Calò (Italie), Alfredo et Isabel Aquilizan (Philippines), Adrián Balseca (Équateur), Gianfranco Baruchello (Italie), Adriana Bustos (Argentine), Sebastián Calfuqueo Aliste (Chili), Cao Minghao et Chen Jianjun (Chine), Jimmie Durham (États-Unis), Denise Ferreira da Silva et Arjuna Neuman (Brésil/Allemagne), Fernando García-Dory et INLAND (Espagne), Ximena Garrido-Lecca (Pérou), Gidree Bawlee - Salma Jamal Moushum - Kamruzzaman Shadhin (Bangladesh), Edgar Heap of Birds (Nations Cheyenne et Arapaho/États-Unis), Karrabing Film Collective et Elizabeth Povinelli (Pays Emmi, Mentha, Wadjigiyn, Kiyuk et Malakmalak/États-Unis), Sam Keogh (Irlande), Francois Knoetze (Sud Afrique), Elena Mazzi (Italie), Ana Mendieta (Cuba), Marzia Migliora (Italie), Jota Mombaça et Iki Yos Piña Narváez (Brésil/Venezuela), Sandra Monterroso (Guatemala), Niccolò Moronato (Italie), Tabita Rezaire et Amakaba (Guyane française), Zina Saro-Wiwa (Royaume-Uni/Nigéria), Karan Shrestha (Népal), Buhlebezwe S iwani (Afrique du Sud), Yasmin Smith (Australie), Ivano Troisi (Italie), Tricky Walsh (Australie), Zheng Bo (Hong Kong)

Rethinking Nature est organisée par Kathryn Weir avec la conservatrice associée Ilaria Conti.








Exposition du 17 décembre 2021 au 02 mai 2022. Madre Museum, Via Settembrini, 79 - 80139 Naples (Italie). T +39 081 1973 7254. Ouverture du mercredi au lundi de 10h à 19h30







 







 











 





 



























 





 











[1] Tricky Walsh, The Yearning (detail), 2021. Courtesy of the artist. [2] Sam Keogh, The Island (still), 2021. Courtesy of the artist and Kerlin Gallery, Dublin. [3] Karrabing Film Collective, The Mermaids, Mirrorworlds (still), 2018. Courtesy of the artists. [4] Zina Saro-Wiwa, Karikpo Pipeline (still), 2015. Courtesy of the artist and Niger Delta Flow Gallery. [5] Zheng Bo, Pteridophilia 2 (still), 2018. Courtesy of the artist and Edouard Malingue Gallery.



Repenser la nature, Madre Museum, Naples

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés