Expositions en cours

Liz Larner, Ci-dessous ci-dessus

Kunsthalle Zürich (Suisse)

11.06 - 18.09.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


« Vous ne pouvez pas laisser de côté le corps si vous pensez à la sculpture. Vous ne pouvez pas laisser de côté la figuration. C'en est une grande partie. J'étais à Arnhem parce que j'allais  à Sonsbeek 93. Au Gemeentemuseum, aujourd'hui Museum Arnhem, j'ai vu deux sculptures seules dans un petit espace extérieur. Elles étaient placés à environ douze pieds l'un de l'autre, et je pense que trois des quatre mains appartenant à ces deux personnages manquaient. Les mains sont un sujet classique à dessiner ou à sculpter pour l'expression possible du geste ou de l'attitude. J'ai décidé de travailler avec les mains. En tant que prochain travail à faire pour compléter mon approche de la sculpture, cela avait du sens pour moi. Mais pour les gens qui regardaient mon travail, c'était déroutant. 'Que fait-elle? Nous la considérions comme une artiste post-minimale. Pourquoi fait-elle ça?








































 


















































English
Deutsch
























Expositions en cours et à venir

Les mains dans Hands provenaient de trois sources différentes. J'en ai tiré de la vie. J'ai sculpté des mains, et elles étaient pour moitié. Et j'ai trouvé deux ou trois mains de fantaisie : une que j'ai ramassée dans une brocante et une autre, je me souviens, dans un magasin d'Halloween. J'en ai fait des moules et les ai apportés dans une fonderie à Los Angeles qui fabrique principalement des trophées. Ils ont fait ce qu'on appelle le slush casting, ce qui signifie qu'il reste creux, dans ce cas plus comme des gants. Au total, il y a dix gestes différents, mais selon leur position, ils créent encore plus de gestes, ce qui est interprétable. Hands concerne le geste, laissant l'attitude, le corps être la source de sens. (...)

Et puis, dans la pièce la plus récente, la nouvelle grande installation dans la Kunsthalle Zürich, les Meerschaum Drifts and the Asteroids, il s'agit vraiment de la matière comme message et de la création d'un paysage marin impossible qui ne pourrait pas exister. Un astéroïde ne pourrait jamais s'unir à la mer, à l'écume de mer, car, en entrant dans l'atmosphère, il devient une météorite. Créer un espace impossible mais familier avec la sculpture est mon intention pour le 2ème étage. Voyons si cela va fonctionner. C'est un panorama qui se transforme en objets et en matériaux avec ce qu'ils signifient, non seulement en tant que matériaux d'art, mais aussi en matière d’argile (pour les astéroïdes) en tant que partie de la terre mais représentant l'espace extra-atmosphérique ; et le plastique, qui provient de combustibles fossiles mais transformé en objets du quotidien faits de plastiques non recyclables et recyclables, comme des jouets, des emballages en plastique, des sacs et des contenants jetables, prenant la forme d'écume de mer. C'est un paysage marin ou un paysage ou un ciel et une expérience physique intense et peut-être émotionnelle à travers le présent matériel; il s'agit encore de la sculpture et du mouvement nécessaire pour recevoir cette forme d'art ; c'est un espace où la narration est possible. Elle peut être considérée comme politique ou militante. Il s'agit d'une catastrophe que nous pouvons potentiellement contrôler, mais qui ne semble pas dotée de la volonté ou du consensus nécessaire pour ce faire, et une autre catastrophe que nous ne pouvons pas contrôler. » —Liz Larner

L'artiste californienne Liz Larner donne un nouveau sens à la sculpture. Elle se concentre sur le corps, sur la présence et l'absence, et sur les manières de penser au fil du temps. La vaste exposition de Larner à la Kunsthalle Zürich révèle la diversité de sa pratique à travers une sélection concentrée d'œuvres créées entre 1988 et 2022. Le texte ci-dessus est tiré d'une conversation entre le directeur de la Kunsthalle Zürich Daniel Baumann et Liz Larner présentée, à côté d'une nouvelle de l'artiste Tim Powers, dans la publication de poche accompagnant l'exposition.















Liz Larner, Hands, 1994. © Liz Larner. Courtesy of Regen Projects, Los Angeles.



Exposition du 11 juin au 18 septembre 2022. Kunsthalle Zürich, Limmatstrasse 270 - 8005 Zurich (Suisse). Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 18h.




 











 





 



























 





 











Liz Larner, Ci-dessous ci-dessus, Kunsthalle Zürich, Suisse

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés