Expositions en cours

Homosphere

Kunsthalle Mayence (Allemagne)

10.06 - 25.09.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Les êtres humains opèrent dans l'homosphère, qui est littéralement notre espace aérien. Il s’agit de la partie de l'atmosphère terrestre la plus proche de la Terre, où la composition de l'air est assez constante. Elle enveloppe tout le globe jusqu'au point où commence l'espace. L'espace aérien n'a pas de contours. Il forme une zone marquée par des frontières qui existent, bien qu'elles soient latentes, et il est constitué de gaz et d'éléments indistincts à l'œil nu. Ce n'est que lorsque des éléments tels des avions ou des drones le traversent ou qu'il est pollué par des substances que nous pouvons voir ou sentir que nous comprenons vraiment que l'espace aérien nous affecte autant que le sol sur lequel nous marchons.






































 


















































English
Deutsch
























Expositions en cours et à venir

L’homosphère est ce qui nous relie tous directement en tant qu'êtres humains. Nous inhalons tout ce que nous rencontrons dans notre environnement immédiat, en l'absorbant activement dans notre corps : de l'air frais et propre, qui est bien souvent pollué par un mélange de gaz. Tout ce qui le traverse peut affecter, blesser et affecter notre corps. Mais l'inverse est également vrai : les humains ont un impact direct sur l'espace aérien, qui agit comme une zone de transit pour les matériaux, les mouvements, les sujets et les objets. Tout ce que nous émettons dans l'espace qui nous entoure peut avoir un effet nocif sur celui-ci. En bref : l'espace aérien et les êtres humains sont dans une relation réciproque ; nous partageons ce que nous émettons, transportons et distribuons.

L'interaction des personnes avec l'espace aérien est néanmoins souvent inconsciente ou passive. Pourtant, depuis que les aérosols ont commencé à déterminer nos interactions quotidiennes pendant la pandémie de Covid-19, depuis que la guerre en Ukraine a déclenché des appels bruyants à la fermeture de son espace aérien, depuis que la peur de l'utilisation de gaz toxiques ou d'armes nucléaires a resurgi, notre perception de l'espace aérien et de sa pertinence est devenue d'autant plus aiguë. Car non seulement il transporte des virus, mais il charrie et répand également de la poussière, de la fumée de cigarette, des fumées, des gaz et des munitions.

Tout cela rend très évident un aspect bien spécifique de l'espace aérien : un espace fluide finalement incontrôlable qui peut s'étendre d'une manière invisible à l'œil humain. Il manque de contours et de frontières claires, il peut être traversé à grande vitesse, et il enveloppe presque complètement chaque individu. Et c'est ce qui le rend si vulnérable et pourtant si dangereux. La visibilité est fondamentale non seulement pour la perception humaine mais aussi pour notre jugement, et nous avons besoin de limites pour nous protéger. L'organisme humain dans son ensemble repose sur un équilibre sensible entre perméabilité et imperméabilité. En d'autres termes, ce n'est souvent que lorsque notre corps réagit que nous apprenons que quelque chose se déplace dans notre espace aérien et, dans certains cas, de quoi il s’agit. Cela peut être le dioxyde de carbone que nous respirons, ou les gaz lacrymogènes pulvérisés par les forces de sécurité, ou un aérosol aspergé de virus. Il se passe bien plus dans l'espace aérien que ce que les gens perçoivent, pensent ou même craignent.

Homosphère aborde cette sphère omniprésente mais invisible, l'interprétant comme un espace de l’inconnu ou de l’inattendu, avec des attaques souvent clandestines non seulement contre l'organisme humain mais aussi contre les personnes, la société et la nature - et en tant que telle, une zone de danger potentiel au sein de le système terrestre.

Les artistes : James Bridle, Julian Charrière, Don’t Follow the Wind, Forensic Architecture, Hemauer/Keller, Almut Linde, Cristina Lucas, Rabih Mroué, Carsten Nicolai, Walid Raad, Oliver Ressler, Tomás Saraceno, Susan Schuppli, Tétshim & Frank Mukunday.

Organisé par Stefanie Böttcher.
















Exposition du 10 juin au 25 septembre 2022. Kunsthalle Mayence, Am Zollhafen 3-5 - 55118 Mayence (Allemagne). T +49 6131 126936. Ouverture du mardi au vendredi de 10h à 18h, mercredi de 10h à 21h, samedi–dimanche de 11h à 18h.



 











 





 



























 





 











Homosphere, Kunsthalle Mayence, Allemagne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés