Expositions en cours

Francis Alÿs, As Long As I’m Walking

Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne (Suisse)

15.10.2021 - 16.01.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne accueille une importante exposition personnelle consacrée à Francis Alÿs (né en 1959 à Anvers, vit et travaille à Mexico). Organisé en étroite collaboration avec l'artiste, As Long as I'm Walking présente des œuvres couvrant toute la carrière de l'artiste et s'articule autour de l'un des thèmes centraux de la pratique d'Alÿs, à savoir la marche.













































 


















































English























Francis Alÿs, Paradox of Praxis 5 (Sometimes We Dream as We Live and Sometimes We Live as We Dream) (still), 2013. Video, color, sound, 7:49 minutes. Documentation of an action, Ciudad Juárez, Mexico, in collaboration with Rafael Ortega, Julien Devaux, Alejandro Morales and Félix Blume. Courtesy of the artist, Peter Kilchmann (Zurich) and David Zwirner (New York, London, Paris, Hong Kong). Image: © Atelier für Videokonservierung, Bern



Alÿs marche depuis plus de 30 ans. Il a commencé à le faire à Mexico, sa maison depuis 1986 où il a filmé le plus grand nombre de ses promenades ; d'autres ont eu lieu entre autres dans les paysages urbains de La Havane, Londres, Venise et Jérusalem. Alÿs est incontestablement l'artiste-marcheur, explorant et ré-imaginant les villes dans ses itinéraires. Comme d'autres artistes avant lui, de Vito Acconci, Mona Hatoum et Hélio Oiticica à Lotty Rosenfeld, Adrian Piper et stanley brouwn, l'espace urbain est son terrain de prédilection, parfois avec les routes qui marquent les frontières, bien plus que l'espace rural mis en avant. par les artistes du Land Art et les poètes romantiques avant eux. La ville est sa matière ; son corps en mouvement et les règles du jeu qu'il se fixe lui-même sont ses outils, tandis que le film capture les traces de ce qui s'est passé.

Comme l'écrit Rebecca Solnit dans Wanderlust : A History of Walking, « penser est généralement considéré comme ne rien faire dans une culture axée sur la production, et ne rien faire est difficile à faire. Le mieux est de le déguiser en faisant quelque chose, et le plus proche de ne rien faire est de marcher. » Les promenades apparemment anodines d'Alÿs sont une façon non seulement de penser la ville, mais de forger des récits, de faire circuler des rumeurs et de cartographier son tissu social dans des actions qui peuvent être à court ou à long terme, alternativement en tirant et en poussant, en portant un accessoire qui agit comme indice de la lecture de la fable filée par le corps en mouvement. Le simple fait de se promener apparemment sans but dans l'espace urbain le cartographie à nouveau, remodelant imperceptiblement la dynamique sociale qui s'y joue. Alÿs travaille toujours par allusions, avec une précision et une économie de moyens remarquables, préférant une multiplicité poétique de sens au commentaire politique pur et simple.

Alors qu'Alÿs figure comme protagoniste dans la plupart de ses premières vidéos, il se déplace derrière la caméra dans une série d'œuvres commencées en 1999, les Jeux d'enfants. Dans ceux-ci, il filme des enfants qui jouent, toujours à l'extérieur, généralement en groupe, parfois seuls - des chaises musicales, des cerfs-volants, des billes, des châteaux de sable, des ciseaux à papier et d'autres jeux familiers. En regardant les enfants jouer, il est tentant de lire les pérégrinations urbaines de l'artiste comme des tentatives de redécouvrir le naturel du jeu d'enfant, une activité aussi profondément essentielle que radicalement libre, où s'écrivent des histoires, se tissent des liens et s'essaient dans l'espace. Ces vidéos, tournées dans de nombreux pays, offrent également à l'artiste une première approche ou un point d'entrée face à des situations ou des contextes nouveaux et inconnus. Lors de son premier voyage à Kaboul en 2010, par exemple, Alÿs a observé des enfants jouer et a filmé l'un de leurs jeux préférés, qui a inspiré Reel-Unreel (2011), l'une des œuvres phares de ses explorations en Afghanistan. Il est présenté dans l'exposition de Lausanne aux côtés de peintures et d'œuvres sur papier. Dans ce projet, comme dans ses pérégrinations citadines, l'artiste révèle le potentiel profondément subversif du jeu et de la fiction, tout en permettant, à défaut de remodeler la réalité, de l'imaginer et de la voir autrement.

Commissariat : Nicole Schweizer, conservatrice d'art contemporain au MCBA, avec le concours d'Elisabeth Jobin, conservatrice adjointe.

Publication
Nicole Schweizer (éd.), Francis Alÿs: As Long as I'm Walking, avec des textes de Julia Bryan-Wilson, Luis Pérez-Oramas et Judith Rodenbeck, et une introduction de Nicole Schweizer, co-éd. Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne et JRP Editions, Genève, 2021 (2 éditions : français et anglais), 160 pages, 277 illustrations.





Exposition du 15 octobre 2021 au 16 janvier 2022. Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (MCBA), Place de la Gare 16 PLATEFORME 10 - 1003 Lausanne (Suisse). T +41 21 316 34 45. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 22h.










 







 











 





 



























 





 











Francis Alÿs, As Long As I’m Walking, MCBA, Lausanne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés

Expositions en cours et à venir