Expositions à venir

14ème Biennale de Gwangiu, Soft and weak like water

Gwangiu (Corée du Sud)

07.04 - 09.07.2023

Suivant

Communiqué de presse


La Fondation de la Biennale de Gwangju annonce le titre de la 14e Biennale de Gwangju, organisée par Sook-Kyung Lee. le titre de Soft and weak like water (Doux et faible comme l'eau) s'inspire d'un chapitre de Dao De Jing qui parle de la capacité de l'eau à embrasser les contradictions et les paradoxes. L'exposition aura lieu du 7 avril au 9 juillet de l'année prochaine pendant 94 jours dans l‘espace d'exposition de la Biennale de Gwangju et dans d'autres lieux de la ville. Vous trouverez ci-dessous la déclaration curatoriale de Sook-Kyung Lee.










































 


















































English
























Expositions en cours et à venir

Gwangju Biennale Exhibition Hall. Courtesy of the Gwangju Biennale Foundation.



Déclaration du commissaire

La 14e Biennale de Gwangju propose d'imaginer notre planète partagée comme un lieu de résistance, de coexistence, de solidarité et de soins en pensant au potentiel de transformation et de restauration de l'eau comme une métaphore, une force et une méthode. Soft and weak like water célèbre un modèle de pouvoir aqueux qui apporte le changement, non pas avec un effet immédiat mais avec une endurance et une douceur omniprésente, traversant les divisions et les différences structurelles. Embrassant les contradictions et les paradoxes - car "il n'y a rien de plus doux et de plus faible que l'eau, et pourtant il n'y a rien de mieux pour attaquer les choses dures et fortes" (Dao De Jing, chap.78) - le thème de la Biennale met en évidence la capacité de l'art à pénétrer profondément dans l'individuel et le collectif, ce qui nous permet de naviguer à travers les complexités du monde avec un sens de la conscience et de la direction à suivre.

Soft and weak like water explore ainsi les courants sous-jacents subtils et les forces intangibles de l'art qui se rapportent à tous les aspects de l'expérience humaine - de l'émotionnel et du psychologique au social et au politique - avec l'espoir de restaurer une intégrité fluide ici et partout, maintenant et chaque fois, un et tout. Cela implique d'examiner comment les artistes de différents coins du monde réagissent aux crises actuelles qui affectent le monde entier, de la pandémie mortelle et de l'aggravation des guerres et de la crise des réfugiés au racisme croissant et aux catastrophes climatiques. La Biennale soulignera comment ces réponses encouragent des actions diverses et multiformes au niveau transnational. Elle aspire à comprendre les problèmes mondiaux apparemment disparates mais tout aussi urgents tel l’imbroglio qui affecte la planète entière et ses habitants ; des problèmes qui nécessitent une vision planétaire partagée. Une perspective qui transcende les frontières nationales ou régionales, et les valeurs diverses et parfois opposées, est nécessaire pour envisager l'avenir commun de l'humanité. En utilisant une cosmologie relationnelle qui privilégie le changement, la fluidité et l'indétermination comme fenêtre pour voir les crises actuelles et la pratique artistique correspondante, la Biennale entend présenter la planète comme un espace partagé, interconnecté et sans frontières entrelacé avec le temps avant et après l'Anthropocène.

La 14e Biennale de Gwangju considère la ville de son implantation comme l'origine et la source de «l'esprit de Gwangju», qui est déjà impliqué dans le cosmopolite. La ville est devenue un symbole sacré de démocratie, de résistance et de justice après le « soulèvement de Gwangju » de 1980 (également connu sous le nom de « mouvement de démocratisation de Gwangju »). Le déni et la répression qui se sont poursuivis les années suivantes par le régime paramilitaire n'ont pas freiné les efforts de la ville pour lancer une grande biennale internationale d'art en 1995 pour se souvenir et honorer le sacrifice de ses citoyens. Posant la question "Que signifie penser Gwangju non seulement comme une géographie ou une localité, mais comme un paradigme, un manuel, un cadre épistémologique?", Soft and weak like water cherche à réinterpréter la vague de changement de la ville et de ses habitants généré par l'art contemporain. L'opportunité de réfléchir à travers et avec la ville de Gwangju pourrait élargir notre perspective au-delà de la structure binaire d'un centre géographique et d'une périphérie, nous encourageant à comprendre le monde comme l'effet cumulatif d'intersections et de connexions transnationales disséminées dans le temps et l'espace.

Un autre objectif clé de la Biennale est de répondre à l'identification historique de Gwangju en tant que "Yehyang, une région d'art et de culture", réputée pour sa calligraphie, sa peinture à l'encre, son pansori, ses laques et autres métiers d’arts traditionnels. Associée avec les enseignements philosophiques et comportementaux largement pratiqués issus du bouddhisme, du confucianisme et du taoïsme (qui valorisent respectivement la négation du désir, les normes éthiques élevées et la non-action comme voie de la nature), la forte tradition de pratique et de sensibilité artistique de la ville pourrait être mise en évidence et comprise en relation avec les enseignements ancestraux présents dans d'autres cultures. En s'inspirant des racines artistiques et culturelles de Gwangju, Soft and weak like water entend montrer la résonance transculturelle de la ville avec ce qui pourrait sembler éloigné et sans rapport, comme les cultures autochtones d'Amérique latine, la cosmologie du Pacifique Sud, la poétique nord-africaine et l’héritage culturel des routes commerciales de l'océan Indien et de l'Asie centrale.

Ce qui émerge à travers ces intersections imaginatives est une vision planétaire interconnectée de nous-mêmes les uns par rapport aux autres et de ce qui nous dépasse, mettant en évidence les connexions fluides entre les traditions et les cultures au-delà des frontières géopolitiques. Il est espéré qu'une telle vision nous permette de réévaluer de manière critique les structures de connaissances existantes qui ont été principalement façonnées par des perspectives modernistes, souvent occidentales, coloniales, et de démontrer comment un autre système de connaissances est possible : un système de connaissances ancestrales et indigènes enraciné dans leurs histoires et identités culturelles respectives. Nous sommes invités à apprendre à exister ensemble dans nos différences, à trouver la solidarité à la fois dans nos affinités et nos singularités.













Exposition du 07 avril au 09 juillet 2023. Gwangju Biennale, 111 Biennale-ro, Buk-gu - 61104 Gwangju (Corée du Sud).


 







 











 





 



























 





 











14ème Biennale de Gwangiu, Soft and weak like water, Gwangiu, Corée du Sud

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2023. Tous droits réservés