Archives 2ème semestre 2015

Ursula Biemann et Paulo Tavares, La loi des forêts

BAK, basis voor actuele Kunst, Utrecht (Pays-Bas)

05.09 - 29.11.2015

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


Dans le cadre du projet de recherche Futurs vocabulaires et de son édition 2015 intitulée « Humain-Inhumain-Posthumain », BAK, base voor Actuele kunst présente La loi des forêts, une exposition de l'artiste-chercheuse Ursula Biemann et de l’architecte Paulo Tavares.

Considérant la nature comme un sujet possédant des droits, La loi des forêts (2014) - projet collectif d'installation vidéo de Biemann et Tavares – nous transporte en Équateur où, non sans difficultés en soi, cette relation radicalement modifiée avec la Terre et le monde naturel est devenue possible.

































English




Ursula Biemann et Paulo Tavares, La loi des forêts, BAK, Utrecht

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Explorant les complexes relations spatiales et humaines sur la Terre - entre l'industrie transnationale, la migration et les écologies autochtones - Tavares et Biemann mettent en lumière le travail des avocats et des experts dont le travail d’amendement de la constitution de l'État de l'Équateur (en vigueur depuis 2008) attribue des droits fondamentaux autochtones aux écosystèmes naturels. Tant fragile, complexe et contesté que puisse être ce statut, la nature est devenue un sujet du code juridique national, demandant des comptes aux gouvernements et aux entreprises l’exploitant et le détournant avec brutalité, du moins en Equateur.

La loi des forêts est guidée par la recherche de Biemann et Tavares dans une série d'essais juridiques historiques de la Cour des droits de l'homme, où des revendications ont été faites pour les droits de la nature dans le cadre des destructions humaines interaméricaines survenues le long des frontières pétrolières et minières dans les forêts primaires (vivantes) du pays. Bien que cette région amazonienne riche en minéraux et en biodiversité soit considérée comme le territoire souverain des peuples autochtones, elle a été sous pression en continu à de la part d'une variété d'acteurs prédateurs nationaux et internationaux (tels que les géants pétroliers Chevron / Texaco et CGC) désireux d'exploiter davantage les ressources naturelles d’un sol forestier qu’ils ont déjà rendu toxique et envahi de déchets. En rappelant ces faits, La loi des forêts rassemble les préoccupations mondiales entremêlées de l'écologie, de la post-colonisation, de la justice sociale et du climat, de l'humain et du post-humain.

Tout comme ce qui devient fortement palpable dans d'autres œuvres de Biemann (comme Subatlantic (2015) et Deep Weather (2013), également présentées dans l'exposition), La loi des forêts souligne le fait persistant que nous avons encore à apprendre à vivre autrement dans une ère définie par les conséquences colossales d'un nouvel ordre socio-géologique, que nous avons nous-mêmes créé à travers des interactions irresponsables avec les systèmes de la Terre. Si la recherche et le récit articulent dans cette exposition la manière globale dont l’histoire est liée à la nature, et comment la nature mondiale est reliée à des histoires collant au modèle de la mondialisation de l'exploitation et de la marginalisation, elle présente aussi des histoires passées et futures de résistance, et nous pousse à repenser, ensemble, la voie de notre être dans le monde et notre vie avec la planète: quelque chose pouvant devenir un projet politique clé pour notre temps.


Ursula Biemann est une artiste, chercheur et auteur de vidéos installée à Zurich. Son travail s’investit dans l'exploration de la répartition inégale des ressources, du changement climatique et de l'écologie des fluides en tant que principes d'organisation planétaire de la puissance. Paulo Tavares est un architecte urbaniste qui étudie les politiques visuelles et spatiales des conflits territoriaux et du changement climatique en Amazonie et dans d'autres territoires du tiers-monde. Tavares est installé à Quito.













Ursula Biemann and Paulo Tavares, Forest Law (detail), 2014. Multi-channel video installation and photo-text assemblage. Image courtesy of the artists.

Ursula Biemann and Paulo Tavares, Forest Law (detail), 2014. Multi-channel video installation and photo-text assemblage. Image courtesy of the artists.


Exposition du 5 septembre au 15 novembre 2015. BAK, basis voor aktuele kunat, Lange Nieuwstraat 4 – 3512 PH Utrecht (Pays-Bas). Tél. : +31 30 231 6125. Ouverture du mercredi au dimanche de 12h à 18h.