Archives 1er semestre 2013

Ursula Biemann
Neuer Berliner Kunstverein, Berlin (Allemagne)

02.03 - 28.04.2013



Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse E-Flux


L’exposition Egyptian Chemistry – Deep Weather – Sahara Chronicle (qu’on peut traduire par Chimie égyptienne – Altération du temps- Chronique du Sahara) à la Neuer Berliner Kunstverein présente une sélection de projets importants en dynamique spatiale de Ursula Biemann, qui privilégie deux œuvres récentes montrées pour la première fois en Europe : Deep Weather (2013), qui permet de mieux comprendre les causes et les impacts des changements climatiques, Egyptian Chemistry (2012), une installation avec un laboratoire aquatique et une vidéo sur cinq canaux qui nous éclaire sur l’écologie hybride de l’Egypte et le rôle du Nil dans cet écosystème. En complément de ces deux œuvres, Sahara Chronicle (2006-2009) explore les voies de migration clandestine en Afrique du Nord, ainsi que les sites où se croisent les migrations de main d’œuvre et la surexploitation des ressources tels l’uranium et la pêche.



Exposition du 2 mars au 28 avril 2013. Neuer Berliner Kunstverein, Chausseestrasse 128/129 – 10115 Berlin (Allemagne). Ouverture du mardi au dimanche de 12h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h.


Ursula Biemann, Neuer Berliner Kunstverein, Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Ursula Biemann, Egyptian Chemistry, 2012. Photo: Ursula Biemann.

Ursula Biemann, Egyptian Chemistry, 2012. Photo: Ursula Biemann.


Subtil et profond, le travail d’Ursula Biemann utilise les connaissances existantes pour élaborer des corrélations et construire des impressions subjectives qu’elle recoupe avec des données académiques. La démarche artistique de l’artiste instaure une nouvelle manière d’organiser les savoirs et fournit une nouvelle plate-forme pour tous ceux qui souhaitent abandonner leur rôles classiques de victimes et entrer en dialogue différemment,  sur un plan d’égalité avec les observateurs. La structure narrative non linéaire qui caractérise les œuvres d’Ursula Biemann offre un récit visuel et une mosaïque d’impressions qui composent au final une image complexe. De fait, ses œuvres remarquables ne constituent pas des documentaires au sens représentatif, mais constituent plutôt une fusion des situations subjectives de témoins oculaires et de propos académiques, et proposent un contraste entre les diffusions des médias publics et des points de vue contraires sur la politique, l’histoire, la culture et la sociologie.


Commissaire d’exposition : Kathrin Becker