Archives 1er semestre 2017

Tue Greenfort, Tue Greenfort Eats Den Frie

Den Frie Centre of Contemporary Art, Copenhague (Danemark)

16.06 - 13.08.2017

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Une section de terres cultivées industriellement et une fontaine d'engrais. Des prototaxites: un champignon de 400 millions d'années, le champignon primitif et le champignon de tous les champignons. La méduse Periphylla Periphylla, un baromètre de l'état de l'océan. Des terrains accidentés, des terrains vagues, des terrains en friche, tous les termes pour les zones qui ne sont pas affectées à un but spécifique, mais portent les marques de l'activité humaine et des restes aléatoires. Dans l'exposition Tue Greenfort Eats Den Frie, les salles sont infiltrées par des organismes vivants et des processus organiques en dialogue avec leur environnement et leur public humain. Avec une grande précision, Tue Greenfort attire notre attention sur la relation complexe entre l'autoperception humaine et la nature. Fasciné par les mécanismes et les mystères du monde naturel, il défie les réalités économiques, sociales, politiques et biologiques qui remettent en question notre vision apparemment persistante d'une humanité omnipotente, supérieure à son environnement.
















 


















































English





Lorsque Greenfort se concentre sur des problèmes comme la perte de biodiversité dans l'agriculture danoise ou l'appauvrissement de l'oxygène dans les océans, il le fait sans critique pédante. Ce qui est en jeu ici n’est pas une coupe claire, et l'artiste est plus intéressé à localiser et à identifier les complexités qui forment les bases de notre mentalité. De nombreux artistes ont abordé les problèmes climatiques au cours des dernières décennies, mais Greenfort se distingue par une vision nuancée, philosophique et approfondie de notre point de vue sur la nature et de ce qu'il qualifie de «crise des Lumières». Le contexte théorique plus large de l'exposition est l'intérêt de Greenfort pour le post humanisme et l'époque anthropocène. Selon de nombreux théoriciens, nous vivons maintenant dans l'âge anthropocène, une nouvelle époque géologique dans laquelle la planète a été façonnée autant par la présence humaine que par la nature elle-même. Les humains ont laissé des traces marquées sur la terre qui seront visibles dans les couches géologiques du futur, rendant toute distinction classique entre la nature et la culture de plus en plus floue - et de plus en plus sans importance. Le travail de Greenfort va au-delà d'eux, ouvrant la voie à une renégociation du concept de nature et à ce qu'il appelle une approche politique et écologique post-anthropocène. Ici, il s'inspire de l'historien de l'art T. J. Demos et de son analyse critique des voies théoriques, de l'art contemporain et des commissaires d’exposition envers les questions de la pensée anthropocène et des problèmes climatiques.

La pratique interdisciplinaire de Tue Greenfort traite de la relation entre le public et le privé, la nature et la culture, formulant - souvent avec un effet esthétique - une critique directe du débat climatique actuel, ainsi que des méthodes de production économiques et scientifiques. Les questions du rôle de l'artiste dans la société et de son autonomie unique sont ensemble des points clés de départ pour l'exposition. Greenfort travaille avec ce qu'il appelle une catégorie de travail ouverte, c'est-à-dire des œuvres d'art processuelles qui se concentrent davantage sur les relations que les déclarations finales. S’inspirant de la dynamique de la nature, il problématise et thématise les problèmes contemporains urgents entourant l'écologie et son histoire. Conformément au Parasite de Serres, voici Greenfort qui devient le parasite, l'étranger, qui infiltre l'institution artistique pour agiter et provoquer un débat public. Comme le dit l'artiste lui-même: "L'art a la capacité d'élaborer et d'ouvrir des discours sans être étiqueté et catégorisé comme telle ou telle faction politique".

Tue Greenfort est devenu une personnalité clé sur la scène artistique internationale avec un grand nombre d'expositions majeures à son actif, comme sa participation à dOCUMENTA 13 et Skulptur Project Münster 2007, à la Triennale Aros où son projet Fungus a pris cette année corps et vie, ainsi que des expositions personnelles à SculptureCenter à New York et Secessionen à Vienne. C'est cependant la première fois que Greenfort a eu la possibilité d'avoir l'usage exclusif de tant d'espace, ce qui fait de Tue Greenfort Eats Den Frie sa plus importante exposition à ce jour au Danemark.



 











Tue Greenfort, Tue Greenfort Eats Den Frie ArtCatalyse Expositions internationales

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

Exposition du 16 juin au 13 août 2017. Den Frie Centre of Contemporary Art, Oslo Pl. 1, 2100 Copenhague (Danemark). Tel. : +45 33 12 28 03. Ouverture du mardi au vendredi de 12h à 18h, samedi et dimanche de 12h à 18h.