Expositions en cours

Trou noir. Art et matérialité, de l’informel à l’invisible

GAMEC, Bergame (Italie)

04.10.2018 - 06.01.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Du 4 octobre 2018 au 6 janvier 2019, la GAMeC - Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea de Bergame présente Trou noir. Art et matérialité, de l'informel à l'invisible, première exposition d'un ambitieux programme de recherche de trois ans consacré au thème de la matière, conçu par Lorenzo Giusti, développé avec la conservatrice du GAMeC, Sara Fumagalli, avec l'aide scientifique du physicien Diederik Sybolt Wiersma et la collaboration de BergamoScienza.


































 


















































English








Trou noir. Art et matérialité, de l’informel à l’invisible, GAMEC, Bergame

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Activant un dialogue avec l’histoire des découvertes scientifiques et technologiques, tout en explorant le développement des théories esthétiques, Black Hole présente le travail de ces artistes qui ont exploré la signification la plus intrinsèque de l’élément matériel, là où le concept actuel de la matière explose pour ouvrir une idée plus profonde de la «matière» en tant qu'élément d'origine, en tant que substance primordiale qui constitue tout.

L'exposition entend raconter cette dimension selon trois perspectives différentes: la première, celle de ceux qui se sont tournés vers l'élément matériel tangible en tant qu'entité première, antérieure ou alternative à la forme; la deuxième, celle de ceux qui ont interprété la nature humaine comme faisant partie d’un discours matériel plus large; la troisième, celle de ceux qui se sont lancés dans la pénétration de la matière, repoussant les limites de la matérialité elle-même, en saisissant sa dimension infinitésimale et énergétique.

Section 1: L'informel

Les œuvres de la première section interagissent avec le développement des découvertes scientifiques et échappent ainsi à toute intention de représenter le monde, en utilisant des matériaux traditionnels et inhabituels non comme des éléments à façonner et par là même de créer de nouvelles formes, cette fois en raison de leur valeur intrinsèque, de leur statut en tant qu '«éléments en eux-mêmes». Des configurations matérielles dont l'indétermination transmet une idée de la réalité en tant que substance en constante évolution.

Section 2: L'humain et la matière
Cette section évolue de manière transversale et articulée, avec les œuvres de différentes générations d’artistes installées côte à côte, partageant une forte composante matérielle mais aussi une présence diversement manifeste d’un élément anthropomorphique. Des œuvres où le corps humain est alors essentiellement un «corps matériel», et où la figure humaine suggérée ou en décomposition devient le véhicule d’une vision du monde intégrée, dans un lien initié par la théorie même de la matière.

Section 3: L’invisible
Contrairement à celles des deux premières sections, témoignant d'une relation physique avec la matière - entaillée, enduite, rayée, brûlée, suintante, mais «en soi» de la matière néanmoins - les œuvres de la troisième section se penchent sur des aspects plus cachés de la matière, invisibles à nos yeux, conversant avec la dimension atomique et subatomique.

Les artistes exposés: Karel Appel, Hicham Berrada, Alberto Burri, Christo, Gino De Dominicis, Jean Dubuffet, Simone Fattal, Jean Fautrier, Urs Fischer, Lucio Fontana, Alberto Giacometti, Lydia Gifford, Cameron Jamie, Asger Jorn, Hans Josephsohn, Hans Josephsohn, Anish Kapoor et Anselm Kiefer, Leoncillo Leonardi, Piero Manzoni, Nicola Martini, Luca Monterastelli, Movimento Arte Nucleare (Enrico Baj, Joe Colombo, Sergio Dangelo), Gastone Novelli, Tancredi Parmeggiani, Florence Peake, Carol Rama, Carol Rama, Milton Resnick, Auguste Rodin, Rossard , Ryan Sullivan, Antoni Tàpies, Jol Thomson, William Tucker.

Programme de recherche scientifique Meru Art *
L'exposition sera nourrie par la contribution de la Fondazione Meru - Medolago Ruggeri pour la recherche biomédicale, qui a mis en place un nouveau projet de recherche dans le contexte de la Trilogie de la matière et dans le cadre du festival BergamoScienza.

Le programme, conçu dans le but de créer des actions spécifiques au site et dédiées à la relation art-science, est coordonné par Anna Daneri, Alessandro Bettonagli et Lorenzo Giusti. Pour cette première édition, les artistes Evelina Domnitch & Dmitry Gelfand ont conçu une installation environnementale pour Spazio Zero à GAMeC.




Exposition du 4 octobre 2018 au 6 janvier 2019. GAMeC – Galleria d'Arte Moderna e Contemporanea di Bergamo, Via San Tomaso, 53  - 24121 Bergamo (Italie).








 







 











 





 



























 





 











Gino De Dominicis, Senza titolo (Autoritratto), 1995. Mixed media on Masonite, 37 x 28.5 cm. Museo d’arte della Svizzera italiana, Lugano. Deposit from a private collection. Photo: Alexandre Zveiger. Courtesy Archivio Gino De Dominicis, Foligno and Paola De Dominicis.



Gino De Dominicis, Senza titolo (Autoritratto), 1995. Mixed media on Masonite, 37 x 28.5 cm. Museo d’arte della Svizzera italiana, Lugano. Deposit from a private collection. Photo: Alexandre Zveiger. Courtesy Archivio Gino De Dominicis, Foligno and Paola De Dominicis.