Archives 1er semestre 2015

Théo Mercier, Esprits et dieux

ArteValori, Milan (Italie)

05.03 - 11.04.2015

Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse Art-Agenda


Artevalori est heureux d'annoncer l'ouverture de la première exposition personnelle à Milan de Théo Mercier, organisée par Karina El Helou et Tatiana Yasinek (Studiocur / Art).

Un univers de rituels, d’objets sacrés et de reliques du passé d’une civilisation habite l'exposition de Théo Mercier à Milan. Comme si un canal de communication secret avec l'au-delà avait été créé, Mercier rassemble une armée de squelettes, de fantômes et de dieux au rendu humain parfois comique, sous la forme de sculptures et d’installations.




























English




Asymptomatique d'une époque ou d'une investigation sur le conceptuel ou l’abstrait, les objets et sculptures scrupuleusement assemblés par Mathieu Mercier invoquent des références multiculturelles au surréalisme, aux bandes dessinées, au primitivisme ainsi qu’à l'archéologie et la muséologie. En tant que collectionneur passionné d'objets, Théo Mercier transforme avec son célèbre sens de l'humour des objets trouvés en incarnations percutantes, comme ses prédécesseurs Yves Tanguy ou René Magritte.

L'exposition au Artevalori à Milan est composée d'une sélection d'œuvres soulignant son goût pour le monde archéologique et ses symboles: les rituels ancestraux de la vie après la mort et la magie. Les voyages effectués par Théo Mercier au Mexique ont constitué une importante source d'inspiration. Il y a découvert l'usage d'objets de dévotion et les cultes païens. Cet intérêt pour le bizarre et l'exotique rappelle les cabinets de curiosité des collectionneurs du 19e siècle. La présentation d'Archéologie pour les chiens, par exemple, et son alignement d’une l'armée de mini-squelettes intitulé ironiquement Liste d'Attente référent à la muséologie du siècle passé. Mais le travail de l’artiste explore de manière plus viscérale et ludique son rôle de continuateur de ces rituels ancestraux qui refusent de se limiter à un répertoire des vanités et des crânes. Mathieu Mercier joue avec le chamanique.

Dans cette fouille fictive du passé, les dieux antiques figurent, mais avec un vilain nez velu humain (Zeus) ou de grands nez rouges (Moai), comme pour demander « pourquoi tout ce drame? » avec le même titre God Knows.

La même question pourrait être posée aux fantômes en visite dans la pièce la plus importante de l’exposition, Grand public. Cette installation à échelle humaine impressionnante présente des fantômes cachés derrière des draps blancs. Au début, nous rappelant les dessins animés pour enfants jusqu'à ce que les mains squelettiques furtivement sous les feuilles rappellent que derrière ces fantômes mignons avec leurs drôles lunettes de soleil et leurs chaussures de course, existe une dure réalité, notre destin commun fatal. Cette oeuvre comique et mélancolique choisit de célébrer la mort
par la célébration et le rire. Comme il mentionne dans un de ses entretiens avec Stéphane Corréard: " Dans mes sculptures, je me rends compte qu'il y a des éléments toujours cachés qui sont dissimulés par des feuilles, de la fourrure, des spaghetti ... Et puis il y a une émergence - des mains, des yeux qui sortent littéralement de la tête. (...) Peut-être que c’est le manque de lien entre la vie et la mort ... Les humains qui deviennent des squelettes ou des squelettes qui deviennent humains. "

Ce spectacle semi-apocalyptique demeure néanmoins une célébration de la vie avec l'aide de l'humour et de la dérision. La capacité de Mercier à rire de la plus grave des choses d'une manière lucide fait de son travail un plaisir délicieusement coupable.

Depuis Le Solitaire, un monstre de spaghettis présenté au Musée de l'art moderne de la Ville de Paris en 2010, Mercier a pris part à une série d'expositions individuelles et collectives dans les musées et biennales. Il continue à développer son travail en relation avec l'ethnographie, à l'aide de masques africains, et a plus récemment écrit un opéra punk où les membres de l'auditoire ont enfin pu entendre ses monstres parler dans une ambiance psychédélique. Pas étonnant que le théâtre puisse également utiliser son mode d'expression!


















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Théo Mercier, Esprits et dieux, ArteValori, Milan

Exposition du 5 mars au 11 avril 2015. ArteValori, Foro Buonaparte, 48 - 20121 Milan (Italie). Tél.+39 02 36768281. Ouverture du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 19h.









 





 











Theo Mercier, Le Grand Public, 2013. Installation, 450 x 100 x 190 cm. Image courtesy of the artist.





Theo Mercier, Le Grand Public, 2013. Installation, 450 x 100 x 190 cm. Image courtesy of the artist.