Expositions en cours

SurNature, KölnSkulptur #10

Parc de sculptures de Cologne (Allemagne)

01.08.2020 - 31.07.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


SurNature, 10e exposition biannuelle de KölnSkulptur de sculpture contemporaine en plein air, aborde les notions de «nature» et les manières complexes dont elle est représentée et examinée, domestiquée et dépouillée. Inspirée par l'emplacement du parc public entre le Rhin, le zoo de Cologne, Flora et le Jardin botanique adjacent, cette dernière itération de KölnSkulptur intègre huit nouvelles œuvres d'art dans le Parc de sculptures de Cologne, un lieu d'exposition unique présentant des œuvres prêtées lors des précédentes expositions, croisées avec la collection permanente assemblée par Michael et Eleonore Stoffel. Ces huit nouvelles œuvres bouleversent et déstabilisent les idées de «nature» à travers des interventions et des préoccupations centrales qui décentrent la primauté de l'humain et ouvrent des perspectives d'écologie et de soins communautaires.















































 


















































English











Exposition du 1er août 2020 au 31 juillet 2022. Skulpturenpark Köln, Riehler Strasse / Konrad-Adenauer-Ufer - 50668 Cologne (Allemagne). T +49 221 33668860. Ouverture tous les jours de la semaine de 10h30 à17h.














 







 











 





 



























 





 











KölnSkulptur # 10 s'ouvre au milieu d'une pandémie mondiale dévastatrice, déclenchée par la rare propagation d'un virus des animaux sauvages aux humains. Aidé par des connexions toujours plus étroites entre des régions disparates du monde en raison de la mondialisation, le virus s'est déchaîné comme une traînée de poudre, infectant des millions de personnes. La «nouvelle normalité» engendrée par cette pandémie mondiale apporte avec elle un sentiment de temporalité et de progrès en pause ou même en «retrait», nous amenant à contempler le monde sous des angles nouveaux. Les expositions d'art et l'art en soi ne sont bien entendu pas exemptes de ces nouvelles interrogations. Il est désormais de la plus haute urgence de prendre conscience de l’impact dévastateur de la mondialisation explosée et de son exploitation d’une croissance économique sans fin grâce à la pénétration rapide des réseaux mondiaux dans notre environnement naturel et humain. En même temps, nous ne devons pas oublier le pouvoir visionnaire de l'art et sa capacité à forger de nouvelles idées et formes de sens - sans parler de sa capacité à se référer à l'ineffable au-delà de la logique implacable de l'utilité et de l'efficacité humaine.


Spur (2015) de Lois Weinberger peut être lu comme le fil rouge autour duquel s'articule l'exposition de cette année. Conçu pour KölnSkulptur # 8, il s'agit d'une tranchée peu profonde de 60 mètres de long creusée dans le sol qui a lentement évolué pour devenir une "communauté rudérale", une constellation vivante de mauvaises herbes envahissantes, d'insectes et de lapins qui ont fait de la sculpture leur habitat, créant leur propre type de sculpture publique. Cette «nature sauvage», intervention perturbatrice dans le parc public, étudie les liens entre l'aménagement et la plantation et entre l'idée (s) de «nature» et la nature elle-même. Cette oscillation entre «naturel» et «artificiel» - une déstabilisation de deux termes contrastés déjà flous et mouvants - a été un facteur déterminant dans le choix des œuvres commandées pour KölnSkulptur # 10.


La taille ne définit pas le sens du travail sculptural. Souvent, quelque chose qui débute très petit peut avoir un impact important, comme le montre la pandémie actuelle. Certaines des œuvres de KölnSkulptur # 10 divergent de l'échelle attendue de la sculpture extérieure. L'exposition oscille ainsi entre la plus petite pièce d'Ayşe Erkmen et la plus grande de Dane Mitchell. La contribution d'Erkmen consiste en une réplique de Lonely George, un escargot hawaïen, le dernier de son espèce, décédé en 2019 après que des scientifiques aient passé 14 ans à essayer sans succès de lui trouver un partenaire. Le travail de Mitchell, quant à lui, présente deux arbres artificiels conçus pour camoufler des antennes de données mobiles et des équipements de surveillance, à l’origine produits en série en Chine. À KölnSkulptur # 10, les visiteurs rencontreront des œuvres qui touchent aux questions fondamentales de la naissance, de l'émergence, de la croissance et de la décomposition, des œuvres qui abordent à la fois les niveaux d'existence microcosmique et macrocosmique et qui tissent ensemble divers points de vue pour créer des connexions complexes - nous permettant de sentir et penser avec et au-delà de la nature.


Le nœud de la «nouvelle normalité» d'aujourd'hui est le besoin de communication, de compréhension et de négociation. La sculpture Rübezahl de Mary Bauermeister peut donc être lue comme le noyau de KölnSkulptur # 10. Son intervention artistique offre aux visiteurs un lieu pour s'asseoir, réfléchir et contempler, ouvrant un espace où le soin, l'attention et la prise du temps ont de la valeur, un espace où la nature peut prendre racine. Propos de Tobias Berger


Artistes participants

Mary Bauermeister, John Bock, Tom Burr, James Lee Byars, Nina Canell, Leelee Chan, Edith Dekyndt, Bogomir Ecker, Ayşe Erkmen, Peter Fischli / David Weiss, Barry Flanagan, Sou Fujimoto, Dan Graham, Lena Henke, Jenny Holzer, Bethan Huws, Leiko Ikemura, Anish Kapoor, Stefan Kern, Hubert Kiecol, Per Kirkeby, Klara Lidén, Dane Mitchell, Katja Novitskova, Jorge Pardo, Mandla Reuter, Ulrich Rückriem, Michael Sailstorfer, Karin Sander, Thomas Schütte, Joel Shapiro, Andreas Slominski Mauro Staccioli, Mark di Suvero, Rosemarie Trockel, Simon Ungers, Bernar Venet, Bernard Voïta, Paul Wallach, Lois Weinberger, Martin Willing, Guan Xiao, Trevor Yeung, Heimo Zobernig.


Commissaire: Tobias Berger. Assistante du commissaire : Anna Czerlitzki


















Katja Novitskova,  Approximation (corn snakes hatching), 2017. Courtesy of the artist; Kraupa-Tuskany Zeidler, Berlin. © Stiftung Skulpturenpark Köln, 2020. Photo: Simon Vogel, Cologne.





Katja Novitskova,  Approximation (corn snakes hatching), 2017. Courtesy of the artist; Kraupa-Tuskany Zeidler, Berlin. © Stiftung Skulpturenpark Köln, 2020. Photo: Simon Vogel, Cologne. Surnature, KölnSkulptur #10, Parc de sculptures de Cologne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2020. Tous droits réservés