Archives 2ème semestre 2020

RIBOCA2 : Et soudain tout fleurit

Zone portuaire d’Andrejsala (Lettonie)

20.08 - 13.09.2020

Suivant

Communiqué de presse


Réinventer la biennale


La proposition de Lamarche-Vadel a toujours été de réfléchir à la fin du monde dans lequel nous vivons et d’enquêter sur la construction d’un nouveau monde avec un espace pour d’autres voix, sensibilités et manières de nouer des relations. La Biennale avait ainsi été proposée comme une alternative au torrent de récits sans espoir, prenant la notion de « ré-enchantement » comme objectif. Elle est née du contexte letton et balte, où les mondes ont pris fin à de nombreuses reprises, au cours de siècles d'occupations, de guerres et de bouleversements économiques.



Lamarche-Vadel a déclaré: "L'effondrement du monde sur lequel la série spéculait s'est produit, offrant une chance difficile mais historique de rendre RIBOCA2 encore plus pertinent. Au milieu de la pandémie, nos façons de construire et de comprendre les relations sont confrontées alors que nous réalisons que nous sommes sujets dans un paysage bien plus complexe que notre corps et notre esprit seuls."















































 


















































English











Exposition du 20 août au 13 septembre 2020. Zone portuaire industrielle d’Andrejsala (Lettonie).










 







 











 





 



























 





 











À l'approche d'Andrejsala, les visiteurs découvrent des poèmes sur les panneaux publicitaires d'Hanne Lippard évoquant les relations «sans contact» qui construisent le monde dans lequel nous vivons, sa vitesse, son éphémère et sa distance les unes par rapport aux autres. En entrant dans le premier hangar, la monumentale durée de vie de la sculpture arc-en-ciel d'Ugo Rondinone ouvre des perspectives sur notre compréhension du temps et de l'existence. Les visiteurs découvrent ensuite un champ de pierres et de gravats provenant de bâtiments démolis autour de Riga, transformé quotidiennement par la pratique d'équilibrage des roches de Bridget Polk. Les sculptures se tiennent dans des équilibres apparemment impossibles et mettent en scène une réappropriation poétique des ruines et la construction de nouveaux mondes à force de patience et de résilience. Dans la suite du parcours, une installation sur le front de mer de Lina Lapelytė et Mantas Petraitis, qui ont recréé les pratiques de convoyage de grumes de l'industrie du commerce du bois de Riga au Moyen Âge - lorsque les travailleurs équilibraient les grumes transportées sur la rivière - réfléchit sur la relation entre les hommes, les ressources naturelles et la force du fleuve dans une représentation performative de la vitalité et du désir.


Le plus grand espace est un ancien bâtiment portuaire qui présente 36 œuvres. Concernant celles qui n'ont pas pu être expédiées, achevées ou démarrées en raison de la pandémie, un système d'affichage est prévu à leur place. L'œuvre de Marguerite Humeau est représentée par un guide décrivant la pièce absente : une sculpture monumentale inspirée du folklore letton interrogeant l'hypothèse que le changement climatique pourrait être responsable de la montée de la spiritualité chez les animaux.


Durant les trois semaines de l'exposition, des performances (Bridget Polk, Dominika Olszowy, IevaKrish, Bendik Giske, Nina Beier et Dora Budor), des entretiens d'artistes (Lina Lapelytė, Marguerite Humeau, Valdis Celms, Oliver Beer, Tomás Saraceno, Emanuele Coccia, Jaanus) Samma et une suite d'entretiens en ligne de la Biennale avec Jack Halberstam, Avery F. Gordon, Vinciane Despret), des visites guidées et des programmes publics seront organisés tout en garantissant les conditions de santé et de sécurité.


Andrejsala - Entre ruines et rénovation


Pour RIBOCA2, la zone portuaire industrielle d'Andrejsala s'ouvre à nouveau avec un accès à des zones auparavant restreintes grâce à la conception d'expositions réalisée en collaboration avec les architectes LLRRLLRR (Laura Linsi et Roland Reemaa). Imaginé comme une balade de 4 à 5 heures, le parcours de l’exposition est une rencontre avec d’autres rythmes, une promenade à travers des ruines contemporaines et une invitation à envisager un nouveau monde qui en émerge. Les oeuvres sont installées à l'extérieur sur le front de mer, dans des terrains vides, des prairies et des friches, un ancien terrain de paintball et dans des espaces intérieurs allant d'un hangar à un bâtiment portuaire.


Liste des participants à RIBOCA2 ici 


















RIBOCA2 : Et soudain tout fleurit, Zone portuaire d’Andrejsala

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2020. Tous droits réservés

Image: Didzis Grozds and The Laboratory of Manuel Büger / Collaboratoires MB. Courtesy of Riga International Biennial of Contemporary Art.

Image: Didzis Grozds and The Laboratory of Manuel Büger / Collaboratoires MB. Courtesy of Riga International Biennial of Contemporary Art.