Expositions à venir

Omar Ba, Shuvinai Ashoona, Alicia Henry, saison d’hiver

The Power Plant, Toronto (Canada)

26.01 - 12.05.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Du 26 janvier au 12 mai 2019, la galerie d'art contemporain Power Plant propose à Toronto trois expositions importantes d'artistes de contrées différentes: Omar Ba, Shuvinai Ashoona et Alicia Henry, qui établissent des liens à partir de leurs propres histoires et identités pour réfléchir à notre passé, notre présent et notre avenir.








































 


















































English








Exposition du 26 janvier au 12 mai 2019. The Power Plant , 231 Queens Quay West , Toronto Ontario M5J 2G8 (Canada). Tél.: +1 416 973 4949. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 17h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h.













 







 











 





 



























 





 











Omar Ba, Shuvinai Ashoona, Alicia Henry, saison d’hiver, The Power Plant, Toronto

Omar Ba, Afrique, Pillage, Arbres, Richesses, 2014. Oil, gouache, ink and pencil on corrugated carton, 199 x 150 cm. Copyright the artist. Image courtesy the artist and Hales Gallery.


Omar Ba, Un même rêve
Commissaire: Nabila Abdel Nabi, conservatrice adjointe

Le travail d'Omar Ba aborde certaines des questions parmi les plus urgentes de notre époque - de l'inégalité croissante de la richesse et du pouvoir dans la société aux questions relatives à l'immigration, aux relations postcoloniales et à l’évolution de notre relation avec le monde naturel, à travers son iconographie mythique et poétique. L'exposition rassemble plusieurs œuvres de la série d’Omar Ba sur les dictateurs qui génèrent et  entretiennent la corruption dans de nombreux pays où l'héritage du colonialisme perdure. Ces seigneurs de guerre despotiques, parfois représentés comme des bêtes fantastiques, sont souvent enveloppés par une flore abondante de flore et une faune luxuriante, la beauté du monde naturel semblant perdurer malgré les atrocités inhumaines. Le travail de Ba, qui traite de la violence et de l'exploitation du colonialisme, résonne dans une multiplicité de contextes, à la fois globaux et locaux.
En dialogue avec la série The dictator, l'exposition présente également des œuvres qui témoignent de son affinité pour décrire la force de l'esprit humain - des représentations de jeunes qui, où qu'ils soient, partagent les mêmes rêves et désirs pour l'avenir.

La pratique de Ba a commencé par la peinture murale à Dakar et il a continué à travailler sur ce mode dans le contexte de la galerie en utilisant des matériaux usuels, omniprésents dans son environnement. Pour l'exposition présentée à The Power Plant, il a préparé une nouvelle commande monumentale explorant un motif récurrent de naissance, de mort et de réincarnation à travers différentes cultures aujourd'hui. La propension innée de Ba à raconter des récits personnels aux côtés de récits collectifs, transmis par des traditions de narration orale, rapproche les générations les plus anciennes et les plus jeunes . Il travaille souvent ainsi, mélangeant et imbriquant une gamme d'images et d'iconographies, d’ornements figuratifs et décoratifs, anciens et présents issus des cultures africaines et européennes, comme les techniques et les matériaux qu’il utilise sur la toile. La perspective globale de Ba évoque finalement une cosmogonie partagée entre humains, plantes et animaux.

Same Dream est la première exposition personnelle institutionnelle d’Omar Ba à Power Plant.

Shuvinai Ashoona, Cartographie des mondes
Commissaire invité: Nancy Campbell, PhD
Conservatrice adjointe: Justine Kohleal, boursière du programme de conservation RBC 2018-2019

Shuvinai Ashoona présente un panorama de son travail avec Mapping Worlds, série de dessins à la plume et au crayon au crayon réalisés au cours des deux dernières décennies. Plusieurs des premiers dessins de Shuvinai représentent des scènes de Kinngait (anciennement Cape Dorset au Nunavut), perpétuant une tradition artistique commencée par la famille Ashoona, notamment sa grand-mère Pitseolak Ashoona (1904-1983) et sa cousine Annie Pootoogook (1969-2016). Vivant à Kinngait, à la pointe sud de l’île de Baffin, Shuvinai est issue de la culture inuite du Canada. Elle produit ses œuvres aux studios Kinngait, le volet artistique de la coopérative West Baffin Eskimo. Constitué en 1959, le Studio possède la tradition la plus solide et la plus pérenne de toutes les coopératives de création artistique gérées par les communautés dans l'Arctique. Grâce à la stabilité et la longévité de la direction de la coopérative, quatre générations d’artistes inuits ont développé et vendu leurs œuvres dans le monde entier.
Le travail de Shuvinai est unique parmi les artistes travaillant à Kinngait. Elle est surtout connue pour son iconographie très personnelle et imaginative, avec ses images allant de scènes naturalistes finement observées depuis sa maison arctique à des visions monstrueuses et fantastiques. Ses dessins imaginent le passé et le présent fondus dans un avenir prophétique, créatures hybrides homme-animal, univers de naissance de femmes et paysages mystiques ou d'un autre monde, clairement inspirés par l’environnement de sa maison nordique. Loin d’être dystopiques, les dessins aux couleurs vives de Shuvinai débordent de vie; et tandis que sa communauté se heurte parfois aux créatures de l'artiste, comme le montre l'œuvre Untitled (Hunting Monsters) (2015), elles coexistent souvent aussi de manière pacifique, comme le montre Composition (People, Animals and the World Holding Hands) (2007– 2008). Contrairement à de nombreuses visions futures des colons qui semblent résider dans des affrontements entre l’être humain et la nature, entre les hommes et les autres, ou entre les humains et les  «envahisseurs», les mondes terrestre et extraterrestre de Shuvinai se situent dans un avenir plus doux et intergalactique.

Aujourd'hui, des émissions télévisées telles que The Walking Dead (2010 – présent) stimulent nos peurs de l'inconnu, du monstrueux et de "l'Autre" d'une manière qui risque d'accroître notre xénophobie et de provoquer la violence. Le travail de Shuvinai répond à ces inquiétudes actuelles, mais ses œuvres ne représentent pas des humains opposés à l’autre monde. En s'appropriant des images reflétant sa fascination pour les films d'horreur, les bandes dessinées et la télévision, Ashoona fusionne différentes images avec des récits quotidiens pour redessiner la carte des frontières entre la réalité et la fantaisie, le passé et l'e futur.

Alicia Henry, Être témoin
Commissaire invité: Daina Augaitis

Alicia Henry explore depuis deux décennies les approches non conventionnelles du portrait en utilisant le visage pour représenter quelque chose qui est caché, révélé et interprété. Originaire de l'Illinois, Alicia Henry vit depuis 20 ans à Nashville, dans le Tennessee, où elle est artiste et professeure d'art.
Alicia Henry crée des figures en deux dimensions et des compositions de groupe qui dominent par leur grâce et leur expressivité. En sélectionnant ses supports avec soin, elle travaille avec du feutre, de la toile et d'autres textiles, ainsi que du cuir et du carton, qui absorbent tous ses gestes dessinés et cousus et reflètent un large éventail de contextes et d'émotions. Les notions de genre et de famille sont significatives dans ses œuvres, de même que les couches physiques suggérant des identités multiples, non figées. Les offres de restitution d'une mère avec enfant apparaissent, ainsi que des groupements de vingt femmes ou plus qui représentent des formations de "familles" partageant les mêmes idées au sein de communautés.

Dans cette première exposition canadienne, les compositions fascinantes de Henry sont tirées d’une multitude de références: les souvenirs personnels de l’artiste, sa collection de masques de l’Afrique de l’Ouest et des événements dans la rue ou à la télévision, pour ne citer que quelques-uns. Imprégnées de son point de vue en tant que femme afro-américaine, les personnages s’affirment comme des témoins intemporels incarnant l’impact des histoires personnelles et sociétales.
Dans une conversation récente sur sa pratique, Henry a expliqué qu'elle ne considérait pas son travail comme politique, mais reconnaissait néanmoins qu '«à cette époque aux États-Unis, le corps brun est devenu politisé». Dans ses installations, composées principalement de figures toniques, une mélancolie persistante évoque des traumatismes raciaux subis par d'innombrables groupes et individus, aujourd'hui et au cours des siècles. Mais simultanément - par leur regard direct et leur sang-froid, les survivants multigénérationnels d’Henry dégagent une force et une confiance puissantes. Ils anticipent un avenir égalitaire, objectif et utopique qui sous-tend en grande partie la pratique de Henry.

Witnessing est la première exposition personnelle d’Alicia Henry au Canada.














© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

Omar Ba, Afrique, Pillage, Arbres, Richesses, 2014. Oil, gouache, ink and pencil on corrugated carton, 199 x 150 cm. Copyright the artist. Image courtesy the artist and Hales Gallery.