Archives 1er semestre 2015

Michael Beutler, Moby Dick

Hamburger Bahnhof, Berlin (Allemagne)

17.04 - 06.09.2015


Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


La Hamburger Bahnhof consacre du 17 avril au 6 septembre une exposition monographique dans le hall historique de son musée à l’artiste berlinois Michael Beutler.


Les installations de cet artiste habitent et transforment les espaces. Elles sont pensées comme des réactions aux structures architecturales et sociales, ainsi qu’aux situations spécifiques trouvées dans chaque d'exposition. Dans le cadre de l'exposition Moby Dick, le hall central du Hamburger Bahnhof, avec sa monumentale construction à ossature d’acier, constitue le point de départ des interventions sculpturales de Michael Beutler. Il prélève des éléments structurels de l’architecture existante et les transforme en constructions qui évoluent en installations. Ces compositions, à leur tour, récupèrent une double fonction à la fois architecturale et sculpturale. Contrairement à l’espace permanent massivement construit, avec ses lourdes poutres de métal et des murs blancs impeccablement peints, les constructions de Beutler apparaissent ouvertes et lumineuses. Quelque chose d’inachevé, d’éphémère et d’indéfini réside en elles. Et c’est à partir de sa constitution ouverte que l'installation explore la nature de l'architecture du musée. Elle fait référence à l'histoire de ce bâtiment, en particulier en incorporant des formes qui témoignent du style architectural d'origine de la gare ferroviaire.






























English
Deutsch




Mickael Beutler, Moby Dick, Hamburger Bahnhof, Berlin

Exposition du 17 avril au 6 septembre 2015. Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart – Berlin, Invalidenstrasse 50-51 – 10557 Berlin (Allemagne). Ouverture du mardi au vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 18h ; Nocturne le jeudi jusqu’à 20h.











 





 











© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Dans cette présentation, l'artiste dépasse tout simplement le fait de prendre la salle historique comme protagoniste de l’exposition; au contraire, Beutler transforme l'espace en un site de production en continu, ce est à dire un «atelier du musée» ou une sorte de gigantesque studio. Investissant tout l’espace, l'installation nouvellement créée servira de réceptacle pour abriter diverses composantes sculpturales au cours de l'exposition, y compris certaines oeuvres antérieures. Divers éléments seront modifiés ou améliorés au cours de plusieurs «phases de construction. Imaginer comment l'exposition va changer au cours de sa présentation ne est pas possible lors du vernissage. Ce moment "indéfini" - la flexibilité ludique et l'ouverture du travail de Michael Beutler - est décisif ; et la sculpture envisagée au sein de ces paramètres se réfère avant tout aux possibilités d'expérimentation. Le processus est censé être compris comme des actions ouvertes en relation avec les revendications des oeuvres. Les méthodes de travail de l'artiste dans la salle historique du Hamburger Bahnhof deviennent une plate-forme visible pour quiconque visite de l'exposition, soulignant le caractère performatif des œuvres, qui sont principalement caractérisées par la coopération de Beutler avec son équipe. En conséquence, la structure sociale et les développements des prises de décisions liées à son «équipage» sont des composants élémentaires de l'installation.


Le rôle du processus lui-même devient également évident dans les oeuvres réparties dans l'espace d'exposition. L'artiste construit ses outils lui-même, souvent assemblés entre eux avec du bois. Il les produit aux côtés des autres éléments de l'installation, qui restera comme des objets autonomes dans l'espace, ou comme des composants qui seront intégrés à de plus grandes structures. Caractérisés par une présence sculpturale et simultanément abandonnés dans l'espace d'exposition comme des reliques de production, les procédés et dispositifs auto-développés contrecarrent les formes de travail déshumanisées des nouvelles technologies, et en conséquence également l'économie normalement associée à elles.


Commissaire d’exposition : Melanie Roumiguière



Michael Beutler, Moby Dick, 2015. View of installation during setup at Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart – Berlin. © Staatliche Museen zu Berlin, Nationalgalerie / Thomas Bruns.


Michael Beutler, Moby Dick, 2015. View of installation during setup at Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart – Berlin. © Staatliche Museen zu Berlin, Nationalgalerie / Thomas Bruns.