Archives 1er semestre 2014

Matthew Barney: River of Fundament

Haus der Kunst, Munich (Allemagne)

16.03 - 17.08.2014

Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse


La Haus der Kunst présente la première exposition mondiale de Matthew Barney : River of Fundament (La rivière fondamentale), qui rassemble pour la première fois l'ensemble du projet éponyme, avec le film symphonique d'une longueur épique (cinq heures), La rivière fondamentale, de grandes sculptures, des dessins, photographies, story-boards et vitrines. Dans son ensemble, le projet est l'une des œuvres les plus complexes et ambitieuses réalisées par l'artiste à ce jour.


Matthew Barney a développé ce projet en collaboration avec le compositeur américain Jonathan Bepler installé à Berlin depuis 2007. Le travail est inspiré par l'écrivain américain Norman Mailer et sa nouvelle Ancient Evenings, située dans l'Egypte ancienne de 1290 à 110 av.JC, qui lors de sa publication en 1983 a été critiquée pour son caractère excessif. La présentation du film et de l'exposition à la Haus der Kunst constituent le multi projet La rivière fondamentale, une nouvelle œuvre d'art totale de Barney depuis sa célèbre rétrospective Cremaster il y a plus d'une décennie.











Matthew Barney: River of Fundament, Haus der Kunst, Munich

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 16 mars au 17 août 2014. Haus der Kunst, Prinzregentenstrasse 1 – 80538 Munich (Allemagne). Tél. : +49 89 21127 113. Ouverture tous les jours de 10h à 20h, nocturne le jeudi jusqu'à 22h.








Matthew Barney and Jonathan Bepler, River of Fundament, 2014. Production still. Photo: Hugo Glendinning. © Matthew Barney. Courtesy Gladstone Gallery, New York and Brussels.

Matthew Barney and Jonathan Bepler, River of Fundament, 2014. Production still. Photo: Hugo Glendinning. © Matthew Barney. Courtesy Gladstone Gallery, New York and Brussels.


La rivière fondamentale représente l'aboutissement de sept années de méditation intense sur la mort, la renaissance, la transformation et la transcendance. Le roman de Mailer décrit le chemin spirituel de l'Egyptien Menenhetet I à travers trois morts et renaissances ; Barney remplace la réincarnation avec le recyclage et l'âme de l'homme avec l'automobile. « REN », premier acte du projet, filme une performance live dans une concession automobile à Los Angeles en 2008, où la voiture Chrysler Crown Imperial de 1967 de Cremaster 3 subit sa première mort. " Brûler des éclats d'obus et de sel gemme pulvérisation à travers l'espace, ricochant sur les fenêtres. Des larmes de feuilles de métal hors du châssis ", telle est sa description dans le livret de lecture. Le deuxième acte, « KHU », a lieu à Detroit et ramène la Chrysler à son lieu de naissance, réincarné en 1979 en une Pontiac Firebird Trans Am. Dans « BA », l'âme de l'automobile se déplace à New York, où le mythe se matérialise dans une sculpture.


Au centre de l'exposition à la Haus der Kunst se trouve Djed , une sculpture en fer massif qui a été lancée lors d'une performance live de « KHU ». La forme primaire et iconographique de DJED est le châssis de la Chrysler Imperial. Pour ce travail – réalisé en direct devant le public - 25 tonnes de fer en fusion ont été versées à partir de cinq fours sur mesure dans une mine à ciel ouvert, formée dans la terre sur le site d'une usine d'acier abandonnés le long de la Detroit River. Le travail part d'une similitude formelle avec le pilier Djed, le hiéroglyphe égyptien représentant l'éternité et la stabilité. A l'origine, le pilier Djed était représenté par un faisceau de roseaux ou de branches, un symbole de fertilité. La cérémonie d'érection du pilier Djed, où le pharaon le soulève en utilisant une corde, a ensuite été absorbée dans le culte d'Osiris, le dieu de la mort et de la fertilité, et si fortement associée au dieu que le pilier a été interprété comme la colonne vertébrale d'Osiris.


L'exposition comprend une série de nouveaux dessins, photographies, storyboards et vitrines, scénographiant de manière complexe le caractère et le développement thématique du projet. Elle poursuit le programme que Barney a développé au cours des sept dernières années, dont le récit sculptural est généré par un système complexe de narration qui mêle mythologies personnelles, historiques et modernes. La question centrale est de savoir si il y a une identité cohérente, une propriété spirituelle conservant les caractéristiques particulières d'une personne non seulement tout au long de la vie, mais survivant à sa mort physique.


Un catalogue est publié par Rizzoli, avec des contributions de Hilton Als, Homi K. Bhabha, Diedrich Diederichsen, Okwui Enwezor et David Walsh, ainsi que des vues de l'installation de l'exposition à la Haus der Kunst.