Archives 1er semestre 2015

Koen Vanmechelen, This Is Not a Chicken

De Dominjen, Sittard (Pays-Bas)

18.01 - 07.06.2015

Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


Le Museum Het Domein présente parfois des expositions qui montrent le parcours surprenant que prend le travail d’artistes déjà reconnus. L'artiste conceptuel Koen Vanmechelen (né en 1965 à Saint-Trond en Belgique) a acquis une renommée internationale avec son Cosmopolitan Chicken Project. En 1999, il a commencé le croisement de races de poulets du monde entier pour créer un poulet international. Grâce au Cosmopolitan Chicken Project, Vanmechelen examine des phénomènes comme le nationalisme, le multiculturalisme, la diversité bioculturelle, l'identité, la fertilité et l'immunité. Dans le cadre de ce projet novateur, l'artiste collabore avec des chercheurs d’un certain nombre de disciplines depuis plus d'une décennie. Cependant, bien que Vanmechelen soit associé à ses espèces de volailles, il s’intéresse plus à l'ancienne relation symbiotique entre les humains et les poulets. Le poulet fonctionne comme une espèce sentinelle: si le poulet ne va pas bien, c’est une indication que tout ne va pas bien pour l'humanité.






















English




© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Koen Vanmechelen, This Is Not a Chicken, De Dominjen, Sittard

Pour son exposition, Vanmechelen a transformé le musée en un laboratoire artistique et scientifique géant. L'artiste débute son MECC Project (champignon, oeuf, poulet, camélidé) projet : une étape notoire au sein de son travail, où la recherche scientifique est focalisée sur l'immunité et la résistance. Les poulets cosmopolites, les camélidés, les champignons et les individus sont les sujets les plus importants de cette recherche. Ce projet artistique et scientifique se situe là où la recherche scientifique peut ou ne peut pas aller. Les anticorps du dromadaire promettent d'être une arme puissante contre les virus, mais leurs mérites ne peuvent être offerts à l'homme encore. Dans l’étude des poulets, l'accent sera mis sur le gène Mx, qui offre une protection naturelle contre les différents virus, y compris la grippe aviaire. Le gène Mx des poulets en monoculture, cependant, démontre à peine une activité antivirale. Cela pourrait être lié à la diversité génétique limitée des différentes races de poulet artificiels. L'hypothèse est que la diversité génétique considérablement accrue du poulet cosmopolite peut renforcer l'activité antivirale du gène Mx. Cette hypothèse sera étudiée dans un projet Art / Recherche innovant dans lequel les chercheurs en virologie moléculaire de l'Université de Gand et de l’Institut de biotechnologie de Flandre vont collaborer avec l'artiste.


L'exposition a le caractère d'une œuvre d’art totale où l'accent n’est pas mis sur des oeuvres d'art isolées, mais sur la manière dont les différents éléments oeuvrent ensemble. Un cycle sera créé dans le musée rappelant Full Farm, un projet emblématique des années 1970 de l'art écologique réalisé par le couple américain Newton et Helen Mayer Harrison. Le grand hall et la cour du musée abriteront un dromadaire vivant. Le fumier de cet animal servira - après avoir été pasteurisé - de matière première pour une champignonnière dans le musée. Les champignons, à leur tour, feront partie de l'alimentation de la génération 18, la plus récente du Cosmopolitan Chicken Project : le Mechelse Sulmtaler. Les œufs qui produisent ces poulets vont également jouer un rôle dans l'exposition. Dans un laboratoire au sein du musée, les chercheurs pourront sans cesse tester et évaluer les résultats de cette étude semi-scientifique et semi-artistique dans la durée de l'exposition.


Le conservateur Roel Arkesteijn organise une visite le dimanche 1er mars à 15 heures. Le dimanche 15 mars à 15 heures, Koen Vanmechelen donnera une conférence sur son travail au musée. S’inspirant en partie de l'exposition, le musée contribuera pour la deuxième fois à la Fête internationale de la Nature le 23 mai.





Exposition du 18 janvier au 7 juin 2015. De Domijnen, Museum Het Domein, Kapittelstraat 6 – 6131 ER Sittard (Pays-Bas). Tél. :+31 46 451 3460.
















 





 











La récente épidémie de grippe aviaire dans un certain nombre de fermes avicoles néerlandais souligne en outre l'importance du projet. La production de masse de poulets de race pure en bio-industrie augmente les risques pathogènes. Les poulets sont élevés sélectivement pour promouvoir des propriétés spécifiques comme la production de viande et d'œufs. L'inconvénient est que d'autres gènes et les caractéristiques qui semblent offrir moins d'avantages dans un environnement artificiel, comme la résistance, disparaissent dans le processus. Cela rend les poulets domestiques extrêmement sensibles aux virus de la grippe aviaire. Avec son Cosmopolitan Chicken Project, Koen Vanmechelen souligne l'importance de la diversité dans un monde qui se développe de la monoculture à la pluriculture.


En 1999, il a d'abord croisé un poulet flamand, le Mechelse Koekoek avec une espèce française, le poulet de Bresse. L'artiste a baptisé le résultat "Mechelse Bresse." Son poulet cosmopolite actuel a, entre autres, des gènes chinois, américains, russes, cubains et sénégalais. La créature de Vanmechelen vit beaucoup plus longtemps que ses pairs issus de la monoculture et, de surcroît, est plus fertile et résistante. Au fil des ans, l'aspect scientifique du Cosmopolitan Chicken Project a suscité de plus en plus d'attention. Pendant ce temps, certains chercheurs voient dans le projet comme un pilote "pour identifier et caractériser fonctionnellement les gènes résistants aux virus perdus par le poulet."


Photo: Bert Janssen.