Expositions en cours

Julian Charrière

MAMbo, Bologne (Italie)

09.06 - 08.09.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Du 9 juin au 8 septembre 2019, le MAMbo - Musée d'Art Moderne de Bologne a le plaisir de présenter Tout ce que nous voulions était tout et partout, la première exposition personnelle en Italie de Julian Charrière (né en 1987 à Morges en Suisse), dont le travail jette un pont entre les sciences de l’environnement et l’histoire culturelle.



 













































 


















































English








Julian Charrière au MAMbo, Bologne

L'exposition Tout ce que nous avons toujours voulu était tout et partout, organisée par Lorenzo Balbi, dans la salle Sala delle Ciminiere rassemble une vaste sélection d'œuvres, des photographies, installations, sculptures et vidéos, concernant l'histoire de la science, le développement de la culture médiatique, une vision romantique de l'exploration et de la crise écologique moderne.


Fort de son intérêt à long terme pour les processus invisibles qui sous-tendent la production de connaissances et les différentes méthodes menant à une découverte, Charrière tente de comprendre l’histoire, regardant le passé pour imaginer ce que réserve l’avenir. À la manière d’un archéologue, l’artiste se penche sur les événements passés pour comprendre ceux qui restent à venir tout en réfléchissant au présent. Ses projets découlent souvent de travaux sur le terrain dans des lieux reculés dotés d'identités géophysiques aiguës - tels que des volcans, des champs de glace et des sites radioactifs – se déplaçant vers des paysages lointains et confrontés à des conditions extrêmes.


De ses expéditions à travers le monde, Julian Charrière fait ressortir la beauté de la nature tout en décrivant sa vulnérabilité et les fractures existant entre nature et civilisation. En montrant les catastrophes écologiques causées par des êtres humains dans des endroits tels que l’atoll de Bikini aux Îles Marshall, l’ancien site d’essais de Semipalatinsk au Kazakhstan, dans une monoculture de palmiers à huile en Indonésie ou, plus récemment, sous les mers, Charrière ne sensibilise pas exprime un jugement moral: il révèle également les forces invisibles qui façonnent le paysage, des événements géologiques à la soif de ressources créées par notre ère numérique, y compris, sur un plan plus immatériel, les projections culturelles qui changent le sens et la perception d'un endroit. Malgré tous nos efforts pour piller la terre et piller ses ressources - à un rythme tel que les scientifiques parlent des deux derniers siècles et demi comme d’une ère géologique distincte, l’Anthropocène - la planète reprendra son élan et nous oublierons .


À l’occasion de l’exposition, Edizioni MAMbo publie en italien le livre de Julian Charrière et Nadim Samman, intitulé Nous avons l'habitude de flotter, sous le titre Noi che galleggiavamo. À mi-chemin entre un journal de voyage et un essai critique, ce livre explore l'atoll de Bikini en tant que lieu de rêverie et d'imagination et de mise en scène traumatique des essais nucléaires. Dans ce livre, l'histoire personnelle du voyage à Bikini, au-dessus et au-dessous de la mer, est complétée par un examen critique de la géographie post-coloniale, qui permet de tirer des conclusions plus générales sur le lieu et la subjectivité qui l'entoure. Avec des descriptions vivantes de bunkers en béton sur des plages de sable blanc, de la «flotte fantôme» de cuirassés en ruines de la Seconde Guerre mondiale, de noix de coco radioactives et bien plus encore, As We Used to Float est un conte de mer pour notre temps.



















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

Julian Charrière,  Where Waters Meet [3.77 atmospheres], 2019. © the artist; VG Bild-Kunst, Bonn, Germany



Exposition du 09 juin au 08 septembre 2019. MAMbo - Musée d'Art Moderne de Bologne, via Don Minzoni 14 – Bologne (Italie). T +39 051 649 6611. Ouverture mardi, mercredi, vendredi et samedi de 10h à 18h30, nocturne le jeudi jusqu’à 22h.

 














 







 











 





 



























 





 











Julian Charrière,  Where Waters Meet [3.77 atmospheres], 2019. © the artist; VG Bild-Kunst, Bonn, Germany