Archives 2ème semestre 2013

Gabriel Orozco, Chicotes
Foundation Faurschou, Pékin (Chine)

28.09.2013 - 23.03.2014


Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse E-Flux


Ayant atteint une reconnaissance mondiale au début des années 1990, Gabriel Orozco ( né en 1962) est aujourd'hui l'un des plus grands artistes contemporains, et la Fondation Faurschou montre son travail en Chine pour la première fois.

Gabriel Orozco vit entre Mexico, New York et Paris, et s’inspire de ses nombreux voyages partout dans le monde. Ses oeuvres couvrent une variété de pratiques : peinture, photographie, installation et sculpture. Il travaille souvent sur l’esprit du lieu où il se trouve, avec un sens remarquable pour exploiter l'histoire et les textures de ses matériaux. Avec une grande aisance et une capacité aiguë d'observation, Gabriel Orozco rassemble des objets trouvés et des matériaux recyclés de l'usage quotidien, qu'il manipule avec légèreté.











Exposition du 28 septembre 2013 au 23 mars 2014. Faurschou Foundation Beijing, 798 Art District, No2 Jiuxuanquao Road – Chaoyang District – Beijing 100015 (Chine). Tél. : +86 10 5978 9316. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.




Les pièces sont soigneusement installées, presque à la manière de la scénographie d' expositions dans les musées de découvertes archéologiques. Ici et là, Gabriel Orozco a fondu de l’aluminium sur les fragments de pneus, peut-être une référence à l'ensemble du pneu avec sa jante, comme si la chaleur de la vitesse avait fondu le métal. Il y a quelque chose de troublant dans toute cette archéologie de l'urbanité. L'idée de la vitesse et du «danger» est rehaussée par la forte odeur de caoutchouc baignant dans l'espace. Le fragment de pneu évoque également les inégalités économiques dans le monde et le danger potentiel auquel nous nous exposons tous les jours comme une condition fondamentale de la vie.

La marche et l'observation constituent une part importante de la pratique de Gabriel Orozco, et dans ses nombreuses séries de photos aussi, des motifs banals sont souvent sublimés – des objets que la plupart d'entre nous ne remarquent pas du tout dans la vie quotidienne, mais qui ont une grande poésie et la signification : un vieux ballon de football crevé qui a récupéré des eaux de pluie, comme un petit paysage dans le paysage ; une roue de bicyclette qui a dessiné les traces d'un tour de flaque et roulé dans des cercles sans fin, qui seront bientôt asséchés et disparaîtront. Structures, traces, modèles – naturels ou aléatoires - sont des interventions de Gabriel Orozco : oranges placées autour d'une rangée de tables, pierres coincées dans une clôture métallique comme une ligne d'horizon, boîtes de nourriture pour chat sur une pile de melons.

Le thème principal de Gabriel Orozco est son interaction avec le monde qui l'entoure, et son art se constitue de captures de ce monde. Ses œuvres lient l’industriel avec l'organique, le géométrique avec le hasard, l'infiniment petit et l'universel, le banal et l'important, l’instant et l'éternité. Le monde est plein de choses et la vie, ce qui se vit, et d'une manière sensuelle, exploratoire et ludique, insérant souvent une partie de lui-même pour modifier ses environnements, Orozco nous aide à voir les choses que la plupart d' entre nous négligent où n’y portent que peu d’attention.


Gabriel Orozco, Chicotes, Foundation Faurschou, Beijing

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Gabriel Orozco, Chicotes, 2010. Tires and aluminium, dimensions variable. Collection Faurschou Foundation. Photo: Anders Sune Berg.

Gabriel Orozco, Chicotes, 2010. Tires and aluminium, dimensions variable. Collection Faurschou Foundation. Photo: Anders Sune Berg.


Chicotes, la grande installation qui remplit tout l'espace d'exposition du Faurschou Beijing, est exemplaire du travail de réutilisation par Gabriel Orozco des objets trouvés usuels. Il se compose de pneus éclatés qu'il a ramassés le long des autoroutes au Mexique. Le mot espagnol chicotes peuvent être traduits par « fouets », mais est aussi utilisé comme un terme familier au Mexique pour ces fragments de pneus de voiture éclatés qui se trouvent partout sur les routes en raison de leur sur-utilisation fréquente.

La force de l'explosion a déchiré en lambeaux les bords des morceaux de caoutchouc, et après être restés dans le vent et les intempéries, ils ressemblent maintenant à quelque chose d'organique – des racines, de l'écorce ou des algues.