Expositions à venir

Êtres célestes, ni humains, ni animaux

Musée d’art contemporain Metelkova, Ljubjana (Slovénie)

10.07 - 04.11.2018


PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

L'exposition collective « Êtres célestes, ni humains, ni animaux » s'oppose à toute forme d'essentialisme,  à toute référence à la nature pure des humains ou des animaux, et nous rappelle qu’ils sont tous le produit d'une longue histoire de résistances diverses et tentent d'échapper aux circonstances données.































 


















































English








ArtCatalyse Expositions internationales

Avec les exponentiels progrès dans la technologie et la science, et un capitalisme toujours plus gourmand, nous voyons de plus en plus souvent des changements, des mutations dans les identités et des migrations d'une condition existentielle à une autre. Le désaccord entre un être et son essence devient de plus en plus évident. Donc, de plus en plus souvent, de plus en plus vite, nous devons prendre des décisions sur l'acceptation des étrangers, des transgenres et des mutants du monde humain, animal et végétal, sous les ordres administratifs, culturels et économiques dans lesquels la vie pas de place propre et donc pas de droits. Ce qui nous unit de plus en plus dans un destin commun à toute la nature, organique et inorganique, est un capitalisme hors de contrôle, qui détruit la nature tout en la conservant hypocritement comme un symbole de pureté et d'harmonie. Mais comme le fait remarquer le poète Jure Detela, nous ne parvenons pas à l'harmonie en revenant au concept fictif de l'unité de tous les êtres, mais seulement à travers une critique du concept existant de la nature. Nous tous - les humains, les plantes et les animaux - souffrons du changement climatique, parce que nous ne sommes que des matières premières pour la production future et non des êtres qui souhaitent la liberté et l'harmonie. Cela produit le désir d'échapper à nos conditions intolérables, de résister - et si nous écoutons le message indirect que véhiculent nos artistes, il est possible d'imaginer une résistance commune partagée par tous les êtres vivants. Mais les humains sont-ils capables de résister avec les plantes et les animaux?


Dans son livre « L'Histoire des animaux », Oxana Timofeeva démontre que les animaux sont aussi des créatures du matérialisme historique, dont l'identité change en accord avec des évasions vis-à-vis de conditions insoutenables. Réfléchissant sur le lien entre les animaux et la révolution, elle écrit: « On pourrait objecter : « Le poisson ne peut pas faire une révolution », mais savons-nous vraiment si les prolétaires peuvent le faire? Le sujet même de la révolution est tout à propos de l'impossibilité, qui n'est jamais absolue, mais qui ne se reconnaît comme une possibilité que rétrospectivement, en acquérant un sens, un sentiment et une nécessité propres à une certaine contingence de ce qui était auparavant.


L'idée que les hommes et les animaux s'unissent dans une révolution commune peut sembler étrange, tout comme pour beaucoup de gens, le capitalisme semble parfaitement naturel puisqu'il repose sur le principe « le pouvoir rend juste », alors que le communisme semble contre nature et trop idéaliste. Aujourd'hui, toutes les grandes idées sont assimilées à un idéalisme vide, mais c'est précisément pour cela qu'elles doivent toujours être ressuscitées et que leur signification doit être testée et vérifiée dans le contexte actuel.


Dans son livre, Timofeeva, contrairement à Agamben, ne prétend pas arrêter la machine anthropologique mais plutôt chercher à savoir si la même machine peut fonctionner différemment.


L'art lui-même, tel que présenté dans l’exposition, et les œuvres littéraires auxquelles il est fait référence, prouvent que la machine métaphysique peut effectivement fonctionner différemment. Les artistes contemporains y contribuent sans doute par des idées sur l'immortalité, par leur intérêt pour les technologies qui permettent des alliances nouvelles et inhabituelles entre humains et animaux, en lisant de la poésie à un troupeau de moutons, en exposant des abattoirs dans les salles consacrées à la conscience de notre nature bestiale, et aussi en ouvrant des cages dans les zoos. La métaphysique d'aujourd'hui reflète la peur et l'anxiété qui unissent les gens et les animaux dans le désir commun d'échapper à la situation telle qu'elle est aujourd'hui. Paradoxalement, quand l'art accepte notre animalité comme notre altérité, et quand il reconnaît que les animaux savent quelque chose que nous ignorons, il assure que la machine anthropologique continue de fonctionner, mais en travaillant différemment.


Les artistes : Jure Detela, Igor Grubić, Janez Janša, Alexi Kukuljevic, Oleg Kulik, Siniša Labrović, Tanja Lažetić, Vladimir Leben & Ercigoj Art, Marko Pogačnik, Franc Purg, Tamara Al-Samerraei, Maja Smrekar, Sven Stilinović, Jože Tisnikar, Zoran Todorović, Jalal Toufic, Anton Vidokle


Commissaires d’exposition : Zdenka Badovinac et Bojana Piškur
























Les artistes: Jure Detela, Igor Grubić, Janez Janša, Alexi Kukuljevic, Oleg Kulik, Siniša Labrović, Tanja Lažetić, Vladimir Leben et Ercigoj Art, Marko Pogačnik, Franc Purg, Tamara Al-Samerraei, Maja Smrekar, Sven Stilinović, Jože Tisnikar, Zoran Todorović, Jalal Toufic, Anton Vidokle


Exposition organisée par Zdenka Badovinac et Bojana Piškur


Siniša Labrović, Flock.org, 2005. Reality show.




Exposition du 10 juillet au 04 novembre 2018. Museum of Contemporary Art Metelkova (+MSUM) , Maistrova ulica 3
SI- 1000 Ljubljana (Slovénie). Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.










 







 











 





 



























 





 











Siniša Labrović, Flock.org, 2005. Reality show. Êtres célestes, ni humains, ni animaux, Musée d’art contemporain Metelkova, Ljubjana

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés

Museum of Contemporary Art Metelkova (+MSUM) , Maistrova ulica 3 SI- 1000 Ljubljana (Slovénie).