Archives 1er semestre 2014

Dennis Oppenheim

MOT International, Londres (RU)

02.04 - 17.05.2014

Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse art-agenda


Motiniternational présente à Londres sa deuxième exposition consacrée à Dennis Oppenheim, figure clé de l’art conceptuel américain. Après avoir travaillé dans un premier temps avec l’artiste en 2006, la galerie le représente depuis 2012.


Durant ses quatre décennies d’activité, Dennis Oppenheim a exploré de nombreux médiums: l’écriture, l’action, la performance, la vidéo, le film, la photographie et l’installation. Cette exposition montre le croisement opéré par l’artiste entre land art et body art avec trois œuvres rarement présentées des années 1970: Go-Between (1972), Ground Gel (1972) et Wishing the Mountains Madness (1977).














Shezad Dawood, Towards the Possible Film, Parasol unit, Londres

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 2 avril au 17 mai 2014. MOT International London, 72 New Bond Street, 1st Floor - London W1S 1RR. (Royaume Uni). Tél.:  +44 (0)20 7490 7373. Ouverture du mardi au samedi de 10h à 18h et sur rendez-vous.






Ground Gel enregistre la disparition de l’artiste et de sa fille alors qu’il la fait tournoyer au bout de ses bras. Les images en vue plongeante proposent schématiquement un échange d’énergie catalytique où Oppenheim dépasse les limites matérielles réelles de son ordinaire. Sa fille devient une extension quand elle est projetée à côté de lui dans le temps et l’espace. À l’origine une performance, dans l’exposition sont présentés à la fois l’installation vidéo et le photodocumentaire du projet. L’installation vidéo sur deux écrans Go-Between rend plus explicites les échanges de l’action. Dans ce qui semble d’abord être une bagarre familiale ludique, Dennis et Phyllis Oppenheim se placent entre deux de leurs enfants, expérimentant en direct les coups échangés entre frère et sœur.


Dans Wishing the Mountains Madness, Oppenheim utilise de nouveau la vue aérienne. Ici, une projection d’étoiles se disperse sur la terre, recopiant le ciel sur elle. Le sol devient un champ d’étoiles dans un moment de symétrie temporelle, capturé sous la forme d’une documentation photographique. L’artiste narre comment la sérénité du Montana l’a amené à réfléchir à ce que son inversion pourrait signifier en regard à l’évolution des frontières géographiques, physiques et psychologiques.