Expositions en cours

Cinq artistes à la rencontre de sites

M + (Hong-Kong)

07.06 - 20.10.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

M +, le nouveau musée de Hong Kong consacré à la culture visuelle des XXe et XXIe siècles dans le district culturel de West Kowloon, présente Cinq artistes à la rencontre de sites.


L’exposition réunit des artistes femmes de générations et de régions différentes: Lara Almarcegui (espagnole, née en 1972), May Fung (Hong Kong, née en 1952), Lee Bul (coréenne, née en 1964), Ana Mendieta (américaine, née à Cuba, 1948-1985) et Charlotte Posenenske (allemande, 1930-1985) - dans une exploration des idées autour du site et du lieu. Organisée par Pauline J. Yao, conservatrice en chef arts visuels chez M +, la sélection de sculptures, d'installations et d'œuvres en images animées est présentée dans et autour du pavillon.















































 


















































English








Cinq artistes à la rencontre de sites, M +, nouveau musée de Hong-Kong

Évoquant les notions de site à travers de multiples moments historiques et langages artistiques, les œuvres exposées dévoilent des expressions poétiques du corps, des investigations intenses dans l’environnement bâti et, dans le projet d'une artiste, une réponse directe au site M +. Ensemble, ces œuvres aux multiples facettes établissent des liens puissants entre l'art et son environnement, qu'il s'agisse de l'environnement naturel, de l'espace architectural, des contextes urbains ou des cadres discursifs, ce qui nous incite à repenser nos relations de lieu et d'appartenance au monde.


Un projet spécialement commandé à Lara Almarcegui présente un inventaire rigoureux des matériaux entrant dans la construction du bâtiment M +, offrant une expression systématique des transformations en cours sur le site du musée. Forte de plus de 20 ans d'expérience dans la recherche sur les terres et les espaces urbains, l'artiste fusionne la création artistique avec ses stratégies de recherche et réfléchit aux liens invisibles entre ce qui se trouve dans la terre et les bâtiments qui nous entourent.


Ana Mendieta, une artiste pionnière dans le domaine de la performance et célébrée dans le monde entier, a utilisé son propre corps comme outil de communication avec le paysage naturel. Les films sélectionnés dans sa série prépondérante «Silueta» (Silhouette) (1974-1981) décrivent les actions performatives de l’artiste dans lesquelles elle a imprimé son corps dans la saleté, le sable et la boue et transformé des matériaux en eau, en fumée et en feu. Compte tenu de sa vie en tant qu’exilée cubaine aux États-Unis, ces actions peuvent être considérées comme faisant partie du processus de récupération de son identité perdue et du traumatisme de séparation qu'elle a vécue loin de sa famille et de sa patrie.


Les films de May Fung, l’une des plus importants figures de l’image en mouvement à Hong Kong aujourd’hui, évoquent également des rencontres corporelles, en écho aux thèmes de la perte et de la redécouverte de soi. Représentant une femme aux yeux bandés se frayant un chemin à travers les rues animées de Hong Kong, She Said Why Me (1989) de Fung décrit un voyage en quête d’identité. Les séquences filmées sont entrecoupées de clips d'archives en noir et blanc représentant des femmes de Hong Kong de différents moments de l'histoire, évoquant la mémoire collective de la ville et son passé en couches.


Ailleurs dans la galerie, un groupe de plus de 30 maquettes de Lee Bul, artiste coréenne de premier plan et voix éminente de sa génération. Ces petits modèles étincelants de bâtiments réels et/ou fictifs répondent aux idées d’utopie architecturale, tout comme sa sculpture suspendue, réalisée avec minutie à partir d’acier, de tôles et de miroirs. Née de parents dissidents, Lee a grandi pendant une période de dictature militaire en Corée. Elle a été témoin de première main de la lutte pour la construction d'un État utopique et de son effondrement, faisant de l'idée d'ambition et de perfection humaines un thème récurrent dans ses œuvres.


Les unités sculpturales créées par l’artiste allemande minimaliste Charlotte Posenenske, connue sous le nom de «Vierkantrohre» (série Square Tubes,1967), constituent la dernière et la plus durable des contributions de l’artiste à l’art. Ressemblant à des gaines de ventilation, ses pièces modulaires en acier galvanisé et en carton peuvent être assemblées sous différentes formes en fonction de l'espace et des souhaits de leur hôte. Mue par la passion de placer ses sculptures dans des espaces publics - des gares ferroviaires et des usines - Charlotte Posenenske a encouragé les interactions entre les œuvres d'art et notre environnement quotidien.
























© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

Exposition du 7 juin au 20 octobre 2019. M+ Pavilion, Art Park, West Kowloon Cultural District, Tsim Sha Tsui - Hong Kong. Ouverture de 11h à 18h du mercredi au dimanche et jours fériés. Entrée libre.


 













 







 











 





 



























 





 











*(1)  Ana Mendieta,  Alma, Silueta en Fuego, 1975.  (2)  Lee Bul,  Maquette for Via Negativa, 2012/2016.  (3)  May Fung,  She Said Why Me, 1989. (4)  Charlotte Posenenske,  Series D Vierkantrohre.  (5)  Lara Almarcegui,  Construction Rubble, Spanish Pavilion, 55th Venice Biennale, 2013.