Expositions à venir

Biennale de Thaïlande 2021

Korat (Thaïlande)

18.12.2021 - 31.03.2022

Suivant

Communiqué de presse


Le Bureau de l'art contemporain et de la culture du ministère de la Culture (OCAC) et la province de Nakorn Ratchasima en Thaïlande sont ravis d'annoncer le titre et les nouvelles périodes d'exposition de la Biennale de Thaïlande, Korat 2021, Papillons s'ébattant dans la boue : engendrer un capital sensible. La biennale se tiendra du 18 décembre 2021 au 31 mars 2022.













































 


















































English























Déclaration de Yuko Hasegawa, directeur artistique de la Biennale de Thaïlande 2021,
15 mai 2021

Comme beaucoup d'autres biennales, la deuxième Biennale de Thaïlande, Korat, qui a subi des ajustements au milieu de l’incertitude de la pandémie, a finalement annoncé sa nouvelle date d'ouverture. Elle se tiendra pendant près de cinq mois, du 18 décembre au 31 mars 2022.

Sous le thème de la détoxification du capitalisme traditionnel (sous le Capitalocène) et de l'engendrement d'un nouveau capital, le concept initial de la biennale était de faire venir tous les artistes et de travailler avec les acteurs locaux pour engendrer le potentiel capital culturel des sites. Les conservateurs et les artistes collaborent avec des experts pour activer le capital de la nature, des infrastructures et des institutions d'une manière alternative.

Bien que les artistes étrangers n'aient pas pu venir en Thaïlande pour mener des recherches sur place en raison de la pandémie de COVID-19, 70 % des artistes ont recueilli des informations et développé leurs concepts et propositions à distance avec l'aide de l'équipe universitaire locale et des coordinateurs. En conséquence, il y a maintenant 54 artistes participants de 30 pays et régions à ce stade de la fin mai.

Cela a été un défi de créer des travaux spécifiques aux sites avec des recherches à distance dans les conditions actuelles. Cependant, le travail acharné et la passion des artistes pour créer ce qui était le mieux pour les sites, tout en modifiant leurs propositions à plusieurs reprises, combinés à leur incroyable imagination et leurs compétences en simulation, ont rendu les acteurs locaux empathiques et impliqués. En conséquence, les plans et les visions proposés par les artistes, à travers l'interprétation et l'imagination de la population locale, sont devenus une importante production conjointe.

En observant ce processus aujourd’hui, celui-ci a offert une façon alternative de réaliser le concept de la biennale.

Les lieux, avec huit projets d'installation permanente, sont répartis sur 13 sites.

Ainsi, Sandra Cinto couvre une promenade non entretenue dans le centre de la ville de Korat avec des carreaux bleus utilisant des images de « Vision of the Future » ​​(Korat of the future) dessinées en collaboration avec des enfants du voisinage sur 170 mètres.

Le botaniste Stefano Mancuso et le PNAT installent des capteurs dans un banian géant dans un temple et le connectent à un pavillon vitré avec de l'air purifié produit par les plantes pour écouter la voix de l'arbre à travers des signaux lumineux. Aux reliques khmères et aux reliefs éthérés placés dans les réserves extérieures du musée Phimai, l'architecte japonais Tsuyoshi Tane transmet l'aura d'une ruine centenaire en les illuminant d'un éclairage qui monte et descend lentement. L'architecte thaïlandais Boonserm Premthada construit un pavillon dans le zoo, une aire d'alimentation pour les oiseaux et autres animaux, offrant un lieu de rencontre pour les visiteurs. KEIKEN, une unité de trois femmes, créera un jeu virtuel et une installation physique utilisant des jetons de sagesse pouvant être échangés contre des connaissances, qui seront anti-NFT sur le thème de la création d'un nouveau monde. Elles travaillent également sur un projet qui peut être partagé et auquel participer en ligne.

Ce printemps, un événement s'est produit qui a fait sensation dans les médias locaux à Korat. A eu lieu un déferlement massif de beaux papillons aux ailes blanches et jaune-vert. Les papillons voletaient joyeusement dans la boue.
Il est bien connu que les papillons barbotent sur la boue pour se détoxifier et se réhydrater. L'une des raisons à cela est que le COVID-19 a réduit les déplacements de personnes et renforcé la nature.

Nous essayons de comprendre ce qui se passe autour de nous maintenant et ce que nous pouvons faire dans un avenir incertain. C'est comme jouer et lutter sur une flaque de boue. C'est une détox et une pratique pour engendrer un nouveau capital. Le titre Papillons s'ébattant sur la boue exprime notre état misérable mais courageux. Il indique également le « capital » de l'espoir qui émerge au milieu de l'anxiété et de l'incertitude.






Exposition du 18 décembre 2021 au 31 mars 2022. Korat (Thaïlande).









 







 











 





 



























 





 











 The butterflies were happily fluttering around in the mud in Korat, Thailand.



Biennale de Thaïlande Korat 2021

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés