Archives 1er semestre 2014

Bharti Kher : Misdemeanours (Délits)

Rockbund Art Museum, Shanghai (Chine)

11.01 - 30.03.2014


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse e-flux


Le Rockbund Art Museum présente l’exposition de Bharti Kher : Misdemeanours (Délits) à Shanghai. L'exposition a été organisée par Sandhini Poddar, historien de l'art basé à Mumbai et conservateur adjoint au Musée Solomon R. Guggenheim de New York.
















Bharti Kher : Misdemeanours (Délits), Rockbund Art Museum, Shanghai

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 11 janvier au 30 mars 2014. Rockbund Art Museum, N°. 20 Huqiu Road – Shanghai (Chine). Tél. : +86 (0)2 13 31 09 985. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.





Bharti Kher, Target Queen, 2014. PVC, aluminium, 18 x 18 m (dimensions overall). North Façade of the Museum. Courtesy the artist.

Bharti Kher, Target Queen, 2014. PVC, aluminium, 18 x 18 m (dimensions overall). North Façade of the Museum. Courtesy the artist.


Le peintre et sculpteur contemporain Bharti Kher a été engagé dans les divers courants artistiques historiques du ready-made, du minimalisme et de l'abstraction (à travers des répétitions formelles et gestuelles) , ainsi que dans la mythologie et le narratif lors des 20 dernières années. Cette exposition monographique sur les 15 ans de pratique de Kher depuis les premières années du 21ème siècle constitue un aperçu synthétisé d’une vision du monde complexe et en constante évolution ainsi que la première grande exposition personnelle de l'artiste en Asie. L'exposition explore les tropes, les idées et les corpus de travail qui constituent le coeur de l'œuvre de Kher, comme les relations d'interdépendance entre l'homme et le règne animal, les liens entre abstraction et figuration, la question de l'autre, la politique des sexes, la globalisation et le cosmopolitisme, et ce que signifie être un artiste contemporain et un producteur de culture. L'exposition intègre également deux installations
in situ, des peaux conceptuelles et physiques qui enveloppent la façade monumentale du musée et raccordent au sol les deux espaces d'exposition consécutifs. Ces interventions architecturales servent de miroirs à la fois pour apprécier leur capacité de décoration et attirer l'attention, ainsi que pour englober et obscurcir le regard.

Pour Kher, la question centrale de l'identité (en tant que corps, genre, langue et motif) est inextricablement liée à la question de l'artifice en tant qu’éthique existentielle, esthétique, biologique. Les femmes de Kher dans son importante suite photographique, la série Hybrid, qui comprend The hunter and the prophet (Le chasseur et le prophète), chocolate muffin (muffin au chocolat), angel (ange), family portrait (portrait de famille) et feather duster (plumeau) - tous réalisés en 2004 -, sont présentés dans un état interstitiel entre domesticité banale et violente fantasmagorie, car leurs corps « photoshopés » - mi-humains, mi-animaux - semblent à la fois séduisants et modestes, apparemment en accord avec leurs rôles proposés, ainsi que dominateurs et résistants, ayant choisi de savourer leurs propres individualités dupliciées et démultipliées. La poétique du corps révèle l'intérêt de Kher pour l'entropie, la mutation et la transformation, comme en témoignent les humains et les animaux. La série des oeuvres de Kher prenant pour sujet l’animal, comme Misdemeanours (Délits), 2006, The skin speaks a language not its own (La peau parle une langue qui n'est pas la sienne), 2006 et An absence of assignable cause (une absence de cause connue), 2007, peuvent ensemble constituer ce que Benjamin HD Buchloh a qualifié de " l'incarnation de l'étrange spectaculaire par excellence." Pour Kher, des agents tels que la folie, l’accident, la satire et le jeu sont au cœur de ce que signifie la pratique de l’art et de la description du monde à travers l'art.

Alors que les diverses productions diversifiée sont très variées dans leur matérialité, leur sensibilité, leur approche et leur objet, des motifs répétitifs et gestes y apparaissent l'ensemble , à commencer par son travail en tant que peintre durant ses études à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Le travail de Kher affiche un amour intrinsèque du comptage, une compréhension subtile de l'échelle, et une prédilection pour le drame humain et la vie contemporaine, comme en témoigne la métropole de New Delhi, où l'artiste a vécu et travaillé depuis le début des années 1990. Par ailleurs, sa pratique inclut également des caractères cycliques qui apparaissent et réapparaissent, comme le singe par exemple, et une sensibilité très à l'écoute des cascades, des jeux de mots et des intonations de la langue, tel qu’exprimé dans les titres évocateurs de Kher pour ses œuvres d'art.


L'exposition au Rockbund Art Museum comprend une sélection de 20 œuvres composées de sculptures, de peintures bindi très célèbres de Kher, de photographies, d’installations in situ et d’un mural extérieur
constitué d'une peinture monumentale de multi-panneaux bindi, réalisée d’après le diptyque bindi de Kher de 2007, Target Queen (Viser la Reine). Ces oeuvres incluent des prêts de grandes institutions publiques et privées à l'échelle internationale ainsi que de nouvelles commandes.