Archives 1er semestre 2016

Olafur Eliasson, Green light

Thyssen-Bornemisza-Art-Contemporary, Vienne (Autriche)

12.03 - 05.06.2016

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


Après le succès sans précédent de l'exposition Olafur Eliasson: Baroque Baroque, organisée par Thyssen-Bornemisza Art contemporain (TBA21) et le Belvédère au Palais d'Hiver du prince Eugène de Savoie à Vienne, TBA21 présente Feu vert, une nouvelle entreprise socialement responsable de l’artiste danois islandais Olafur Eliasson à TBA21-Augarten à Vienne.













































English




Conçu par Eliasson comme un feu vert métaphorique pour les réfugiés et les migrants en Autriche et au-delà, le projet témoigne du pouvoir de l'art contemporain et de son potentiel à initier des processus de transformation civique. Feu vert se compose d’un atelier artistique et d'une plate-forme d'apprentissage encadrant la réalisation de modules de lampes conçues par Eliasson. Les lampes sont assemblées sur place à partir de matériaux et de composants qui sont mis à disposition à TBA21-Augarten. Outre le public de Augarten, les jeunes réfugiés, les migrants et les étudiants sont invités à prendre part à cette initiative de pratique artistique collaborative et d'apprentissage, ce qui donne lieu à un espace d'échanges et de rencontres pour les contributeurs des milieux linguistique, social, géographique, et de la sphère éducative.

Le projet Feu vert répond à une situation de grande incertitude, tant pour les réfugiés, qui sont souvent pris dans un vide juridique et politique, et pour les sociétés européennes qui les accueillent. Grâce à sa fabrication en commun, Feu vert constitue un espace dynamique qui encourage diverses formes de participation à migrer vers d'autres lieux et contextes et initier différents engagements spécifiques. En regroupant les catégories de production et de réception, de performance et de public, d'art et d'action sociale, le projet vise à ouvrir le terrain disputé entre l'art et la société, sondant la question de ce qui constitue le «public» et à négocier le champ de la différence et similarité.

Olafur Eliasson souligne : "C’est mon espoir que Feu vert apporte la lumière sur certains des défis et des responsabilités découlant de la crise actuelle des réfugiés en Europe et dans le monde. Feu vert est un acte de bienvenue, adressé à la fois à ceux qui ont fui les difficultés et l'instabilité dans leur pays d'origine et aux résidents de Vienne. Il les invite à prendre part à la construction d’un objet valorisant à travers un processus de création ludique. Travaillant ensemble dans un contexte artistique et dans un dialogue avec les visiteurs de l'Augarten, les participants élaborent à la fois une lampe modulaire et un environnement communal, où la différence est non seulement acceptée, mais souhaitée. Feu vert souhaite questionner les valeurs de similitude et d'altérité dans notre société et contribuer à façonner nos sentiments d'identité et de solidarité ".

Assemblé dans un environnement sculptural croissance dynamique, les lampes à lumière verte accueillent Feu vert - Shared Learning, un changement de programme hebdomadaire multidirectionnelle des activités créatives et le discours critique.

Obtenez votre propre Feu vert!

Les lampes Feu vert sont disponibles à TBA21-Augarten et
www.tba21.org/greenlight. Les dons soutiennent le projet Feu vert et les organisations partenaires de TBA21, la Croix-Rouge à Vienne, Caritas et Georg Danzer Haus.

























Ryoichi Kurokawa, unfold, FACT, Liverpool

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

Exposition du 12 mars au 5 juin 2016. Thyssen-Bornemisza Art Contemporary, Scherzergasse 1A – 1020 Vienna (Autriche). Ouverture du vendredi au dimanche de 12h à 19h, mercredi et jeudi de 12h à 17h.



 





 



























 





 











Olafur Eliasson, Green light, 2016. Photo: María del Pilar García Ayensa / Studio Olafur Eliasson.


Olafur Eliasson, Green light, 2016. Photo: María del Pilar García Ayensa / Studio Olafur Eliasson.