Archives 1er semestre 2014

Nouvelles expositions au
SculptureCenter, Long Island City, New York (USA)
02.03- 02.05.2014

PrécédentSuivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux


Le SculptureCenter annonce la présentation simultanée des nouvelles oeuvres de quatre artistes, Rossella Biscotti, David Douard, Radamés " Juni " Figueroa et Jumana Manna, qui bénéficient chacun d’une exposition personnelle dans une institution américaine pour la première fois.











Nouvelles expositions au SculptureCenter, Long Island City, New York

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 2 mars au 12 mai 2014. SculptureCenter, 44-19 Purves Street – Long Island City, New York  (USA). Tél. : +1 718 361 17 50. Ouverture du jeudi au lundi de 11h à 18h.







Le SculptureCenter présentera la première aux Etats-Unis du film de Rossella Biscotti, The Undercover Man (2008). Partie d'un projet plus vaste qui comprend des sculptures, des photographies et une publication, le film est un portrait de Joseph D. Pistone, un agent du FBI aussi connu que Donnie Brasco. Pistone a passé six ans sous couverture avec la famille mafieuse de Bonanno à New York, entraînant la condamnation de plus de 100 membres de la mafia dans les années 1980. Pour faire son film, Biscotti a travaillé directement avec Pistone, l'a interviewé longuement et examiné avec lui les photos et documents qu'elle a récupérés dans les archives du FBI et l’Administration nationale des Archives et des Enregistrements. Contrairement au récit dramatique du film d’Hollywood sorti en 1997 Donnie Brasco, le film de Biscotti utilise les tropes stylistiques du film noir pour présenter ses entretiens directs avec Pistone, des enregistrements audio originaux et des images de surveillance, ainsi que des objets symboliques comme une ampoule, une horloge et un câble audio enregistreur. Le film explore les
souvenirs et l'identité d'un homme qui a vécu un rôle fictif et reste maintenant dans l'ombre pour se protéger.

Pour son exposition à SculptureCenter, ) juicy o'f the nest., David Douard crée de nouvelles œuvres qui explorent les notions autour du métro littéral et figuré, comme ventre d'une ville. Faisant allusion aux aménagements qui ne sont pas nécessairement visibles, mais essentiels à la maintenance de la vie quotidienne et des ouvrages d’art (comme les systèmes d'égouts et les transports publics), Douard crée un plan complexe reliant des fruits, des fontaines, un canapé ainsi que d'autres éléments. Les sculptures cinétiques résultantes intègrent des systèmes de dégradation, de croissance et de contamination. A travers ces éléments disparates, les œuvres de Douard font appel à la poésie pour intégrer les modes organiques et technologiques de la dégénérescence, un processus qui bouleverse et questionne les hypothèses autour de l'hygiène, de la production d'énergie et de la nutrition. En brisant les systèmes technologiques et biologiques Douard crée une nouvelle logique.

Pour son exposition au SculptureCenter, Radamés " Juni " Figueroa élabore une structure in situ qui fait référence à une maison dans un arbre précédemment construite à Naguabo (Puerto Rico). La construction comprendra des matériaux en provenance et liés aux tropiques, mais aussi au domaine urbain. Cet environnement hybride invite à l’interaction, à la célébration et à la socialisation, éléments essentiels dans la plupart de ses œuvres. La sculpture intègre des matériaux inspirés par la forêt tropicale à Porto Rico, ainsi que des éléments urbains trouvés partout dans l'île. Avec cette oeuvre, Figueroa poursuit sa recherche d’idées sur l'architecture tropicale, un type de construction principalement déterminé par les matériaux disponibles, mais cherche aussi à établir des liens avec le contexte de New York City. Les œuvres de Figueroa étudient et développent des associations à partir des tropiques à travers un mélange de références personnelles et d’humour critique. Au SculptureCenter, Radames va poursuivre ses expériences à l’intérieur de la forêt avec des installations sonores, des peintures, et ses « Tropical Ready Mades. »

Jumana Manna crée un groupe de nouvelles sculptures en relation avec sa vidéo Blessed Blessed Oblivion (2010 ). Le travail vidéo fait référence au Scorpio Rising de Kenneth Anger Rising (1963), et explore la culture machiste à Jérusalem-Est. Les hommes de sa vidéo sont représentés dans les espaces sociaux qu'ils ont installés pour eux-mêmes, dans des magasins d'automobiles, des salons de coiffure et des gymnases, observant cette performance particulière du genre et les matériaux qui le soutiennent. Des objets comme les pneus, les montres et haltères deviennent des accessoires dans une affirmation de la masculinité.
Les sculptures produites par Manna en relation avec la vidéo intègrent un réexamen de son sujet à travers la notion de reliques. Utilisant l'archéologie comme un dispositif, Manna explore les ruines et les
formes architecturales d'un site dans la même région où vivent les protagonistes de son film. Créant un appariement improbable de son sujet, Manna s'interroge sur la construction du pouvoir, le nationalisme, le sexe et l'histoire à travers des relations matérielles.

À propos de SculptureCenter
Fondé par des artistes en 1928, le SculptureCenter est une institution artistique sans but lucratif installée à Long Island City, New York, dédiée aux développements expérimentaux et novateurs dans la sculpture contemporaine. Le SculptureCenter établit des commandes de nouvelles œuvres et présente des expositions d’artistes nationaux et internationaux, émergents et reconnus. Ses activités identifient de nouveaux talents, explorent les préoccupations conceptuelles, esthétiques et matérielles de la sculpture contemporaine et encouragent la liberté de création.






Radamés "Juni" Figueroa, Tree House - Casa Club, 2013. Image courtesy the artist.

Radamés "Juni" Figueroa, Tree House - Casa Club, 2013. Image courtesy the artist.